Wednesday, 26 December 2012

CASTING PEARLS BEFORE SWINE, VATICAN, POPES, CATHOLICS, ZIONISTS, RAPISTS, HOMOSEXUALS, PEDOPHILES.




CASTING PEARLS BEFORE SWINE

Basilica of Saint Helena a couple of hundred yards away from my second home in Curepipe-Road, British Colony of Mauritius, now taken over from the White Creoles (White European Colonialists and former slavers) by racist Black Catholics calling themselves “Creoles”. 

My Roman Catholic Apostolic Primary School “St Jean Bosco” where I was indoctrinated by racist Catholics was located right behind that Basilica, which I visited ‘millions’ of times and even attended mass.  This is also where the White “Father” Charles Ditner had a go at my private parts that scared me to death and made me dash to the nearest tree, a Camellia tree in the school yard that literally saved my honour!   

"Father" Charles Ditner
 https://www.youtube.com/watch?v=OT84M6ncS0w

The Shocking Truth Why Pope Benedict Resigned Unedited Version was BANNED in YouTube

Published on 4 Jan 2017
Please Share and Subscribe!! God Bless!! Bless You All - Nun Charlottes Testimony https://www.youtube.com/watch?v=FkO8v... https://www.youtube.com/edit?o=U&vide... ex nun testimony from Colombia Article of Jesuit Oath http://www.biblebelievers.org.au/jesu... back up Channel https://www.youtube.com/channel/UCfO6... Please Share and Like and Subscribe!! ****FAIR USE NOTICE COPY RIGHT DISCLAIMER APPLIES, FOR EDUCATIONAL PURPOSES**** Alan Lamont Ministry https://www.youtube.com/channel/UCnCL... Write to End Times News Ministry: Paypal - endtimesnewsministry@hotmail.com GoFundMe - www.gofundme.com/endtimesnews https://www.youtube.com/channel/UCIsY... Round Saturn Eye Channel https://www.youtube.com/channel/UCERf... Barhug Rufhowzer Email me for mailing address at: jtravieso3061@outlook.com For help with Donations, see Main Channel info. https://www.youtube.com/my_videos?o=U Please help donate to Venezuela starving children and elderly. at http://comparteporunavida.com/en/ Video links to awesome videos: https://www.youtube.com/user/Jarreau24 https://www.youtube.com/watch?v=8v00z... https://www.youtube.com/watch?v=_hSDl... https://www.youtube.com/watch?v=TCKF4... https://www.youtube.com/watch?v=7gToE... Link to the New York Times article about Michael Leal & Friends: http://www.nytimes.com/live/pope-visi... for the video backgrounds give credit to 99darkshadows you tube channel****** 1 Peter 4:88 Above all, love each other deeply, because love covers over a multitude of sins.

I had promised myself not to join in the Ron and Joe Hall Circus out of respect for the sacred rule of host-guest relationship between Mark Glenn of The Ugly Truth and me, but given the seriousness of the issue under ‘discussion’ of which I am here posing as an expert, which of course does not mean that I am one indeed, but we should have the freedom to challenge each other’s postures intelligently instead of what I see on a regular basis (sickening mutual congratulatory outbursts) and with the aim of establishing the truth for the greater good (a concept quite misunderstood by most of us).  Whether my respectable host will allow this very unpleasant for some and damning indictment of global human madness is not my immediate concern as I am writing for the general public and not to please some bigots (I mean only the bigots) writing on The Ugly Truth.  I am disappointed to have to use a foreign language I only have an elementary knowledge of, but given that even the greatest ‘intellectuals’ amongst us cannot write ‘intelligently’ (e.g. Dr Alan Dershowitz) and are famous for bending words as they go along, and use meanings given by party politics and politics of the day, or simply to suit their own egos.  Adopting a clownish attitude to “study” such serious religious matters is childish and make only fools laugh.  My hope is that disillusioned Christians be not put off by whatever corruption they find in the Gospels (Canonised and Apocrypha) because they still contain along with the Holy Qur’ân the highest moral code ever devised for humankind.   
   
The challenge is open to all.

The problem we are having to face today is not so much about religion, Hinduism, Buddhism, Judaism, Christianism (Christianity) or Islam than about the isms brought about by decadent Christians who happened to be part of the super military powers controlling and exploiting the planet, its inhabitants and natural resources.  It is true that the established Church dogma was that Christians should own the entire earth and enslave all its inhabitants seen as inferior to them.  But, Church is not synonymous with Christianity.  But, now that bigots, apostates and renegades have taken over that rulership and continuing the oppression, the agenda has unfortunately not changed one iota and imperial wars of conquest are being carried out to this very day and there is no sign that this will ever stop because decadent Christendom has acquired such a military might that they have been terrorising nation after nation, bombing them indiscriminately, mass murdering them, driving them mad, forcing them to live as slaves, bombing, torturing and persecuting them, keeping them in jail indefinitely, stealing their organs, causing their families to leave in permanent fear and docility, destroying the very fabric of their societies, in particular Muslim society.  The age is one of a global “Crusade” against Arabs, Muslims and Islam carried out by an Unholy Totalitarian Dictatorship Alliance between Church and State, between bigoted Christians and apostates (Atheists, Gnostics and Agnostics alike) under the United Nations Dictatorship and under different guises and legalised norms:


Zionism
Democracy
Liberalism
Communism
Socialism
Freemasonry
Rosicrucian
Illuminati
New Age
New Wold Order
Secularism (laïcité)
Humanism
Feminism
Lesbianism, Gayism, Bisexualism and Transexualism
Human Rights
Progress
Modernity
Nationalism
Freudism
Bolshevism
Western Civilisation
European Supremacism
White European Supremacism
Jewish Supremacism
Capitalism
Marxism
Free Market
Usury
Drug Culture – Alcohol, cigarettes, etc.
Gambling
Corporatism
Monopoly

And a few other isms, but for the purpose of this essay, I will call them THEY, meaning the monsters and mass murderers that are plaguing our planet and posing as the "Scourge of God".

 Christian Evangelicals are helping Jews and Atheists to ritually sacrifice our Christian and Muslim babies and children to their Satanic Gods every single day!

On 23rd December 2012, my 67th birthday, I saw a headline in the local The Sun “newspapers”:   Harry kills Taliban chief - Hero prince in missile strike on commander


a missile strike to eliminate a senior terror leader

 “Terror leader” when you fight the English and other occupying bastards and mass murderers!  In order to kill in all impunity individuals as well as entire nations 
TO TERRORIZE their own Zombies at home, they just have to label their targets (usually unidentified as they are always portrayed as nameless and without families or rights to live) as:

Islamists
Terrorists
Radicals
Islamo-Fascists
Fundamentalists (intégristes)
Wahhabis
Salafists
Taliban
Al-Qaeda
Hezbullah
Hamas
Extremists
Clerics
Jihadists
Shariah Law Barbarians
Oppressors of Women
Arranged Marriage Savages
Homophobites
Anti-Semites
Freedom and Democracy Haters
And a few other Arabic or Islamic sounding names or labels used by the Judaic-Illuminati World Order.

Lately, they came up with more:

IS ("Islamic State")
ISIS (Israeli Secret Intelligence Service)
ISIL
BOKOHARAM
  
Even the labels MUSLIM, ARAB, and ISLAM are used by their Corporate States, Academics, Prostitute Media, and Cretinensia ("Intelligentsia") to scare the shit out of their brainwashed masses!
In Spain, THEY have ethnically cleansed the country of its Muslim inhabitants, and destroyed the flourishing Islamic civilisation.

In Hindustan, THEY have murdered millions of Muslims, destroyed their civilisation, and given the best lands to the Hindus where over one hundred million Muslims live in slavery and abject poverty.

In China and Indo-China, THEY have murdered millions of Muslims and this is ignored by one and all.

In Indonesia, THEY (Capitalists) have murdered millions of Muslims and set up a dictatorship under their control.

In Afghanistan, for nearly a decade, THEY (Russian Socialists and Communists) had been murdering “Mujahideen” and Europeans and Jews have taken over the mass slaughter campaigns by murdering “Taliban” and “Al-Qaeda” for more than a decade.

In Palestine, THEY (Jews, Zionists, Communists) have murdered the Palestinian leader Yasser Arafat and most of his top men, and are murdering Palestinian “terrorists” and have stolen almost the entire of Palestine (after having been given the best lands by the UN), ethnically cleansed the land for exclusively Jewish Apartheid occupation.

In Lebanon, (falsely passed internationally as a Muslim minority Lebanon!), THEY destroyed the Capital, divided the population into fighting and opposing factions (as THEY would later do in Yugoslavia), bombed civilians indiscriminately, and allowed the murder whole families in Refugee Camps (and later in UN “Safe Havens” in Bosnia-Herzegovina)!

In Chechnya, THEY (Russian Communists) have destroyed the Capital Groznyy, slaughtered en masse the Muslim population and taken over the control of the entire country.

In Central Asia, THEY control all the Muslim countries that were under the control of ‘former’ Soviet Union.

In Bosnia-Herzegovina, THEY (Catholic hating Judeo-Christian leadership allied with the Jews) ethnically cleansed the Muslims, mass raped the women and young girls, and took control of the country.  Before this, THEY had bombed Croatia (covertly helped by the US and the French Foreign Legion) and murdered many in all impunity.

In Algeria, THEY (the French and their paid puppets) have murdered millions of Muslims in three Holocausts and taken over the country.

In Iraq, THEY have waged two murderous wars and murdered (by hanging) the head of State Saddam Hussain, raped Iraqi women and young girls (video taped by Jewish pornographers!), tortured prisoners, and stolen the entire country! 

In Libya THEY (with Jewish direct support, e.g., mass murderer Bernard Henri-Lévi) have murdered and sodomised the head of State Muammar Al Ghaddafi, destroyed the country and slaughtered en masse the Libyan population, and they now own the country.

In Syria, THEY (again with Jewish support) have started mass destruction and mass killing by their paid mercenaries in an attempt to murder the head of State Bashar El Asad and the take over of Syria for the benefit of Apartheid Israel.

In Iran, THEY have started assassinating scientists, crippling the population by sanctions and embargoes, waiting for the right moment to bomb the country back to the “Stone Age”!

In Sudan, Somalia, Yemen and other Muslim and non Muslim countries, the same destruction and extermination of the civilian populations are being carried out, including in South America, Africa, Pakistan, etc.

 To those who are interested in real History, they should be well aware by now, that Christianity alone cannot be held responsible for all the sufferings on our planet and for which the Atheist bigots blame RELIGION, all religions, but mainly Christianity and Islam. 
After nearly two thousand years, it is an established fact that the “Holy Book” of the Christians is unreliable as one Pr Bart Ehrman showed it to us in a very scholarly manner.   But, I go along with Ehrman’s findings only to a certain limit because he started as a bigoted Christian Evangelist (“Fundamentalist Bible Thumper”) to end up as a bigoted “Agnostic”.  He still is unable to understand that there is no better world than a genuinely Christian and Islamic world, and that all the isms that the West have fabricated are just abominations responsible for most of the sufferings, destruction, immorality and pollution on our planet – as taught in both Judaism, Talmudism and Zionism.   

2017 - THE CASTING OF PEARLS BEFORE SWINE NEVER STOPPED!


Merry (Joyeux) NOËL to all Christians and Muslims and Happy New Year 2013 to all!
With a very Special Prayer for all the oppressed people and Martyrs of the Planet and for our babies and children that WE have allowed and are still allowing the Jews and others to offer as ritual sacrifices to their Gods!

So, it is foolish to impute the cause or causes of human decadence to the “Holy Book” however corrupted it might be!  When I was a teenager, I did establish (with my Catholic neighbour Claude Soopramanien) that the Christian “Holy Book” was corrupted beyond recognition and we went to find some answers from a Catholic priest of the local Basilica of Saint Helena’s Church, one “Adaï Kalam”.  Despite of the fact that Hindus and Muslims have been victims of European-African White and Black Catholic Supremacism, I have a sentimental attachment to the White and Black Catholic intelligentsia despite of their racism because I learned much from them and appreciated much of the life-style of their bourgeoisie as much as I despised their racist and anti-Islamic side, of course.   

But, I did manage to find out already as a teenager that the entire edifice of the Catholic Church was based on a pack of lies about almost everything (like the “Father Christmas” myth!), and I was soon to be confronted with two types of racism: White European and Black African racism.  Black Africans and Malagasies usurped the identity of the salvers known as Creoles and made themselves into a separate Secular (Atheist!) Catholic ethnic group that was still serving the White European and Freemasonic interests and adopting their life-styles (although they had already started leaving the Church) in opposition to the Indians that formed the majority of the population mainly of Hindu and Muslim confessions.  

But, living under colonialism and racism, gave me a deeper insight in the real politics of the time and of the imperialist world, and I saw in my lifetime how the ruling Catholics slowly adopted the religion of Mammon and little was left of Christ in their way of life.  And this was the same all over Christendom, especially in the White Western world where Judeo Freemasonry had taken over their way of life almost entirely.  So, I claim that finding the root causes of “Christian Zionism” in the “Holy Book” (despite it being heavily corrupted) is a useless endeavour because I found the causes instead in Freemasonry and in the Jewish Qabbalah.  But, I need to inform the newcomers to a critical study of the “Holy Texts” that they have not invented anything new.  

More than 1400 years ago, Muslims had claimed that the Israelite and Christian “Holy Texts” were corrupted and unreliable.  “Jesus Christ” is reported to have claimed that the Pharisees and the Sadducees had corrupted the Israelite “Holy Texts” as well!  Many Muslim geniuses in comparative religions, like Sheikh Ahmed Deedat, Dr Zakir Naik, and thousands others, including reverts to Islam like Dr Jeffery Lang and Dr Jerald F. Dirks and countless others, have given all the proofs required to show that the Ancient Texts were all poor translations of the long gone originals, and that even the translations were heavily corrupted, altered, mutilated, added to, manipulated, mistranslated, misinterpreted (which I found out already in my teens), while Islam has survived in its original Arabic, unchanged and right here for us to see.  Whether it is the very Word of God or not is another matter.     
  
But, does it really matter that we all know today that there is no such thing as, for example, Father Christmas or that Jesus Christ was not born on 25 December 2012?   Have we stopped celebrating Christmas and promoting the Father Christmas myth?  No!  It is true that half of Christendom who found out how corrupted and unreliable their “Holy Texts” were left the Church and almost completely the religion as well having adopted a very unchristian way of life.  But, what of the other half of Christendom, do they not count?  Damn it!  They do count!  Is it not true that they have kept the FAITH despite all the unreliability of their “Holy texts”?     

So, it is useless to bombard them with facts proving how corrupt or how unreliable and full of contradictions their Holy (to them) Texts are!  The reason why I meet so much opposition in my writings regarding this issue is because believing Christians are so bigoted that they are not prepared to listen to reason – they are people of blind FAITH!  Should we laugh at them, mock them, keep repeating that their “Holy Bible” is just crap?  Of course, no!  This is not a matter of derision because even in their corrupted state, the “Holy Texts” have produced far more good and Saintly people than all the isms (as listed above) invented by philosophers, ideologues, free thinkers, Atheists, Gnostics and Agnostics alike.   

This is where Islam comes in advising humanity to come to COMMON TERMS with the people of All Scriptures (Revelations).  Muslims have achieved enough (too much already) in the field of Comparative Religion and must now move on to finding COMMON TERMS.  This is why I object to the efforts of some (clowns) ridiculing rather than finding common terms.  It is obvious that “Mathew” never wrote the “Gospel according to Mathew”, but for millions of Christians worldwide this is immaterial because they have decided by conviction or otherwise that this is the very Word of God.

Matthew 7:6 is part of the Sermon on the Mount. The original Koine Greek, according to Westcott and Hort, reads:


μη δωτε το αγιον τοις κυσιν μηδε βαλητε τους μαργαριτας
υμων εμπροσθεν των χοιρων μηποτε καταπατησουσιν αυτους
εν τοις ποσιν αυτων και στραφεντες ρηξωσιν υμας

In the King James Version of the Bible the text reads:


Give not that which is holy unto the dogs, neither cast
ye your pearls before swine, lest they trample them
under their feet, and turn again and rend you.

The World English Bible translates the passage as:


“Don’t give that which is holy to the dogs, neither throw
your pearls before the pigs, lest perhaps they trample
them under their feet, and turn and tear you to pieces.

In the Middle East, both dog and swine (pig) were regarded as unclean and pearls a luxury of extreme value.  Can dogs and pigs appreciate religion?  Can we not see a multitude of humans who cannot either?  Is this not a judgement allegedly passed by Jesus in contradiction with what he is alleged to have preached elsewhere condemning the judging of others?  So, yes, the “Holy Book” is filled with contradictions, mistranslations, anonymous authorships, false and non witnesses, and very little about Jesus, but has this completely destroyed Christendom?  No.  Have we ever read in any man made constitution the following: Do not do unto others what you would not like done unto you?  The Godless State always does unto us what we true Christians and Muslims would never even think of doing unto others!  So, the Godless State is the enemy of both Christianity and Islam, and of any civilised humanity!     

When I hear Ron and Joe Hall mocking the Gospels (GOOD NEWS), I see them missing the whole point and missing the GOOD NEWS and concentrate only on the “contradictions” that give them so much fun talking about!  In this is a greater danger even if the clowns’ intentions are noble, and they sure do not make me laugh at all!  My good friend Vickie Jacobs did not laugh either! 

 “I would love to hear each and every person that would want to call in” … “looking at Christian Zionism Root Cause” … “we want other people to help us”


Really?   While it is 100% true that “Zionism, Jewish extremism and a few other nasty items” have made our world uninhabitable today, the root cause lies in DECADENT Christendom and in their Unholy Alliance with Jews and Zionists by destroying the decadent Islamic Khilaafah and the setting up of puppet kings and dictators in all conquered Muslim lands including Palestine.  Do we blame the weapons of mass destruction or those who use them?  Jews are indeed the weapons of mass destruction, mass deceit, mass perversion and of global plunder and enslavement!

The root cause of the current wars, mass murders, theft of lands, lies, deceits, bombings, torture camps, rampant crime, immorality, global pollution is the usurious Central Bank System in the hands of mostly Jews.  But, the main reason why they do what they are doing and have done for centuries does not lie in the Holy Scriptures, but in the FACT that decadent Christendom gave them the monopoly over our way of life and very existence on this planet.  

Can we justify everything because of Jewish blackmail, bribery, immorality and supremacy? 


1.      Who financed Napoleon and Wellington?
2.      Who caused the defeat and murder of Napoleon and why?
3.      The defeat of French Catholicism and the decapitation of the French Christian monarchy and of the Christian Russian Tsar gave Judeo Protestant Britain and Judeo Protestant America the leadership of the Global Judeo Zionist Empire! 
4.      Who allowed the setting up of the illegal private Federal Reserve Bank?
5.      Who allowed the Bank of England and the Europeans monarchs and the Jews to own most of the gold, precious stones, oil and the real estate?
6.      Who allowed the UN dictatorship to survive?
7.      Since the assassination of John Fitzgerald Kennedy, who allowed Zionist Presidents to be ‘elected’ (catapulted) at the head of the US army and successive governments?
8.      Who allowed the American Zionist Council to exist and survive as AIPAC when both JFK and RFK wanted the Israeli Agency to register as a foreign agency?  
9.      Who allowed Israeli “Security” firms to control the Security of so many warmongering Western and Eastern nations, including India and Japan?
10.  Who allowed Jews, Jews and Jews at the head of all our vital institutions?

Definitely, not the Torah, not the Talmud, not the Gospels, not the Epistles, and not Revelations (Apocalypse)!


1.      Who gave us “civilisation”?  MESOPOTAMIA (IRAQ)!
2.      Who gave us “Jesus Christ”?  PALESTINE!
3.      Who gave us “Christmas”?  PERSIA (IRAN)!
4.      Who sheltered the entire family of Jesus Christ when they were persecuted?  EGYPT!
5.      Who sheltered “Saint Paul” after his conversion?  ARABIA and SYRIA!
6.      Who has Perfected Islam and universalised it?  ARABIA!
7.      Who shows the most respect for Jesus Christ and his blessed Mother?  Guess who?

Christians must be informed and convinced of the fact that by bombing Iraq, Palestine, Iran, Egypt, Syria and soon Arabia, what they are doing is just helping DESTROYING THEIR OWN CHRISTIAN ROOTS for the sake of Apartheid and Ethnic Cleansing Israel!   And this is evil and Satanic!  Let us get rid of Apartheid Israel and of ISRAHELL in the Middle East and the world will know peace!  Christians and more and more Muslims have given too much to Caesar and not enough to God.  So, why always blame the Jews or the Zionists who have already sold their souls to the Devil a long time ago!  

LUKE 6:42 New International Version (©1984)


How can you say to your brother, 'Brother, let me take the speck out of your eye,' when you yourself fail to see the plank in your own eye?  You hypocrite, first take the plank out of your eye, and then you will see clearly to remove the speck from your brother's eye.”

THIS HAS TO CHANGE IF WE WANT TO SURVIVE AS HUMANS!

Amen
Basheer Ahmad Frémaux-Soormally
26th of December 2012

ACHTUNG!!!






Published on Youtube on 12 Jul 2012 (9 parts)
 
"THE ILLUMINATI HAS GONE PUBLIC WITH THEIR NWO AGENDA BY RELEASING THIS VIDEO TO THE PUBLIC. 

THEY HAVE ANNOUNCED THEIR PLANS ABOUT 

THE NEW WORLD ORDER,

DEPOPULATION PLAN

THE H.A.A.R.P. PROGRAM WHICH WILL BE USED AGAINST NATIONS THAT WON'T COMPLY, AND THEY EVEN ADMIT TO

CHEMTRAILS BEING USED AS WEATHER MODIFICATION & DEPOPULATION ETC. 

THEY ANNOUNCE THE RF.I.D. CHIP, AND IN THIS VIDEO, 

THE EXISTENCE OF GOD, ANGELS, SATAN, AND DEMONS WILL BE PROVED ONCE AND FOR ALL."



“Kent Hovind had been charged with falsely declaring bankruptcy, making threats against federal officials, filing false complaints, failing to get necessary building permits, and various tax-related charges. He was convicted of federal tax and related charges, for which he is currently serving a 10-year sentence.”

http://en.wikipedia.org/wiki/Kent_Hovind#_note-8

Dr Kent Hovind was jailed on 2 November 2006.

Although very informative, the wikipedia article is very prejudiced against Dr Hovind both on the science side and the legal aspect.

Arun Russo, filmmaker showed in his documentary Democracy to Fascism that there is no law that can force US citizens to pay income taxes on their wages. Jo Banister who used to work for the IRS (US Inland Revenue Service), denounced the IRS as a fraudulent organisation.

When victims of the IRS asked in Court to be shown the law, the Judge says: I do not want the Law in my Court; I am the Law! 

Another Freemason Judge said somewhere else in Europe: TRUTH IS NOT A DEFENCE!"  (French Jewish-Communist Fabius-Gayssot Law)

BAFS THE ALIEN BEGINNING AND END OF HUMANKIND

By Basheer A. Frémaux-Soormally

From Daryl's Encyclopedia

Kevin Annett: Pope Francis, Queen Elizabeth arrest warrants; USA Bishop breaks with Vatican
WATCH ON YOU TUBE
http://youtu.be/Ac_7_v3lGg4


VANCOUVER, BC – In this moving interview with Alfred Lambremont Webre, Rev. Kevin Annett, Secretary of the International Tribunal into Crimes of Church and State - www.itccs.org - details the recent roles of the Tribunal and its Common Law Courts of Justice leading to the historic resignation of Pope Benedict XVI (Joseph Ratzinger) and the serving of arrest warrants on Pope Francis I for personal involvement in child trafficking and other crimes. Kevin Annett characterizes Pope Francis I Jesuit “humility and poverty” profile as damage control by a criminal organization. He also discusses common law justice courts starting up in England and the USA.

U.S. Bishop arrested for urging congregation to break with Vatican
In the interview, Kevin Annett discloses the recent case of a Roman Catholic Bishop in Albany, New York who has been arrested by police after urging the congregation at a church in his diocese to break with the Vatican because of its crimes.

Information:
www.itccs.org
Multiple Languages:
http://kevinannettinternational.blogspot.fr/

ARTICLE:
http://exopolitics.blogs.com/exopolitics/2013/03/my-entry.html



Pastorale catholique 27 ─ Les personnes homosexuelles



166 views
Published on 9 Nov 2014
III) La pastorale des disciples du Christ (ceux qui vivent de la charité).
Pastorale 27 ─ La pastorale catholique des personnes homosexuelles (42 mn).
Cette pastorale est décrite dans le Nouveau Testament par Jésus. La théologie catholique est nécessaire pour éclairer le bien. Le projet de Dieu sur l’homme et la femme, lumière de la vérité qui éclaire tout homme.

L'opinion d'une personne s'occupant de pastorale auprès des personnes homosexuelles :

"Bonsoir Arnaud,
Je viens de visionner ta vidéo. Il me semble que tu avais déjà parlé dans une autre vidéo des 3 formes d'homosexualité.
Je t'avoue que le début de la vidéo est un peu décevant d'autant que tu 'retombes' dans les condamnations faites par l'Eglise que ce soit Sodome Je pense que les homosexuels ne s'y retrouveront pas. Mais aussi qu'un hétérosexuel tente d'expliquer l'origine de l'homosexualité est toujours gênant...
Par contre, ce que tu dis dans la deuxième partie (la 2ème forme) et à partir de la 35mn est intéressant. Mais là également très peu d'homosexuels même chrétiens ou cathos sont prêts à reconnaître l'origine psycho-affective des premiers mois de la vie ainsi que cette grande fissure qui s'est formée en eux..
Si tu veux, le discours actuel est de dire que le Christ m'aime à travers cette faiblesse humaine et qu'au fond je n'y peux rien si je suis homo mais en tout cas je suis aimé de Dieu.
Voici mon point de vue : Plus j'avance dans ma vie, plus je crois que ce 'handicap' qui ne me lâche pas depuis 46 ans est devenu source féconde de spiritualité. C'est dans ce sens que j'ai voulu construire ma vie et dans ce sens qu'il faudrait apporter des 'solutions' pour les jeunes qui auraient des tendances homosexuelles. C'est vrai que ce désordre affectif, pulsionnel et du désir sexuel a fait des ravages dans ma vie... c'est incontestable. Maintenant, cette identité homosexuelle. Je pense que le Christ me demande de l'assumer... en tant que personne.
L'autre aspect est tout à fait exact : celui de l'amitié...et de la fraternité. Se servir de notre sensibilité pour créer des liens des relations fortes et durables... Pour pouvoir nous ouvrir sur les autres et même des familles. Oui c'est une richesse.
J'ai moi-même évolué par la découverte du site Aelred... Tu devrais en parler dans ta vidéo;... Car c'est un moine qui tombait amoureux de jeunes... mais qui a toujours fait face à ses désirs afin de progresser vers une relation plus grande : l’Amour d’Amitié.
Tu vois, ce que je voudrais dire : c'est que certes il y a dans l'Eglise, cet Absolu de la relation homme-femme... Mais que dans l'histoire de l'humanité les amitiés entre hommes ont permis de réaliser des choses extraordinaires.
Et Il faut croire aussi en ces guérisons intérieures ces guérisons du cœur offertes par les sacrements et le Christ qui me permettent aujourd'hui d'expérimenter la Miséricorde et de transformer ces pulsions en charité vivante. Et cela je le dois beaucoup aux enseignements de frère Roger et des Frères de Taizé... Ce sont des hommes qui n'ont aucun jugement vis à vis des homosexuels
et qui en fin de compte m'ont fait découvrir l’Amour inconditionnel de Dieu.
Et c'est à partir de là que j'ai pu reprendre confiance en moi et me reconstruire.
Voilà, ... Je pense que la vidéo aurait pu être davantage dans l'espérance de l'évolution des personnes homosexuelles..
vers la construction de la communion humaine par leur sensibilité, leur talent artistique et leurs capacités à croire en 'l’impossible'..
Bien à toi, dans la Paix du Christ et la Douceur de Marie.
Bertrand-Marie."

LE CONTENU DE LA VIDEO :
Les trois formes de l’homosexualité, essentielles à comprendre pour établir une pastorale juste. 1° La forme connue par l’ancien Testament (Juges 19, 22) est celle du mauvais larron.
2° La deuxième forme découverte au XVI° s, est liée à une sensibilité désordonnée par rapport à l’ordre de la nature. Elle est souvent celle des grands artistes. Elle est accompagnée de grandes déchirures intérieures (suicides fréquents), et de tentations éphébophiles. Le cas des prêtres abuseurs. 3° La troisième forme plus rare, est d’origine biologique voire hormonale.
Le pape François en 2013 : « Qui suis-je pour juger ? » Le synode des évêques en octobre 2014 : « Trouver certaines valeurs positives dans cette sensibilité ? ».


All comments (18)

Share your thoughts

Stream


On voit la trouille de ce faux-cul devant le Lobby sodomite!
Qu'il nous cite la Bible au lieu de nous bassiner avec ce sermon d'Anti-Christ!!
BAFS
Reply
 · 
1
Hide replies



Bonjour Frémaux, toujours respecter les personnes. Sans ce respect, pas de chrétien. 
Reply
 · 



+Arnaud Dumouch

Bonjour Monsieur ou Madame Arnaud Dumouch
“toujours respecter les personnes”???

Dieu, Celui des Israélites, bien sûr, a-t-il respecté les « personnes » en Sodome et Gomorrhe ???

 Jésus, a-t-il respecté les « personnes » quand il entra au Temple armé jusqu’aux dents avec ses apôtres, lui d’un fouet et les autres d’épées ???

Des prédicateurs vendus à Satan veulent à tout prix promouvoir des « loving and monogamous homosexual relationships” – « des relations homosexuelles, aimantes et monogames » qu’ils disent que la Bible autorise !!!

“Or do you not know that the unrighteous will not inherit the kingdom of God? Do not be deceived; neither fornicators, nor idolaters, nor adulterers, nor effeminate, nor homosexuals, nor thieves, nor the covetous, nor drunkards, nor revilers, nor swindlers, will inherit the kingdom of God” (1 Corinthians 6:9–10).
“But we know that the Law is good, if one uses it lawfully, realizing the fact that law is not made for a righteous person, but for those who are lawless and rebellious, for the ungodly and sinners, for the unholy and profane, for those who kill their fathers or mothers, for murderers and immoral men and homosexuals and kidnappers and liars and perjurers, and whatever else is contrary to sound teaching, according to the glorious gospel of the blessed God, with which I have been entrusted” (1 Timothy 1:8–11).
Mais, afin de faire croire au monde que l’homosexualité est permise dans la Bible ou dans les Évangiles, ces vendus à Satan n’hésitent pas à enlever le mot homosexuel de la Bible !
Il est vrai que les pauvres « Chrétiens » ne savent plus à quoi s’en tenir ayant le cul entre quatre chaises, entre Dieu, Jésus, Paul et le Vatican !!!

Paul utilise le mot arsenokoitēs (mâle - lit soit le coït anal entre mâles) pour décrire le comportement homosexuel dans les deux passages cités ci-dessus. 

Paul connaissait très bien Lévitique 20:13 :
"'If a man has sexual relations with a man as one does with a woman, both of them have done what is detestable. They are to be put to death; their blood will be on their own heads.”

Avec vos pratiques abominables au sein même des églises, Satan a réussi à faire légaliser le coït anal et même le mariage homosexuel ou sodomite ainsi que l’adoption de nos enfants, détruisant ainsi et du coup le sacrement du mariage et la famille !

RESPECTER
Les fornicateurs
Les idolâtres
Les adultères
Les efféminés
Les homosexuels
Les voleurs
Les convoiteurs
Les alcooliques
Les vilificateurs
Les escrocs
Les patricides
Les matricides
Les meurtriers
Les kidnappeurs
Les menteurs
Les parjures
Les profanateurs
Les blasphémateurs
 etc.

Et, quoi encore, tas d’hypocrites de la Synagogue de Satan ???

Signés : Dieu, Jésus, Paul, et Basheer.

BAFS
Catholique Christique, non romain, non apostolique.
Reply
 · 



+FRÉMAUX SOORMALLY Vous dites : "Dieu, Celui des Israélites, bien sûr, a-t-il respecté les « personnes » de Sodome et de Gomorrhe ???"

Ah pardon, je pensais que vous étiez chrétien. Je ne savais pas que vous étiez de la Loi de l'ancienne Alliance. Dans la Nouvelle Alliance, Dieu aime le pécheur et n'aime pas le péché. 
Reply
 · 



+Arnaud Dumouch

Cessez de mentir!
Je vois cite la Bible, vous me citez quoi?

"Ah pardon, je pensais que vous étiez chrétien" - Je suis Christique du Christ!
BAFS
Reply
 · 



Frémaux, vous devriez lire l'Ancien Testament et comment Dieu, peu à peu, a affiné son peuple, le faisant passer d'une loi de la vengeance, à une loi de la justice terrorisante (Moïse), puis à une loi de la justice miséricordieuse (Les prophètes), avant que, en se faisant homme, il n'enseigne la loi de l'amour qui durera éternellement.

Bref, la lapidation des femmes adultères, c'est fini et pourtant les femmes adultères sont toujours dans le péché.

Bref, si vous êtes chrétien, vous pouvez continuer de montrer que l'homosexualité est un péché, en évitant le langage de haine envers les homosexuels.
Reply
 · 



+Arnaud Dumouch

Monsieur ou Madame

Vous n’avez répondu à aucune de mes objections pourtant basées sur ce que vous appelez la Parole de Dieu que vous, soumis entièrement à César et non à Dieu, changez au gré du temps.  On ne sait même pas si vous, personnellement, vous êtes homosexuel ou non car vous le cachez jusqu’au moment où on vous découvre.

Vous me demandez de lire l’Ancien Testament, quelle insolence de me prendre pour un non initié du dogme israélite et catholique?

Vous écrivez comme un raciste en reprenant cette absurdité israélite selon laquelle Dieu aurait « SON PEUPLE » à l’exclusion de tous les non israélites !
« … Dieu, peu à peu, a affiné son peuple »

Oui, vous avez sûrement raison de dire que Satan-Dieu a affiné « son peuple » pour faire de lui propriétaire d’une terre volée, la plus importante entité terroriste, raciste et nettoyeuse ethnique de la planète après les USA, la France, la Grande Bretagne, et une grande partie de l’occident.

Merci de nous rappeler que le Dieu israélite de Jésus avait institué « UNE LOI DE VENGEANCE » à « Son Peuple Choisi » confirmant/justifiant ainsi les génocides perpétrés par « Son Peuple Choisi ».

Merci encore de nous dire que ce Satan-Dieu avait aussi institué « UNE LOI DE LA JUSTICE TERRORISANTE (MOÏSE) » confirmant/justifiant ainsi les massacres perpétrés par Moïse, Jésus (Joshuah) et leurs armées !
« … une loi de la justice miséricordieuse (Les prophètes) » ? Connais pas !  Dites le aux indigènes d’Océanie, d’Asie, d’Afrique, des Amériques (Canada compris), et des îles que la Chrétienté a exterminé !

« … en se faisant homme… » ?

Nous voilà enfin, le DIEU-SATAN FAIT-HOMME que plus de la moitié de la Chrétienté a abandonné pour le racisme blanc, les Croisades, le colonialisme, l’impérialisme, les inquisitions, les holocaustes, la traite des Africains et des Asiatiques comme esclaves, le socialisme, le communisme, le marxisme, le féminisme, le féménisme, l’homosexualité, la pornographie, la prostitution, les jeux de hasard, la drogue (y compris le tabac et l’alcool), le satanisme, le blasphème, la religion New Age, etc. !!!

Vous n’êtes que des imposteurs et des menteurs avec votre fausse religion « d’amour » :  Love the sinner, but hate the sin !  C’est de Satan et non du Christ !

« la lapidation des femmes adultères, c'est fini… »

Donc, vive l’adultère et les « bâtards » (terme biblique !) issus de l’adultère! 
« … le langage de haine envers les homosexuels. » ???

Satané prédicateur de merde, m’insulter de la sorte !  Pouvez-vous me citer où j’ai utilisé un « langage de haine envers les homosexuels » ???  Il me semble que vous n’êtes obsédé que par l’homosexualité !

Ensuite, vous êtes bouché, quoi!  Je suis CHRISTIQUE, CATHOLIQUE NON ROMAIN ET NON APOSTOLIQUE, c’est mon droit, et non CHRÉTIEN IDOLÂTRE ET POLYTHÉISTE !

Je ne vous salue pas
BAFS
Reply
 · 



En appelant "Satan-Dieu" le Dieu de l'ancien testament, vous tombez dans l'hérésie de Marcion, condamnée dès les premiers Conciles oecuméniques.

Quant à moi, je suis marié et père de famille.

Ma position sur l'homosexualité me vaut de dures accusations d'homophobie par certains "humanistes" et de dures accusations de philophobie par vous.

La réalité est que l'Eglise respecte les personnes homosexuelles et rejette la pratique homosexuelle comme un péché contre la loi naturelle créée par Dieu. 
Reply
 · 
1

+Arnaud Dumouch

Monsieur
Donc, vous n’êtes pas prêtre célibataire et homosexuel !  Étant marié et père de famille, il est de mon devoir de montrer davantage de respect car je considère le mariage comme un sacrement et le fait d’être père de famille est une indication claire et nette que vous avez connu la véritable humanité de l’être humain avec toutes ces joies et ses peines, et je ne puis que vous en féliciter.
Pour en revenir à l’hérésie de Marcion ou d’autres, je me dois de vous rappeler que le Chrétien est un hérétique israélite ou juif, et que le Musulman est forcément un hérétique israélite et chrétien.  Mais, il faut aussi reconnaitre que non seulement l’Israélite est lui aussi un hérétique de la première religion révélée, mais aussi un corrupteur de cette religion tout comme le Chrétien qui ne cesse de corrompre la religion du Christ, qu’il ait existé ou non.  Nous n’avons aucune preuve que Jésus ait existé, mais là n’est pas la question car je ne discute jamais de la foi des autres.  Je respecte la foi quelle qu’elle soit tant qu’elle ne nuit pas à autrui ou à soi-même.
En appelant Satan-Dieu, je ne faisais que qualifier votre Dieu que vous dites est un imbécile qui ne sait pas ce qu’Il fait car les Chrétiens (ainsi que les Juifs, d’ailleurs) n’ont cessé de changer Ses Lois comme bon leur semble.  Quant aux « Conciles œcuméniques », je m’en balance vraiment, car les hommes ne peuvent changer la Parole de Dieu, Concile ou pas, comme le Pape sioniste Jean-Paul II l'a fait lors de Vatican II.   Jésus, lui-même, a parlé de la Synagogue de Satan !
Le Vatican a totalement changé le dogme catholique, et c’est pire que l’homosexualité !  Je préfère encore les pédés que les Sionistes, les racistes, les blasphémateurs, et les menteurs.  Combien de Papes non blancs avons-nous eu depuis Constantin ? 
Je ne vous ai pas accusé de « philophobie » que je sache, mais de promouvoir l'homosexualité d’une certaine façon ou d’être trop tendre avec les pédés et pédophiles qui sodomisent nos jeunes et détruisent la famille.  Trop de bonté n’est plus de la bonté, mais de la pure bêtise !
« La réalité est que l'Eglise respecte les personnes homosexuelles » parce que les églises sont remplies de pédés et de pédophiles jusqu’au Vatican, et jusqu’au Pape.  J’ai déjà écrit là-dessus au sujet de Ratzinger, condamné récemment, ainsi que la Reine Élisabeth II, par le Tribunal de Bruxelles, et contre qui un mandat d’arrêt fut lancé.
 Mon ami, ne dites pas de sottises en disant que l’église « rejette la pratique homosexuelle comme un péché contre la loi naturelle créée par Dieu », car l’église en est remplie !  J’ai failli, moi-même être victime d’un prêtre catholique, le Père Charles Ditner de l’Église Sainte-Hélène, alors que je n’avais pas encore dix ans !   Voir sa photo sur le poste suivant:

BAFS - CASTING PEARLS BEFORE SWINE
Wednesday, 26 December 2012
http://muhammad-ali-ben-marcus.blogspot.co.uk/2012/12/bafs-casting-pearls-before-swine.html

Je vous demande pardon si sans le vouloir j’ai blessé vos sentiments.
Respectueusement et christiquement vôtre
Basheer


Reply
 · 
3





Lahcen Ichqirib via Google+

22 hours ago
Marked as spam
FRÉMAUX SOORMALLY originally shared this
On voit la trouille de ce faux-cul devant le Lobby sodomite!
Qu'il nous cite la Bible au lieu de nous bassiner avec ce sermon d'Anti-Christ!!
BAFS
Reply
 · 
2

Merci.
Basheer

Pourquoi aider?

POUR PERMETTRE A L’EGLISE D’ACCOMPLIR SA MISSION
Dans une famille, on partage beaucoup de choses… Notre vie de famille est faite de PAROLES que nous échangeons ; de moments de CELEBRATIONS et d’une SOLIDARITE vécue au jour le jour entre les uns et les autres. L’Eglise est la famille de Jésus. Aussi, sa vie et sa mission consistent à prolonger celle de Jésus : ANNONCER la Bonne Nouvelle que Dieu aime tous les hommes ; CELEBRER Sa présence bienveillante à nos côtés ; et se mettre au SERVICE les uns des autres en privilégiant les plus démunis.

Sainte-Odile

La plus jeune paroisse du diocèse se trouve dans la ville de Rose-Hill.
Quand en 1972, Sainte-Anne devient une paroisse, plus connue comme Ste-Anne Plaisance, comprenant les quartiers de Stanley, Trèfles, Plaisance et Camp-Levieux, le Père A. Avrillon, alors curé de la paroisse, songeait déjà à la construction d’une chapelle pour répondre aux attentes des fidèles des faubourgs de Camp-Levieux. Les collectes s’avèrent nécessaires pour la réalisation du projet.Entre-temps, une famille a accepté de mettre à la disposition de la paroisse un petit local en tôle. La messe y était célébrée tous les jeudis.
Avant même l’achat du terrain, le nom de Sainte-Odile avait été proposé par le Père André Avrillon, alors curé de Sainte-Anne. Il avait eu l’occasion de visiter le Mont Sainte-Odile en Alsace, lorsqu’il était
séminariste en France. Il avait développé une grande dévotion pour la sainte. C’était son désir d’en faire la Sainte Patronne d’une des chapelles de sa paroisse; mais il est décédé en 1979 à l’âge de 45 ans.
L’auteur du projet, le père André Avrillon, meurt et la construction du Centre-chapelle est retardée.
1987 :Pose de la première pierre du Centre-chapelle par le nonce apostolique, Mgr Agostino Marchetto. Premier coup de pioche par le père Jacques Leblanc, curé d’alors.
1990 : Le Centre-chapelle Sainte-Odile voit le jour sur un terrain où est érigée l’église actuelle. Au début des années 90, Camp-Levieux continue à s’agrandir avec le complexe NHDC et les nouvelles maisons. Le Centre-Chapelle devient étroit. Les fidèles assistent alors aux messes dominicales à l’extérieur. La construction d’une église plus adaptée est nécessaire. La deuxième phase du projet est entamée après l’achat d’une 2ème portion de terrain.
1995 : La Fabrique de Sainte-Anne envisage de démolir le Centre chapelle pour reconstruire au même endroit la nouvelle église Sainte-Odile pouvant accueillir 600 à 800 personnes.
13 décembre 2000: Inauguration du Centre-Chapelle Sainte-Odile qui regroupe la communauté des fidèles de Camp Levieux et des cités qui sont proches du Corps de Garde à Rose-Hill. Cette chapelle était rattachée à la paroisse Sainte-Anne, mais devient autonome quinze ans après. Cette communauté grandissante est composée déjà de huit quartiers entourant l’église Sainte-Odile: le complexe NHDC de Camp-Levieux, le Village de la Montagne et de la Cité Corps-de-Garde dont les habitants sont en majorité chrétiens – soit environ 2 000 familles. Plusieurs mouvements et services ont déjà émergé autour de l’église Sainte-Odile. Entre autres, la catéchèse pour les enfants du primaire et pour leurs parents. Les liens d’amitié entre Sainte-Odile et Sainte-Anne sont appelés à croître et à se consolider.
2015 : Accession au statut paroisse.
12 décembre 2015: Sainte-Odile est promue au titre de paroisse et n’est plus rattachée à la paroisse Sainte-Anne. Cette célébration se fait au cours d’une messe présidée par Mgr. Maurice Piat le samedi 12 décembre, la veille de la fête de sainte Odile. Pour aider les fidèles à mieux comprendre ce qu’est une paroisse, une procession a été organisée avec la statue de Ste Odile et un triduum a été organisé sur le thème « paroisse ». Odile est synonyme de « fille de lumière ». Comme elle était aveugle et qu’elle a été guérie le jour de son baptême, le souhait du père Maria Paschal, premier curé de cette paroisse et aussi curé de la paroisse de Sainte-Anne, Rose-Hill, est que « cette terre soit terre de lumière avec le regard du Christ et que chaque paroissien soit appelé à accueillir l’autre comme son frère et sa soeur ».

Sainte-Anne

1864 : L’Oratoire de la mission indienne dédiée à Sainte-Anne est érigé sur un terrain donné au diocèse par Sir Célicourt Antelme, propriétaire de la sucrerie Stanley. C’est une cahute –« une salle avec un sol en terre battue aux murs crépis de bouse de vache, le tout recouvert de feuilles de cannes desséchées » raconte Mgr. Amédée Nagapen dans son livre « Notre-Dame de Lourdes, Rose-Hill, une paroisse centenaire » publié en 1990. Sous l’impulsion des pères jésuites, une chapelle, couverte de bardeaux, est construite avec des pierres provenant de l’usine désaffectée de Stanley.
1952 : Fondation de l’Indo-Mauritian Catholic Association –IMCAen vue de promouvoir la culture des indo-catholiques et d’avoir des célébrations religieuses comportant des éléments culturels typiquement indiens. Durant sept années des fancy-fairs sont organisés en vue de lever des fonds pour un lieu de culte modernisé.
1958 : Inauguration de la nouvelle église spacieuse et lumineuse ; l’ancienne chapelle étant transformée en Indo-Mauritian Home.
1971 : Dans la nouvelle paroisse unie qui vient d’être érigée regroupant les habitants de Stanley et de Plaisance ; Père André Avrillon a travaillé pendant sept ans à souder les quartiers populaires en vue de créer une entité paroissiale jusqu’à sa mort soudaine en 1979.
1975 : Les Religieuses Franciscaines Missionnaires de Marie fondent un couvent à Stanley.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Notre-Dame-de-Mont-Roches

Fin du XIX siècle Mont-Roches était habité par une petite communauté d’indo-mauriciens dont beaucoup de familles catholiques. Ces familles vivaient leur foi grâce aux visites des Pères Jésuite.

Mont-Roches était en majorité habité par une petite communauté d’indo-mauriciens dont beaucoup de catholiques.  Ces familles étaient les premiers pionniers de notre église aujourd’hui.
Années 30 : Un petit lieu de culte sortit de terre grâce au Père Lebeau.  La petite Chapelle était annexée à la paroisse du Sacré Coeur, Beau Bassin.
Ce sont des prêtres missionnaires Jésuites qui sont envoyés pour l’évangélisation tels que les Pères Chanut, Lebeau, de Roton, Paul Richard, Jordan Lapeyre, Jean Naramootoo, Cyrille Nallétamby, Alexis Koenig.
Années 70 : Beaucoup de familles s’installent dans le nouveau morcellement à Roches Brunes.  La communauté s’agrandit.  La Chapelle ne peut plus contenir tout ce monde.  Grâce à la générosité de Médine, une nouvelle église put être construite, sur un terrain mis à la disposition de la communauté. –        En juin 1977 les paroissiens de Mont Roches et Roches Brunes ont une nouvelle église, Notre Dame de Mont-Roches, avec le Père Gabriel Brice comme curé. Roches Brunes continue à s’agrandir.  Durant ces 30 dernières années, la communauté accueille de plus en plus de paroissiens chaque année.  Grâce aux curés, les Pères Cyrille Nalletamby, Maurice Feuilherade, Jean Claude Alleaume et Gérard Lajoie, de par leur différent charisme et leur bon travail, ils ont su faire de la paroisse, Notre Dame de Mont-Roches une grande famille accueillante et priante. Mont-Roches à la fin du 19e siècle : habitait à Mont-Roches une petite communauté composée surtout d’Indo-mauriciens dont plusieurs familles chrétiennes qui vivaient leur foi et leur culture grâce aux Pères Jésuites qui les visitaient.
Dans les années 1930 : Un lieu de culte – dédié à Notre-Dame-de-Lourdes et annexé à la Paroisse du Sacré-Coeur, Beau-Bassin – sort de terre grâce au Père Lebeau, jésuite, qui a voulu aider les indocatholiques à mieux vivre leur foi. Ce sont les prêtres missionnaires jésuites – les Pères Chanut, Lebeau, de Roton, Paul Richard, Jordan Lapeyre, Cyrille Nallétamby, Jean Naramootoo – qui sont envoyés pour évangéliser cette communauté. Avec l’IMCA, ils continuent à vivre leur foi en Jésus-Christ à travers leurs langues ancestrales et leurs coutumes ; ce qui est une richesse pour notre catholicisme.
Dans les années 70, avec le nouveau morcellement de Roches-Brunes, beaucoup de familles viennent s’ajouter à la communauté et la petite chapelle ne contient plus son monde.
Grâce à la générosité de Médine qui a mis à la disposition un terrain dans le nouveau morcellement de Roches-Brunes, une nouvelle église sort de terre.
Au mois de juin 1977 : la petite chapelle de Mont-Roches est délaissée pour la nouvelle Église-Notre-Dame-de-Mont-Roches, dont la fête patronale est célébrée le 15 septembre en l’honneur de Notre-Dame des Douleurs. Les paroissiens de Mont-Roches et de Roches-Brunes se regroupent pour mieux servir leur paroisse et en faire une grande famille accueillante, ouverte à tous. La paroisse est répartie en plusieurs quartiers où les familles se réunissent pour prier et célébrer ensemble. Notre-Dame de Mont-Roches est une paroisse de mission où se côtoient des catholiques d’origines et de cultures différentes. Les Tamouls baptisés continuent de vivre leur foi dans leur langue et culture. Il y a aussi une solide communauté d’origine chinoise qui vient de fêter leur 30e anniversaire sur la paroisse, une communauté qui œuvre énormément à l’évangélisation des familles sino-mauriciennes à travers leurs langues et leurs cultures. C’est à leur initiative qu’un cinéclub (avec film/ débat & partage), ouvert à tous les paroissiens, se tient chaque 3ème vendredi du mois. Cette paroisse se veut être une vraie communauté arc-en-ciel dans l’Ile Maurice pluri-culturelle.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Vincent-de-Paul

1870 : Une maison de prières est érigée par le Père O’Farrell sur un terrain donné par un couple.
1872 : Mgr. Scarisbrick fonde la paroisse dédiée au patron des pauvres, St. Vincent-de-Paul.
1873 : Construction du presbytère en pierres de taille à l’arrière de l’église.
Le paludisme a arrêté l’essor de la paroisse, les paroissiens émigrant vers les hauts plateaux de Plaines-Wilhems. En 1902, le dernier prêtre résident quitte le presbytère.
De 1904-1922 : Aucune messe n’est célébrée à l’église. La paroisse est momentanément rattachée à celle de l’Immaculée. Les activités reprennent toutefois avec tout le développement industriel et commercial qui s’effectue dans Port-Louis sud.
1982 : Une belle cure, don d’une famille de l’endroit, est ajoutée à l’église qui est devenue très active avec une communauté paroissiale dynamique.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Jean-Marie-Vianney

1937-38 : Suite au don d’un terrain par la famille Douce, une chapelle est construite avec de la chaux, des feuilles de tôle et des poutres.
1939 : La chapelle est ouverte au culte.
1959 : La chapelle est complètement rasée.
1965 : Consécration de l’église reconstruite.
Une chapelle est rattachée à la paroisse
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Notre-Dame-de-Fatima

1830 : A Triolet existait une chapelle dédiée à Saint-Julien, ainsi dénommée parce que c’est le propriétaire de la sucrerie Saint-Julien qui avait donné le terrain. Le sanctuaire a été par la suite agrandi, mais les cyclones de 1945 et de 1960 l’avaient complètement renversé. C’est le père Haegy qui a entrepris la reconstruction de la chapelle pour en faire un spacieux édifice sous dalle en béton, de style moderne.
1964 : Inauguration du nouveau sanctuaire sous le vocable Notre- Dame-de-Fatima.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint- François-d’Assise

19 juin 1850 : deuxième semestre Consécration de la chapelle de Notre-Dame –du-Mont-Carmel, à Chemin-Grenier.
11 Février 1900 : Fondation de la paroisse de Notre Dame du Mont Carmel, Chemin Grenier. La paroisse fait partie de deux grands villages, Chemin Grenier et Chamouny, dans le sud du pays.
La chapelle de Saint François d’Assise, baie du cap, fait partie de la Paroisse Notre Dame du Mont Carmel, dans le sud du pays (donner à compléter, c.a.d dates de la construction)
Pour les écoles primaires il y a : Notre Dame du Mont Carmel R.C.A, Chemin Grenier et Saint François d’Assise R.C.A, Baie du Cap.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Jean

1841 : Quand Mgr. W.B.A. Collier arrive à Maurice, il voit les besoins de la communauté catholique des Plaines-Wilhems, un district en plein développement. L’esclavage avait été aboli. Les affranchis se chiffraient à 5 147, les blancs et gens de couleur à 2 330 ; à ceux-là s’ajoutaient 4 907 immigrants indiens (4 697 hommes et 210 femmes), soit une population totale de 12 384. Et parmi, environ 6 000 catholiques. Voici en quels termes Mgr A. Nagapen parle de la vocation de la paroisse de Saint-Jean. « D’abord, berceau de la vie ecclésiale d’un vaste district à sa fondation en 1846. Puis en moins d’un demi-siècle, elle avait irradié la flamme du catholicisme dans les diverses localités des Plaines- Wilhems. Ainsi, à partir de Saint-Jean, surgit l’impulsion spirituelle qui aboutit dans les principaux villages : à l’implantation de chapelles, en attendant l’érection d’églises paroissiales, à l’évangélisation des familles, à la fondation de couvents de religieuses, à l’ouverture d’écoles pour la jeunesse, bref à l’épanouissement de l’Église de Jésus Christ sur cet immense territoire. »*
18 janvier 1846 : Création de la Paroisse de Saint-Jean par Mgr W.B.A. Collier. ll confie à C.J. Hogan, un jeune Irlandais de 23 ans, à qui il venait de conférer la prêtrise, la responsabilité de la nouvelle paroisse qui couvrait l’ensemble du district de Plaines-Wilhems. La première messe est célébrée le 18 janvier 1846 à Mon Repos, demeure construite au 18ème siècle avoisinant la sucrerie de Trianon où une chapelle avait été aménagée au rez-de-chaussée. Six années durant, jusqu’en 1852, les fidèles se réunirent à la Chapelle de mon Repos qui servait de centre paroissial pour les 6 000 catholiques de la vaste région de Plaines- Wilhems qui s’étendait de Curepipe à Beau-Bassin.
1848 : La Fabrique achète un terrain de six arpents suffisamment spacieux pour contenir l’église, le cimetière et le presbytère.
1849 : Le cimetière est ouvert.
26 novembre 1850 : Pose de la première pierre d’une église pouvant contenir 600 personnes.
30 aout 1852 : L’église s’ouvre au culte. L’inauguration de la nouvelle église a lieu par Mgr Collier qui vient lui- même consacrer le sanctuaire dédié à Jean, l’Évangéliste. L’évêque était entouré de plusieurs membres du clergé, parmi lesquels se trouvaient l’abbé Hogan, curé, et le Père Laval. Au fil des années, l’édifice se pare d’un décor somptueux : table communion en marbre, un superbe chemin de croix ainsi que plusieurs tableaux artistiques. La fête patronale le 6 mai, solennité de Saint-Jean, est célébrée avec des paroissiens venant de Curepipe à Beau-Bassin par des moyens de transport difficiles.
1853 : La première école gratuite de la paroisse est ouverte.
Septembre 1858 : La fondatrice, Mère Marie-Augustine de la Congrégation du Bon-et-Perpétuel-Secours implante à Belle-Rose un couvent. Les religieuses s’occupent de l’école, ouverte en 1859, et d’un hôpital qui est par la suite transformé en hospice pour incurables.
1860 : Le presbytère est construit. Démembrement de la Paroisse-mère Avec l’accroissement de la population la paroisse-mère de Saint-Jean allait connaître un inévitable rétrécissement pour ne couvrir que la seule ville de Quatre-Bornes. Ainsi naquirent, dans les hautes Plaines-Wilhems:
1864 : Saint-Paul à Vacoas
1868 : Sainte-Thérèse à Curepipe
1880 : Le Sacré-Coeur dans les basses Plaines-Wilhems
1890 : Notre-Dame-de-Lourdes à Rose-Hill.
1927 : Notre-Dame-du-Rosaire.
1892 : Durant le cyclone, la niche abritant une haute statue de la Sainte Vierge est jetée à terre. Le toit emporté, les bancs écrasés. Les 3 autels, le chemin de croix peint à la main, les magnifiques tableaux…le tout est en miettes (Mgr. Mamet pp12-13)
Le 19 mars 1893 : le culte est de nouveau célébré à l’église Saint-Jean après les premières réparations. Une imposante statue de la Vierge Marie remplace celle qui a été emportée. 1926/1927 : La paroisse fait venir d’Europe 3 autels en marbre
1931 : La table de communion venue d’Europe est installée.
1940 : Inauguration par Mgr. Leen de l’agrandissement de l’église allongé de 30 pieds, avec une élégante façade couronnée d’un fin clocher haut de 95 pieds
1955 : Construction d’une spacieuse salle-d’oeuvre. La population a beaucoup fluctué ces derniers temps. Avec la fermeture de la sucrerie de Trianon dans les années 50, nombre de familles quittèrent la localité. Toutefois, le rapide peuplement de Morcellement Saint-Jean a gonflé de nouveau la population et a de surcroît donné un regain de vitalité à la paroisse.
1960 : La toiture de l’église est emportée par le cyclone Carol. Lors des réparations, le Père Wolff entreprend des travaux majeurs : deux travées supplémentaires sont adjointes à l’abside, élargissant ainsi la superficie de l’édifice. C’est au même curé que les fenêtres doivent leur décoration de vitraux modernes.
1975 : Inauguration du bâtiment administratif du cimetière de Saint-Jean, le plus vaste cimetière du diocèse.
1979 : Le Père Charles Ditner c.s.sp. a fait refaire le presbytère avec des chambres fonctionnelles. Beau-Bassin/Rose-Hill : à partir de 1868
1868 : Rose-Hill est déclaré village. Il n’occupe alors qu’une petite superficie : celle de la sucrerie de Roche-Bonne.
1870 : Rose-Hill a son premier lieu de culte à Sainte-Anne, Stanley, sur un terrain donné par Sir Célicourt Antelme, propriétaire de la sucrerie de Stanley.
1877 : Agrandissement du village de Rose-Hill qui englobe la région où vont être construits l’église et l’hôtel de ville du Plaza.
1877 : Le village de Beau-Bassin est fondé.
1881 : La population de Rose-Hill : 7 747 personnes
1890 : L’église paroissiale de Notre-Dame-de-Lourdes est ouverte au culte.
1895 : Les villages de Beau-Bassin et de Rose-Hill deviennent une seule ville.
1923 : La région de Plaisance est annexée à Roches-Brunes.
1962 marque une addition importante qui va permettre à Rose-Hill de se prolonger au-delà de la rue Hugnin pour aller jusqu’au Corpsde-Garde. Les limites de la ville sont étendues pour inclure Trèfles qui comptait 4 500 habitants, Stanley qui avait 7 800 personnes et Plaisance qui atteignait une population de 8 000 personnes.
1964 : La région de Coromandel est annexée.
1991 : les régions de Chebel et Morcellement Montréal sont annexées. Rose-Hill a aussi accueilli au XXème siècle le premier temple adventiste et la première mosquée ahmadiste du pays.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Notre-Dame-du-Rosaire

C’est donc cette chapelle de la rue Bernardin de Saint-Pierre qui est à l’origine de la paroisse. 1905 : Le Père Haaby qui était un constructeur fait ouvrir un chantier sur l’emplacement actuel de l’église. En janvier 1908 : La chapelle de Notre-Dame-du-Rosaire, un édifice en pierre est terminé. Cep endant, il n’y a pas encore de clergé résidant sur place. C’est toujours les prêtres de Saint-Jean qui y assurent le ministère. 1927 : Mgr James Leen érige Notre-Dame-du-Rosaire en paroisse pour les 2 000 catholiques qui y résident. Il nomme Mgr Richard Lee, vicaire général, premier curé. Le conseil de fabrique est constitué et achète la maison de M. Dumont à l’avenue Duperré pour la transformer en presbytère. 1921 : La Grotte Notre-Dame du Grand Pouvoir à l’Avenue Labourdonnais est érigée par Melle Thérèse Olivier, qui la lègue au diocèse. Elle a été reconstruite en 1993. 1927 : La fabrique décide de l’extension de la chapelle du Rosaire. Le 2 février 1928 : Mgr. Leen en compagnie du chanoine J.Trottet, curé, prend livraison de l’église agrandie. Entre-temps, elle s’était dotée d’une belle cloche qui alla se loger dans sa tour. Cette cloche faite par Jean Bazin à Nantes en 1771 », selon l’inscription qu’elle porte avait tinté dans la cour des Casernes Centrales et ensuite donnée en 1926 à Mgr Leen qui en avait fait la demande au Gouvernement. Elle sonna en 1939, lors de la première messe célébrée par Jean Margéot, le jeune paroissien qu’elle avait vu grandir. 1928 : Le Père Michel Guérin est nommé curé de Notre-Dame-du-Rosaire. A la fin de la Seconde Guerre mondiale (1939 -1945), la paroisse comptait 3 000 catholiques. 1938 : Ouverture du Collège du Saint-Esprit à Quatre-Bornes. 2001 : Le nouveau presbytère est achevé. 2002 : La salle d’œuvre Michel Guérin a connu une réfection complète. Les 3 chapelles de la paroisse de N.D. du Rosaire 1. Chapelle Ste Brigitte à Pierrefonds Le 7 février 1931, la Chapelle Ste Brigitte à Pierrefonds ; à l’origine rattachée à la paroisse de St Sauveur de Bambous, est inaugurée. 1937 : Consécration de la nouvelle chapelle Sainte-Brigitte à Pierrefonds. 2. Chapelle St Luc de Cité Kennedy 1976 : La Chapelle St Luc de Cité Kennedy est inaugurée pour desservir les résidents des cités Candos et Kennedy et pour servir aussi de centre éducatif. En 2001, la communauté Saint Luc a créé une École Complémentaire. 1993 : Le Centre Sinaï, à l’avenue Odette Ernest, dans le Quartier Berthaud est inauguré. Le bâtiment est coiffé d’une œuvre d’art qui a été réalisé par Fidou Macarchand de Roches-Bois, représentant la Montagne Corps de Garde. 3. Chapelle Saint-Thomas, Beaux-Songes 1994 : La centaine de familles catholiques de la région de Beaux-Songes demande un lieu de culte. 2010 : Première pierre du centre-chapelle sur un terrain de vingt-cinq perches reçu en donation de Médine Sugar Estate. 2014 : La chapelle Saint Thomas est ouverte dans le quartier de Beaux-Songes dans les bas de Quatre-Bornes faisant face à la mer de Flic-en-Flac et d’Albion.
En 1894, 1889 et 1903 : Les catholiques du centre de Quatre-Bornes demandent à l’évêque d’avoir un lieu de culte moins éloigné que Saint-Jean.
1904 : Les religieuses de Lorette, ayant ouvert un couvent dans une maison, sise à l’angle des rues Forget et Duperré, le Père Haaby c.s.sp. vient y célébrer la messe en semaine et les fidèles de la région y ont accès. Quelques mois plus tard, quand la construction du couvent avec sa nouvelle chapelle est achevée, la messe est célébrée le dimanche. C’est donc cette chapelle de la rue Bernardin de Saint-Pierre qui est à l’origine de la paroisse.
1905 : Le Père Haaby qui était un constructeur fait ouvrir un chantier sur l’emplacement actuel de l’église.
En janvier 1908 : La chapelle de Notre-Dame-du-Rosaire, un édifice en pierre est terminé. Cependant, il n’y a pas encore de clergé résidant sur place. C’est toujours les prêtres de Saint-Jean qui y assurent le ministère.
1927 : Mgr James Leen érige Notre-Dame-du-Rosaire en paroisse pour les 2 000 catholiques qui y résident. Il nomme Mgr Richard Lee, vicaire général, premier curé. Le conseil de fabrique est constitué et achète la maison de M. Dumont à l’avenue Duperré pour la transformer en presbytère.
1921 : La Grotte Notre-Dame du Grand Pouvoir à l’Avenue Labourdonnais est érigée par Melle Thérèse Olivier, qui la lègue au diocèse. Elle a été reconstruite en 1993.
1927 : La fabrique décide de l’extension de la chapelle du Rosaire.
Le 2 février 1928 : Mgr. Leen en compagnie du chanoine J.Trottet, curé, prend livraison de l’église agrandie. Entre-temps, elle s’était dotée d’une belle cloche qui alla se loger dans sa tour. Cette cloche faite par Jean Bazin à Nantes en 1771 », selon l’inscription qu’elle porte avait tinté dans la cour des Casernes Centrales et ensuite donnée en 1926 à Mgr Leen qui en avait fait la demande au Gouvernement. Elle sonna en 1939, lors de la première messe célébrée par Jean Margéot, le jeune paroissien qu’elle avait vu grandir.
1928 : Le Père Michel Guérin est nommé curé de Notre-Dame-du- Rosaire.
A la fin de la Seconde Guerre mondiale (1939 -1945), la paroisse comptait 3 000 catholiques.
1938 : Ouverture du Collège du Saint-Esprit à Quatre-Bornes.
2001 : Le nouveau presbytère est achevé.
2002 : La salle d’œuvre Michel Guérin a connu une réfection complète.
Les 3 chapelles de la paroisse de N.D. du Rosaire
1. Chapelle Ste Brigitte à Pierrefonds
Le 7 février 1931, la Chapelle Ste Brigitte à Pierrefonds ; à l’origine rattachée à la paroisse de St Sauveur de Bambous, est inaugurée.
1937 : Consécration de la nouvelle chapelle Sainte-Brigitte à Pierrefonds.
2. Chapelle St Luc de Cité Kennedy
1976 : La Chapelle St Luc de Cité Kennedy est inaugurée pour desservir les résidents des cités Candos et Kennedy et pour servir aussi de centre éducatif. En 2001, la communauté Saint Luc a créé une École Complémentaire.
1993 : Le Centre Sinaï, à l’avenue Odette Ernest, dans le Quartier Berthaud est inauguré. Le bâtiment est coiffé d’une œuvre d’art qui a été réalisé par Fidou Macarchand de Roches-Bois, représentant la Montagne Corps de Garde.
3. Chapelle Saint-Thomas, Beaux-Songes
1994 : La centaine de familles catholiques de la région de Beaux-Songes demande un lieu de culte.
2010 : Première pierre du centre-chapelle sur un terrain de vingt-cinq perches reçu en donation de Médine Sugar Estate.
2014 : La chapelle Saint Thomas est ouverte dans le quartier de
Beaux-Songes dans les bas de Quatre-Bornes faisant face à la mer de Flic-en-Flac et d’Albion.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Paul

L’Église Saint-Paul, centre de la paroisse, se situe à l’angle des routes Royale et Route Saint-Paul. Elle a été implantée sur un terrain, de deux arpents, distrait de la propriété Clairfonds et donné pour en faire un lieu de culte.
25 avril 1876 : Pose de la première pierre d’une future chapelle mais rien ne se fait.
3 mai 1878 : La chapelle en bois de Notre-Dame-de-La-Visitation qui a été démontée est transférée à Phoenix.
2 mars 1879 : La chapelle Saint-Paul est bénie et ouvre ses portes aux fidèles de Phoenix et des villages avoisinants ; Highlands, Mesnil, Camp-Fouquereaux. L’abbé Émilien Harel qui, de la Visitation vient célébrer les messes, achète en Europe un bel autel en marbre auquel est incorporé le tabernacle.
1887 : Phoenix est érigé en village.
1892 : La chapelle est renversée par le cyclone puis remise en état.
1894 : Une grande mission de quinze jours vient dynamiser la communauté paroissiale.
1895 : Un incendie consume tout l’édifice, seul l’autel en marbre est épargné.
De 1895-1904 : Reconstruction de l’église dont l’ingénieur architecte a été M. François Edgar Hugues. L’église représente une croix latine de 46 mètres en longueur et de 12 mètres de large. Le portail d’entrée et les autres baies – portes et fenêtres – sont de style roman. Une girouette, un coq en métal, surplombe le clocher.
1904 : Consécration de la nouvelle église
1906 : Saint-Paul devient une paroisse.
1921 : Un calvaire monumental en pierres, dont la balustrade provenait de l’Église Sacré-Coeur de Rivière-des-Anguilles, est érigé.
1930 : Création sur le territoire paroissial du John Abercromby Barracks pour héberger les casernes britanniques qui sont devenues le Special Mobile Force. Le clergé de Saint- Paul célèbre à 6.30 une messe pour les catholiques britanniques et assure aussi le catéchisme en anglais pour les enfants.
Dans les années 60, un autel face au peuple est installé.
1975 : Le monastère du Carmel est ouvert à Bonne-Terre pour héberger les moniales arrivées à Maurice depuis 1970.
1998 : La paroisse de Phoenix est confiée aux Pères Carmes et le curé, le Père S. M. Tiziano insuffle tout un dynamisme à la paroisse.
Dès l’année 2000, des travaux sont entrepris pour coiffer l’église d’un toit neuf. Le clocher est restauré et le décor intérieur rehaussé par des rosaces et un Christ sur croix en plâtre
2 mai 2004 : La paroisse célèbre avec solennité le centenaire de l’inauguration de l’église. Un mémorial en pierre basaltique est érigé en bordure de la Route Royale lors des célébrations du centenaire portant l’inscription suivante : Centenaire de la construction de l’église: 1904-2004.
Extrait de : Il était une paillotte : Histoire des paroisses de Notre-Dame-de-la-Visitation et de Saint-Paul par Lilian Berthelot et Amédée Nagapen.
La population de la ville de Vacoas-Phoenix
Vacoas-Phoenix : (99 000 habitants 2 000 et 104 271 en 2011), est devenue la deuxième ville du pays, sur le plan de la démographie, dans le recensement de 2011. Avec 1 857 personnes par kilomètre carré, elle a la moins forte densité de population des cinq villes du pays. La brasserie du pays et le premier des supermarchés de l`île sont dans les limites de Vacoas-Phoenix.
La ville de Vacoas/Phoenix est divisée en quatre régions (wards) :
Le Ward 1 avec 28 339 personnes en 2011 comporte les régions suivantes :
Beard, Bord Cascade, Camp Bellin, Camp Bombaye, Camp Créoles, Camp la Vanille, Camp la Savanne, Camp Mapou, Camp Roches, Camp Très Bon, Glen Park, Henrietta, Holyrood, La Caverne, La Croisée Diolle, La Marie, Quinze Cantons, Réunion, Sadally, St Paul, Très Bon, Vacoas, Floréal.
Le Ward 2 avec 25,830 personnes en 2011 comporte les régions suivantes :
Abattoir, Bonne Terre, Candos, Clairfonds, Croisée Diolle, Holyrood, La Caverne, Mon-Désert Paillote, NHDC – La Caverne, Quinze Cantons, Solferino, Vacoas
Le Ward 3 avec 22,740 personnes en 2011 comporte les regions suivantes :
Allée Brillant, Bonne Terre, Candos, Carreau Lalianne, Castel, Clairfonds, Engrais Martial, Floréal, Mesnil, Mon-Désert Paillote, Phoenix, St Paul, Vacoas, Closel, Paillote
Le Ward 4 avec 27362 personnes en 2011 comporte les regions suivantes :
Bagatelle, Belle Terre, Camp Fouquereaux, Cinq Arpents, Galea, Highlands, Mesnil, Petit Camp, Phoenix, Riverside, St Antoine, St Paul, Valentina, Castel, Hermitage.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Notre-Dame-de-la-Visitation

La Caverne à Vacoas a accueilli son premier lieu de culte, qui allait devenir l’église paroissiale, Notre-Dame-de-la-Visitation, peu après la fondation de la paroisse de Saint-Jean. C’était à la demande du Père Laval lui-même suite à la célébration du mariage de six couples de La Caverne et Camp-Map ou à Henrietta en 1846. La présence du Père Laval à la pose de la première pierre de l’église des Plaines-Wilhems n’a rien de surprenant, car depuis plusieurs années déjà l’infatigable missionnaire évangélisait les noirs du district, notamment ceux de Vacoas. Octobre 1847 : Inauguration d’une chapelle, en fait une paillotte, recouverte de chaume, dédiée à Notre-Dame-de-la-Visitation, construite par les néophytes du Père Laval pouvant réunir une quarantaine de personnes pour catéchiser les affranchis. 1860 : Un demi-arpent de terre acheté constitua le premier emplacement de l’église actuelle. 1861 : La chapelle couverte de palissades rasée par un cyclone est reconstruite en bois, couronnée d’un toit en bardeaux. Septembre 1864 : Création de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Visitation. Quelque 2 500 catholiques y vivaient dans des régions très contrastées. Il n’y avait pas de presbytère. Mme Cayron, une juive convertie au catholicisme par le Père Laval et épouse d’un riche commerçant qui possédait la propriété de Solférino, a fait construire la cure. 12 avril 1868 : Un terrible cyclone détruit les chapelles de Vacoas, du Vieux-Grand-Port, de Mare-Chicose, de Grand-Sable et de l’église en bois de Bambous. Avant Noël, la chapelle est relevée grâce au dévouement de Mme Cayron et peut de nouveau accueillir ses fidèles. 1874 : Pose de la première pierre d’une grande église en pierres, mais les fonds manquant, les travaux cessent vers 1876. Décembre 1878 : L’évêque vient bénir la chapelle privément, elle est non terminée, le pavage n’étant posé qu’en partie, mais elle peut servir au culte. 1883-1886 : Construction de la tribune. 1887: Vacoas devient un village. 1892 : Le cyclone enlève la toiture, ce qui a nécessité la reconstruction mais a aussi permis l’embellissement de l’église. 1904 : Le chemin de Croix est offert par Mr et Mme Armand Brouard, propriétaires de Bonne-Terre. 1905 : Pose des deux vitraux du sanctuaire : l’Annonciation et la Visitation. 1906 : Scission de la paroisse en constituant Saint-Paul à Phoenix en paroisse autonome. Toutefois il a fallu attendre 1963 pour que le statut de ville soit donné aux deux villages réunis. 1908 : Bénédiction de deux cloches qui ne sonnèrent de la haute tour de l’église qu’à partir de 1936. 1911 : Installation de l’électricité. 1928 : Achat d’un autel en marbre, l’ancien est placé dans l’église d’Henrietta. Janvier 1935 : Ouverture du Collège de Lorette de Vacoas. 31 mai 1936 : Inauguration de la nouvelle église agrandie et embellie de Notre-Dame-de-la-Visitation avec une nouvelle façade d’où s’élevait une tour de clocher ajourée plus de 24 mètres de haut. 1937 : Consécration de la chapelle Saint-Joseph à Henrietta. 1941 : Bénédiction d’une salle d’œuvre en pierres : « la plus pittoresque de l’île » 1951-52 : Réfection du toit de l’église grâce à une collecte mensuelle qui a servi de modèle à toutes les paroisses. 2014 : Célébration du 150e anniversaire de l’Église-Notre-Dame-de-la-Visitation : dévoilement et bénédiction d’une statue de la Vierge sculptée dans du bois d’eucalyptus, de 2 mètres de haut, provenant de Madagascar. Un spectacle son et lumière présenté par les paroissiens et mis en scène par Mario Vincent rassemble tous les participants sur le parvis de l’église.
Vacoas, sur la carte de Descubes (1880), était le nom d’une vaste région allant du Pétrin au sud jusqu’à Quinze-Cantons au nord. Le nom deVacoas vient de la présence de plants de vacoas, ou pandanus, dans la région et surtout autour de la Mare-aux-Vacoas. La Caverne à Vacoas a accueilli son premier lieu de culte, qui allait devenir l’église paroissiale, Notre-Dame-de-la-Visitation, peu après la fondation de la paroisse de Saint-Jean. C’était à la demande du Père Laval lui-même suite à la célébration du mariage de six couples de La Caverne et Camp-Mapou à Henrietta en 1846. La présence du Père Laval à la pose de la première pierre de l’église des Plaines-Wilhems n’a rien de surprenant, car depuis plusieurs années déjà l’infatigable missionnaire évangélisait les noirs du district, notamment ceux de Vacoas.
Octobre 1847 : Inauguration d’une chapelle, en fait une paillotte, recouverte de chaume, dédiée à Notre-Dame-de-la-Visitation, construite par les néophytes du Père Laval pouvant réunir une quarantaine de personnes pour catéchiser les affranchis.
1860 : Un demi-arpent de terre acheté constitua le premier emplacement de l’église actuelle.
1861 : La chapelle couverte de palissades rasée par un cyclone est reconstruite en bois, couronnée d’un toit en bardeaux.
Septembre 1864 : Création de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Visitation. Quelques 2 500 catholiques y vivaient dans des régions très contrastées. Il n’y avait pas de presbytère. Mme Cayron, une juive convertie au catholicisme par le Père Laval et épouse d’un riche commerçant qui possédait la propriété de Solférino, a fait construire la cure.
12 avril 1868 : Un terrible cyclone détruit les chapelles de Vacoas, du Vieux-Grand-Port, de Mare-Chicose, de Grand-Sable et de l’église en bois de Bambous. Avant Noël, la chapelle est relevée grâce au dévouement de Mme Cayron et peut de nouveau accueillir ses fidèles.
1874 : Pose de la première pierre d’une grande église en pierres, mais les fonds manquants, les travaux cessent vers 1876.
Décembre 1878 : L’évêque vient bénir la chapelle privément, elle est non terminée, le pavage n’étant posé qu’en partie, mais elle peut servir au culte.
1883-1886 : Construction de la tribune.
1887 : Vacoas devient un village.
1892 : Le cyclone enlève la toiture, ce qui a nécessité la reconstruction mais a aussi permis l’embellissement de l’église.
1904 : Le chemin de Croix est offert par Mr et Mme Armand Brouard, propriétaires de Bonne-Terre.
1905 : Pose des deux vitraux du sanctuaire : l’Annonciation et la Visitation.
1906 : Scission de la paroisse en constituant Saint-Paul à Phoenix en paroisse autonome. Toutefois il a fallu attendre 1963 pour que le statut de ville soit donné aux deux villages réunis.
1908 : Bénédiction de deux cloches qui ne sonnèrent de la haute tour de l’église qu’à partir de 1936.
1911 : Installation de l’électricité.
1928 : Achat d’un autel en marbre, l’ancien est placé dans l’église d’Henrietta.
Janvier 1935 : Ouverture du Collège de Lorette de Vacoas.
31 mai 1936 : Inauguration de la nouvelle église agrandie et embellie de Notre-Dame-de-la-Visitation avec une nouvelle façade d’où s’élevait une tour de clocher ajourée plus de 24 mètres de haut.
1937 : Consécration de la chapelle Saint-Joseph à Henrietta.
1941 : Bénédiction d’une salle d’oeuvre en pierres : « la plus pittoresque de l’île »
1951-52 : Réfection du toit de l’église grâce à une collecte mensuelle qui a servi de modèle à toutes les paroisses.
2014 : Célébration du 150e anniversaire de l’Église-Notre-Dame-dela-Visitation : dévoilement et bénédiction d’une statue de la Vierge sculptée dans du bois d’eucalyptus, de 2 mètres de haut, provenant de Madagascar. Un spectacle son et lumière présentée par les paroissiens et mis en scène par Mario Vincent rassemble tous les participants sur le parvis de l’église.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Sainte-Thérèse

1864 : Les religieuses de la Congrégation du Bon et Perpétuel Secours ouvrent une petite chapelle dans l’endroit où se trouvent actuellement le centre municipal et les bureaux du CEB.
1867 : Une première chapelle, mais un lieu de culte approprié devient de plus en plus nécessaire.
1868 : Curepipe est érigé en paroisse car, avec la malaria qui sévit dans les régions côtières, la population vient résider dans les hauts plateaux. Don de Monsieur Emile Joseph Julius Chauvin du terrain où ont été construits l’église et le presbytère.
1869 : Première pierre posée par le Père Comerford qui va se dépenser, même financièrement, pour que l’édifice soit construit. L’église est placée sous le vocable de Sainte Thérèse d’Avila, en hommage à sa sœur irlandaise, Mother Teresa, missionnaire aux Etats-Unis.
1872 : La chapelle ouverte au culte le jour de Noël se révèle rapidement trop petite avec l’afflux des nouveaux résidents. L’abbé John Doyle prend l’initiative de la construction d’une nouvelle église qu’il finance, de ses propres deniers et des premiers fancy-fairs curepipiens. Quand il meurt en 1892 la tour carrée et une nouvelle façade sont déjà édifiées.
1894 : Curepipe est érigée en ville, avec une population de 17 770 habitants, dont 6 900 sont catholiques. C’est la deuxième grande réfection. La tour est surélevée, le chœur agrandi et la tribune devient plus vaste. L’église ornée de vitraux est encore agrandie ; les autels de la Vierge et de Saint Joseph sont ajoutés.
1922 : Curepipe est divisée en deux paroisses.
1923-25. Des travaux vont ériger le clocher haut de 150 pieds. Vers l’époque où s’édifiait le clocher, devenu un des points de repère de la ville, les travaux commencent pour la construction de la future basilique Sainte-Hélène.
1933 : Consécration de la chapelle du Collège Saint-Joseph.
1939 : Dévoilement d’un Christ en bronze à Sainte-Thérèse-d’Avila, Curepipe.
1952 : Transfert provisoire de la cure de Curepipe à la rue Barry en vue de la rénovation de l’église.
1969 : Centenaire de la paroisse
2002 : Restauration des vitraux.
2 chapelles sont rattachées à la Paroisse Sainte-Thérèse-d’Avila
1. Chapelle Notre-Dame-des-Victoires, Midlands
2. Chapelle Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus, La Brasserie, Forest-Side
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Pierre-Ès-Liens

La première des paroisses érigées dans le plateau Central rattachée à Région Pastorale des Basses-Plaines-Wilhems.
1769 : Le quartier de Moka obtient son premier lieu de culte : une chapelle provisoire, la cinquième de l’ile.
1770 : Fondation de la paroisse sous le nom de St Jean L’Évangéliste mais, cette appellation est changée trois mois plus tard, sous le vocable Saint Pierre-ès-Liens en vue de « ménager les susceptibilités de Pierre Poivre intendant du Roy ». La paroisse a son cimetière dès sa fondation.
1824 : Endommagée par un cyclone, l’église est reconstruite sur le même emplacement.
1825 : Inauguration de la nouvelle église qui a été reconstruite.
1845 : Le nouveau curé, l’abbé Eggermont, un Belge, agrandit et meuble l’église avec un beau maitre-autel et une chaire en fonte ouvragée. Il fonde aussi 2 écoles : une pour les garçons et une autre pour les filles des affranchis.
1852 : Consécration de l’église agrandie : les 2 nefs latérales, la tour et la façade sont achevées en 1854.
1868 : Construction de la cure.
1869 : Les religieuses de Filles de Marie viennent habiter Saint-Pierre pour s’occuper des écoles fondées en 1850. Mgr. Richard Marie Lee, curé de la paroisse pendant trente-deux ans fait construire la chapelle de Moka, Notre-Dame-du-Bon-Conseil, le presbytère de St-Pierre est entièrement restauré. C’est Mgr Lee qui a introduit les soeurs de Lorette à St-Pierre en 1916.
1966 : Inauguration de l’église rénovée sous la direction de Marcel Lagesse, artiste achevé qui embellit l’église et ajoute 2 nouveaux autels en pierre.
1 chapelle est rattachée à la paroisse
La Chapelle Notre-Dame-du Bon-Conseil
Les familles de Moka avaient un long déplacement à effectuer entre les églises de Saint-Pierre et Rose-Hill pour la messe dominicale et souhaitent avoir un lieu de culte proche d’eux afin de ne pas avoir à dépendre des trains pour s’y rendre. La famille Hardy, propriétaire de Bagatelle, donne un terrain spacieux. D’autres bienfaiteurs soutiennent la construction et l’aménagement.
1911 : Pose de la première pierre de la chapelle de Moka.
1912 : Consécration de l’église de Moka dédiée à Notre-Dame du Bon-Conseil, un des premiers bâtiments en ciment armé du pays, autour de la nef centrale et du sanctuaire.
1945 : Le cyclone qui a fait 21 morts et une centaine de blessés a écrasé l’école St Mary’s du village si bien que la chapelle a dû abriter les élèves de l’école jusqu’en 1953 quand l’école a été reconstruite. La première et seule ordination en la chapelle Notre-Dame-du-Bon-Conseil, Moka, a été celle du père André Sunnasee, cs sp. ; c’est aussi en cette chapelle que Mgr. Maurice Piat a été baptisé.
2012 : Modernisation de l’église de Moka en vue du centième anniversaire de la paroisse.
Pourquoi fêter l’anniversaire de la consécration d’une église ?
Père Roger Billy c.s.sp. Répond : « Cette église de pierres est le signe de l’Église des coeurs dont nous sommes les « pierres vivantes »… fêter cet anniversaire, c’est vouloir dire que notre communauté chrétienne est bien vivante, et qu’elle continue de se construire autour de Jésus qui est la pierre de fondation, sur qui repose toutes les pierres vivantes que sont les Chrétiens! II doit en être de même pour notre église de Moka, celle qui est composée des pierres vivantes que sont les Chrétiens. Il faut nous renouveler sans cesse (c’est la conversion), nous maintenir toujours vivants, solidement appuyés sur Jésus, notre PIERRE PRINCIPALE, celui sur qui nous fondons notre vie. Et puis, il nous faut aussi transmettre aux générations montantes ce qui fait la solidité de notre foi, et il nous faut aussi toujours veiller à ce que le ciment de l’Amour maintienne unies toutes ces pierres vivantes !… Alors, l’église de pierres durera encore longtemps, et l’Église des coeurs encore plus longtemps !…
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Sainte-Hélène

1923 : Le chantier de construction est ouvert pour se terminer en 1927. C’est l’architecte français, Andre Gaillardin, qui a construit l’église dans le style néo-romain. 21 août 1927 : Mgr. James Leen inaugure la nouvelle église ; le plan affecte la forme d’une croix. Le dôme est situé à l’intersecti on des deux branches de la croix ; le clocher est surmonté de la flèche, le tout haut de cinquante pieds. Les paroissiens s’enorgueillissent d’avoir « l’église la plus somptueuse du pays. » 17 août 1935 : Consécration de la basilique Sainte-Hélène.Les 3 chapelles de la paroisse de Sainte-Hélène 1. La Chapelle de Notre-Dame-de-Lourdes, Eau-Coulée 2. La Chapelle Saint-Jean-Bosco consacrée en 1980 à Mangalkhan réunit les chrétiens des cités environnantes qui se réunissaient auparavant dans les anciennes loges hippiques pour leurs rencontres religieuses. 3. La Chapelle Sainte-Famille à Dubreuil, village qui a pris naissance avec l’ouverture de l’usine à thé. Les chrétiens s’étaient regroupés dès 1992 dans une Association Catholique et leurs cérémonies religieuses se tenaient au Centre Social de la région jusqu’à ce qu’ils obtiennent un terrain et trouvent les fonds nécessaires pour la construction de la chapelle qui est ouverte au culte en 1996. Conseil Pastoral de Quartier : 10 secteurs en route vers les Communautés Ecclésiales de Base
Cure : 1
Ecoles primaires : St Jean Bosco, R.C.A
St Esprit R.C.A
7 écoles publiques + 10 collèges publics et privés
Salle d’œuvres : 6
Les deux promoteurs de la monumentale église Sainte-Hélène, dotée d’un ensemble unique de 60 vitraux, ont été Melle Helena Naz et Mgr. J.B.T. Murphy. C’est grâce à la générosité de la fille de Sir Virgile Naz que le projet d’avoir une nouvelle église dans la ville de Curepipe a pu se concrétiser.
En août 1921, elle a apporté une contribution de Rs. 600 000 au début du projet, plus un autre apport de Rs. 150, 000.-, mais elle est décédée un an avant la fin des travaux qui avaient commencé au mois de mars l923 et l’église fut ouverte au culte le dimanche 21 août 1927.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Léon

Quartier-Militaire doit son nom à l’établissement d’un poste de soldats pour surveiller les routes sous menace constante de bandits. Le village de Quartier-Militaire est au carrefour des routes principales du centre de l’ile – Curepipe, Rose-Hill, Flacq, Saint-Julien, Bel-Air et se retrouvait entre deux usines sucrières importantes : Mont Désert-Alma et Fuel.
1870 : Une chapelle sous le vocable de Saint-Léon est ouverte grâce à la contribution financière des familles Leclézio, Jauffret et Daruty.
1895 : Érection de Saint-Léon au statut de paroisse.
1903 : Une école primaire est ouverte à Saint-Léon. Les religieuses venant de Saint-Pierre habitent une petite maison sur la route qui conduit à la forêt de Vuillemin jusqu’à ce que le couvent soit construit en 1925.
1904 : Érection de la chapelle en église paroissiale.
1945 : Un cyclone détruit le couvent et l’école.
1993 : La salle paroissiale Saint Léon financée par des fancy-fairs et avec l’aide des Œuvres Pontificales Missionnaires va permettre d’aménager un Centre Technique pour assurer la formation de 25 adolescents dans le domaine technique et l’électricité. Le Père Serge Ah Kong se révèle très actif pour rénover l’église et pour dynamiser l’école.
2005 : Sanctuaire de Notre Dame de Velankanni. La paroisse de St-Léon est actuellement très connue pour son sanctuaire dédié à Notre Dame de Velankanni.
2008 : Avec l’arrivée d’un nouveau curé le père Dorai Raj, la dévotion à Notre Dame de Velankanni est introduite dan le pay. Tout commence quand le père Dorai Raj tombe sur une photo de la Vierge à la chapelle Saint-Sébastien à l’Espérance. Petit village dans l’Est où la majorité des habitants ont des origines du Sud de l’Inde, la région où la Vierge est apparue. Interrogeant les fidèles d’où provenait la photo, il s’aperçoit qu’ils ne connaissent pas son histoire. Ils la connaissaient de leurs ancêtres mais sans vraiment connaître l’histoire. Après leur avoir raconté, ils furent tous émus et émerveillés et voulurent construire une grotte en honneur à la Vierge à la Chapelle.
3 chapelles sont rattachées à la paroisse
1. Chapelle Saint-Joseph, Montagne-Blanche
1895 : Début de la construction de la petite chapelle et de l’école sur un terrain donné par la propriété Sans Souci. Au départ la Chapelle Saint- Joseph était rattachée à la paroisse de St-Esprit, Bel-Air. Le prêtre s’y rendait par train.
1901-1904 : La chapelle abîmée par un cyclone reste fermée.
1904 : Une nouvelle chapelle en pierre de même dimension est reconstruite avec l’aide de la propriété sucrière de Sans-Souci.
1912 : La Chapelle de Montagne Blanche est détachée du la paroisse du Saint-Esprit et rattachée à la paroisse Saint-Léon.
1933 : La chapelle est agrandie ; les ouvriers de la propriété ont exécuté les travaux de coupe des bois dans les forêts indigènes et les artisans ont collaboré à la construction de la chapelle. La croix de la mission a été offerte par le caporal Manick. La Chapelle Saint-Joseph est dorénavant rattachée à la paroisse de
Saint-Léon.
1997 : Célébrations de l’église centenaire.
2. Chapelle Sainte-Jeanne-d’Arc, Alma
1930 : Ouverture de la chapelle Sainte-Jeanne-d’Arc qui a été rénovée.
3. Chapelle Saint-Sébastien, l’Espérance
1960 : Ouverture de la Chapelle Saint-Sébastien. De cette chapelle a commencé la dévotion à Notre Dame de Velankanni.
3 juillet 2009 : Commandée en Inde, la statue arrive à Maurice. Dès lors, elle fait le tour des divers lieux de culte de la paroisse avant de trouver sa place dans la cour de l’église Saint-Léon, Quartier-Militaire.
4 septembre 2010 : le sanctuaire à Notre Dame de Velankanni s’est fait connaître au-delà de la paroisse à tous les Mauriciens. « La fête patronale de chaque lieu de culte de la paroisse est célébrée avec ferveur et voit une grande mobilisation et participation de tous les paroissiens. « Ce sont des occasions qui nous permettent de venir ensemble pour montrer notre unité et vivre ensemble notre mission », précise le père Dorai Raj. Avant les 4 fêtes patronales des lieux de culte de la paroisse – St-Léon en novembre, Saint-Joseph à Montagne-Blanche en mars, Saint-Sébastien à l’Espérance en janvier, et Sainte-Jeanne-D’Arc à Alma fin de mai ; il y a trois jours de neuvaine avec un enseignement spécial, principalement pour les habitants de la région. Une procession est organisée dans le village, suivie d’une messe solennelle d’action de grâces. Autre célébration commune : celle de Notre Dame de Velankanni, début de septembre : 9 jours de neuvaine au cours desquels le prêtre prépare les fidèles pour célébrer la Nativité de la Vierge Marie. Aussi connue comme Notre Dame de la Santé, Notre Dame de Velankanni attire tous les jours un grand nombre de personnes qui viennent se recueillir et prier. Beaucoup de personnes qui viennent prier pour leur guérison et pour les grâces reçues. »
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Patrice

1890 : Bénédiction d’une petite chapelle qui servait d’école pour les soeurs qui tiennent l’école à Plaine-Magnien.
1892 : Le cyclone détruit l’école-chapelle.
1894 : Restauration
1916 : Agrandissement de la chapelle assuré par M. Paul Sauzier, administrateur de Virginia.
1967 : Fondation de la Paroisse Saint-Patrice (1967) à Plaine-Magnien qui faisait auparavant partie de la Paroisse Notre-Dame-du-Refuge à New Grove.
Trois chapelles sont rattachées à la paroisse
  1. Chapelle St-François-Xavier à l’Escalier.
1855 : Père Thiersé et Père Henry dotent le village d’un lieu de culte dédié à St-François-Xavier près du chemin de Savannah sur un terrain indivis. Plus tard, des difficultés ont surgi au sujet du terrain.
1865 : Père Thiersé est obligé d’enlever la chapelle pour la reconstruire dans l’endroit où elle s’élève aujourd’hui. Le terrain a été donné par M. Charles Zéphir dit « Bâteau » à l’Escalier. Consécration de la chapelle agrandie.
  1. Chapelle Sacré-Coeur à Camp-Carol, Le Bouchon.
1858 : Une première chapelle est construite sur un terrain donné par M. Sangile Ravat pour les fidèles qui avaient à parcourir plus de quatre kilomètres pour assister à la messe. Détruite par le cyclone de 1892, elle est restaurée en 1894.
1916 : La chapelle est allongée de 20 pieds par M. Paul Sauzier, administrateur de Virginia. Elle est bénite ainsi que la statue du Sacré-Coeur faite par Melle Drenning.
  1. Chapelle Sainte-Famille à Mon-Désert, Mon-Trésor.
Auparavant une messe hebdomadaire était célébrée dans un garage. La famille Dalais a mis un terrain à la disposition du diocèse et a aidé à la construction de la chapelle.
1989 : Consécration de la chapelle par Mgr. Jean Margéot.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Patrick

1954 : Père Jean Margéot, curé de la vaste paroisse de Notre-Damede-Lourdes trouve important d’avoir un nouveau lieu de culte entre les paroisses de Rose-Hill et de Saint-Jean. Avec l’approbation de Mgr. Daniel Liston, il achète un terrain de deux arpents au coût de Rs. 46 000 à la rue Boundary et suggère à l’évêque irlandais de donner à ce nouveau lieu de culte le nom du saint patron de l’Irlande, Saint-Patrick.
De 1956 à 1969, une salle polyvalente est construite qui sert de chapelle pour les cérémonies religieuses mais aussi de salle d’oeuvre pour les rencontres paroissiales. Le Père Guy Mamet a été pendant treize ans un curé dynamique qui a réussi à réunir et mobiliser une belle famille paroissiale.
1968 : La première pierre est posée le 23 décembre pour la construction d’une église.
1969 : Bénédiction à la même date, une année après du nouveau sanctuaire de Saint-Patrick.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Notre-Dame-du-Refuge

New Grove (nouveau refuge) est une propriété qui faisait auparavant partie de Gros-Bois, à deux kilomètres de Rose-Belle. En 1840, Adolphe Vallet a été le bâtisseur de la sucrerie qui a fonctionné jusqu’en 1884.
1850 : Une chapelle est érigée par le Père Thiersé : une chapelle en bois couverte de pailles où les Noirs venaient parfois se réfugier.
1858 : L’église prend forme telle qu’on la connait aujourd’hui. Les prêtres spiritains construisent aussi une école primaire. Depuis 1863, un train spécial est organisé par le service des Chemins de fer pour transporter les fidèles de Rose-Belle à New Grove pour la messe du dimanche.
1910 : Notre-Dame-du-Refuge à New-Grove est érigée en paroisse autonome, avec les églises de Plaine-Magnien, de l’Escalier, et les chapelles de Mare-Tabac et du Bouchon. Un presbytère est alors construit.
1940 : La chapelle de l’Enfant-Jésus de Prague du Couvent de Bon-Secours, à Rose-Belle, devient une chapelle publique au service de ce gros village.
1954 : Bénédiction de la cloche de la Chapelle Saint-Enfant-Jésus-de-Prague à Rose-Belle.
2008 : 150 ans d’existence de la Chapelle de Notre-Dame du Refuge. Une chapelle est rattachée à la paroisse :
La chapelle Sainte-Famille, Rose-Belle.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Jacques

Un petit village à l’extrême sud de l’Ile, à l’embouchure de la rivière Savanne est aménagé en un petit centre commercial relié par mer à Port-Louis. Il porte le nom du vicomte de Souillac (1779-1785). Le gouverneur d’Entrecasteaux envisage la création d’une paroisse, mais avec l’anticléricalisme de la Révolution et le maigre clergé, les terrains de la future paroisse savannaise sont confisqués et n’ont jamais été rendus.
1787 : Le quartier de la Savanne voit officiellement le jour.
1846 : Mgr. Collier a érigé les trois paroisses de Sainte-Philomène à Rivière du-Rempart, Saint-Jean à Plaines-Wilhems et Saint-Jacques à la Savanne. Chacune est dotée d’un Conseil de Fabrique. Il confia cette dernière paroisse à un des prêtres séculiers qu’il venait de recruter en Irlande : l’abbé Thomas McGauran. Celui-ci, déjà d’un certain âge, fut vite épuisé par la chaleur et la maladie et n’y séjourna que de février à octobre 1846. Cependant, au cours des huit mois, le curé, aimé et estimé des fidèles, commença à organiser la paroisse. Il put transformer un bâtiment en pierre et en charpente situé sur le terrain de M. Félix Toussaint, en un lieu de culte convenable. Ce fut la première chapelle pour tout le district.
1849 : Mgr Collier affecte un autre curé à la paroisse : l’abbé Christopher Conway, 27 ans, récemment débarqué. Ce jeune missionnaire irlandais demeura vingt ans dans le sud de l’île. Il y ruina sa santé avec la malaria, mais il fait, à raison, figure de fondateur de la chrétienté savannaise, de constructeur spirituel et matériel de la paroisse. Curé et conseil de fabrique s’attelèrent à pourvoir Souillac d’une église appropriée.
Le 23 juillet 1852 : Le gouverneur J.M. Higginson alloue l’emplacement demandé, un terrain d’un arpent et vingt perches, assez exigu mais légèrement surélevé. Les paroissiens versaient leurs contributions à un fonds spécial de construction.
10 janvier 1856 : L’église s’ouvre au culte. C’est ce même édifice qui a été aujourd’hui, restauré et agrandi.
1872-1873, son successeur, l’abbé David Curtin (1869-73), allonge l’édifice par un nouveau choeur, auquel il accole la sacristie. Il bâtit aussi le presbytère qui a servi au clergé un siècle durant. Dessertes et futures paroisses. L’abbé Conway quadrille la paroisse de chapelles susceptibles de desservir les localités populeuses.
En 1850, il établit la chapelle de Notre-Dame-du-Mont-Carmel à Chemin-Grenier.
En 1851, il ouvre une seconde chapelle à Camp Bertheau, qui subsista quelques années.
En 1865, il inaugure la chapelle de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs à Rivière-des-Anguilles, suivie de celle de Sainte-Croix à Riche-Bois. Au 20e siècle, ces dessertes de Saint-Jacques ont donné naissance à deux paroisses : celle de Notre-Dame-du Mont-Carmel à Chemin-Grenier et celle du Sacré-Coeur à Rivière-des-Anguilles. La paroisse contemporaine Souillac a changé de physionomie. Il n’y a plus ni port de pêche, ni chemin de fer. Le programme de relogement après les cyclones Carol (1960) et Gervaise (1975) a fait germer plusieurs cités populaires.
Une chapelle est rattachée à la paroisse de Saint-Jacques :
La chapelle de Saint-Joseph à Surinam.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Sacré-Coeur

1800 : La première chapelle ouverte, pour desservir les régions de Rivière-des-Anguilles, Benarès, Saint-Félix était connue sous le nom de Sainte-Cécile. Puis elle a été transférée près de la berge de Gros-Ruisseau, se trouvant ainsi plus au centre du village. Elle a changé de nom et a pris celui de Notre-Dame-des Sept-Douleurs sous le pastorat du chanoine Conway qui était curé à Souillac. Elle a été complètement détruite par le cyclone 1892. La Chapelle de Sacré-Coeur-de-Jésus est le troisième nom donné à l’église reconstruite, grâce à l’aide bénévole des propriétés sucrières. Elle porte encore ce nom aujourd’hui.
1919 : Fondation de la paroisse du Sacré-Coeur. Le père Borbes, c.sp. agrandit l’église, l’enrichit de ses trois superbes autels de marbre, de ses vitraux, de ses nombreuses statues et de son carillon. A cette époque, le curé de la paroisse résidait à Souillac. Il desservait chaque semaine le village et les deux petites chapelles voisines, Saint-Georges à Camp-Diable et Saint-Louis à Bois-Chéri. L’actuelle cure de Rivière-de-Anguilles, elle, abritait autrefois l’École des Soeurs dirigées par la congrégation des Filles de Marie. Ce fut durant le pastorat du Père Henriquet à Rivière-des-Anguilles que les mouvements de jeunesse prirent de l’essor. En effet, après la construction de la salle d’oeuvres, des activités sociales groupant les jeunes furent organisées. Théâtres et concerts se succédèrent. La Passion du Christ fut jouée sur le toit de la salle d’oeuvre par les paroissiens-artistes. A une époque plus rapprochée, il y a eu l’infatigable Père O’Reilly qui était toujours omniprésent. Les jeunes lui doivent beaucoup. Les soeurs Salésiennes font maintenant partie de la paroisse. Leur maison se situe à Batimarais.
Trois chapelles sont rattachées à la paroisse
1. Chapelle Saint-Georges à Camp Diable.
2. Chapelle Saint-Louis à Gros-Bois.
1965 : Consécration de la chapelle Saint-Louis à Gros-Bois.
3. Chapelle Notre-Dame-de-la Paix à Batimarais.
1985 : Les catholiques de Batimarais se mobilisent et écrivent au Ministère du Logement pour avoir un lieu de culte comme toutes les autres communautés de leur région. Le Père Viot lance ce projet et entame toutes les procédures administratives.
1998 : Inauguration de la chapelle Notre Dame-de-la-Paix par le Père Pascal.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Notre-Dame-du-Mont-Carmel

19 juin 1850 : deuxième semestre Consécration de la chapelle de Notre-Dame –du-Mont-Carmel, à Chemin-Grenier.
11 Février 1900 : Fondation de la paroisse de Notre Dame du Mont Carmel, Chemin Grenier. La paroisse fait partie de deux grands villages, Chemin Grenier et Chamouny, dans le sud du pays.
La chapelle de Saint François d’Assise, baie du cap, fait partie de la Paroisse Notre Dame du Mont Carmel, dans le sud du pays (donner à compléter, c.a.d dates de la construction)
Pour les écoles primaires il y a : Notre Dame du Mont Carmel R.C.A, Chemin Grenier et Saint François d’Assise R.C.A, Baie du Cap.
1850 : Le curé de Souillac, l’abbé Christopher Conway, fait construire une petite chapelle dédiée à Notre-Dame-du Mont-Carmel dans les hauts de la petite Savanne à Chemin Grenier. Marie Angelina a été la catéchiste dévouée de la première chapelle provisoire de Notre-Dame-du Mont-Carmel à Petite Savanne.
1873 : Les Soeurs du Bon Secours viennent s’établir à Chemin Grenier et y restèrent jusqu’en 1973.
1879 : Un chantier est ouvert à l’initiative du Père Alexandre Mauger pour agrandir la chapelle ; d’où le millésime au-dessus de la porte d’entrée.
1886 : Les constructions sont enfin terminées.
1900 : L’église est érigée en paroisse.
1960 : Le cyclone Carol fait des dégâts considérables. L’église, le presbytère et l’école sont tous endommagés.
1980 : Arrivée des Frères Mineurs-des prêtres franciscains- à qui ont été confiées les paroisses de Chemin-Grenier et de Baie-du-Cap.
2005 : Divers travaux de rénovation sont entrepris.
Deux chapelles sont rattachées à la paroisse
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Sainte-Anne

Sainte-Anne est la patronne principale de la Bretagne. Or, nous savons combien les missionnaires de cette province française ont coloré la pratique religieuse à Maurice.
En 1852, il y avait qu’une chapelle-paillotte à Chamarel.
En 1862, l’immense paroisse de Saint-Sauveur qui s’étirait tout le long du district est scindée.
En 1876, a eu l’érection en paroisse de l’église Sainte-Anne de Chamarel, la seule paroisse au sud du district de Rivière-Noire en cette période. Amédée Nagapen relève que vers 1878, la chrétienté à Chamarel était plus nombreuse que dans la région autour du village de Rivière-Noire. Autour de la chapelle-paillotte de Chamarel, une paroisse va lentement se bâtir. Au cours de l’année 1875, le Père Paillard, Lazariste, commence à desservir Chamarel. Il établit bientôt son pied-à-terre et conçoit le plan de construire une église au milieu de ce village de montagne, où il était allé habiter.
1876 : Mgr. Scarisbrick érige Sainte-Anne en paroisse, le jour de la solennité de Sainte Anne et pose la pierre angulaire de l’édifice qui porte cette inscription : « Posée par Mgr. W. Scarisbrick-30 juillet 1876 ».
1881 : Le missionnaire corse, Jean Benoit Filippini est nommé curé de la paroisse de Chamarel. Il dessert aussi la paroisse de Rivière-Noire mais loge à Chamarel.
1892 : L’église à trois nefs est rasée à terre par le cyclone et le presbytère détruit.
1893 : Le jour de Noël, pose de la première pierre de la nouvelle église en pierre et en bois, construction terminée en 1894. A sa mort, après des funérailles à l’église Saint-Jean, Père Filippini est enterré au cimetière de Chamarel. Les habitants de la localité ont longtemps continué à fleurir sa tombe, malgré la désaffectation du cimetière.
La paroisse Sainte-Anne de Chamarel a eu par la suite deux dessertes :
Stella-Maris ouverte au Morne en 1891 et Mater-Dolorosa ouverte à Case-Noyale en 1940.
1931 : un violent cyclone meurtrier : 15 morts et le grand pont de Tamarin qui s’effondre. Les églises de Sainte-Anne et Stella-Maris sont rasées. L’église paroissiale de Chamarel qui venait d’être remise à neuf est complètement aplatie.
1932 : Inauguration d’une nouvelle église mais en ciment armé et le toit en tôle. « Le style architectural s’apparente à la demi-douzaine de chapelles construites sous Mgr. Leen avant la Seconde guerre mondiale (Olivia, Goodlands, Pierrefonds, Case Noyale…). Le sanctuaire jouit d’un éclairage adéquat et d’une bonne ventilation. Les murs sont percés de larges fenêtres en plein cintre. La façade s’orne d’un élégant clocheton que surmonte une croix celtique artistiquement ciselée. Hommage à l’Irlande qui a envoyé tant de missionnaires à l’Ile Maurice. Sainte-Anne coûta en tout Rs. 14 000. »
1933 : Arrivée des religieuses Filles de Marie en décembre qui assurent depuis l’animation paroissiale et liturgique. Des vocations religieuses surgissent. Le bureau de poste était tenu par les religieuses qui avaient aussi l’unique téléphone de Chamarel. L’école primaire du gouvernement s’appela dès lors École Saint-Jacques.
1337 : Avec l’arrivée du Père Egan, le sud-ouest du pays allait connaitre un regain de vitalité religieuse. Élevage, jardinage, construction tout l’intéressait. Les fancy-fairs et pèlerinages annuels du 26 juillet deviennent une tradition.
1940 : Bénédiction de la belle cloche, l’église est dotée d‘un harmonium. Les processions de la Fête-Dieu et la fête de Noël prennent un éclat particulier.
1945 : Quand le Père Egan quitte la paroisse de Chamarel dont il a été responsable depuis 1937, il laisse derrière lui l’église de Chamarel reconstruite avec un nouveau presbytère, la nouvelle chapelle de Mater-Dolorosa et l’Église reconstruite de Saint-Augustin à Rivière- Noire. “Chamarel Sainte-Anne” par Amédée Nagapen.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Augustin

Vers 1890 : Une chapelle-école en paille est construite à Tamarin.
1930 : Un incendie détruit la chapelle qui est reconstruite en tôle.
1934 : Consécration de la chapelle reconstruite en tôle construite par le Père Dabdoub.
1937 : La chapelle de Saint-Benoit à Tamarin est séparée de la paroisse de Rivière-Noire et rattachée à Bambous.
1945 : Le cyclone aplatit la chapelle qui est reconstruite en pierres peu après. Mgr Leen l’inaugure le 15 décembre 1945. Remplacé par la chapelle actuelle, ce bâtiment en pierres sert d’école depuis 1959.
1959 : Consécration de la spacieuse nouvelle église de Saint-Benoît. Le constructeur en est M. Georges Randabel.
1974 : L’Église de Saint-Benoît est détachée de la paroisse de Chamarel et rattachée à la paroisse de Saint-Augustin.
2. Chapelle Notre-Dame-de-Fatima, Petite-Rivière-Noire
1974 : C’est quand le père Bernard Farelly cs. sp est curé de St Augustin, que la chapelle de Notre-Dame de-Fatima est construite à l’entrée du village de Petite-Rivière-Noire et rattachée à la paroisse de St Augustin. C’est une chapelle en plein air au bord d’une route très fréquentée où seul l’autel où se fait la célébration est recouvert d’un toit de chaume. Un style nouveau certes mais un lieu bien aménagé qui invite à la prière et à la dévotion mariale.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Sauveur

1841 : Le Père Laval s’employa très activement à la construction d’un lieu de culte à Bambous. L’édifice, long de 80 pieds et large de 30, est en bois avec une toiture de bardeaux.
15 juin 1849 : Bénédiction par Mgr. Collier de la petite chapelle de Belle-Isle ou Bambous, appelé Saint-Sauveur, construite gratuitement par les fidèles de Père Laval. Quand le Quartier de la Rivière-Noire est érigé en paroisse, il regroupait alors 19 usines sucrières et avait une population de 7 272 habitants. Il n’englobait pas en cette période la région de Petite-Rivière qui se trouve plus au nord.
1849-1861 : Père Mc Govern, le premier curé de Saint-Sauveur exerça douze années de service dans la petite église de Bambous.
Une chapelle est rattachée à la paroisse Saint-Sauveur :
Chapelle Saint-Marc à Flic-en-Flac
2000 : Inauguration de la chapelle construite sur trois lots de terrain du Morcellement Anna faisant face à la mer. Le cardinal Jean Margéot a patiemment construit, comme il l’a constaté « l’Église bâtiment et l’Église communauté » car la messe du dimanche qu’il venait lui-même célébrer, alors qu’il était à la retraite, avant que le projet de l’église soit réalisé, se faisait au Village Hall. L’autel de cette belle église est un ensemble composé de pierres naturelles de basalte, la table de l’autel à elle seule pesant environ 3 tonnes. Les reliques de Sainte-Thérèse-de-l’Enfant- Jésus sont conservées à l’église qui a bénéficié pour sa décoration des conseils éclairés d’une artiste hongroise Madame Zsuzsanna Szemok.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Coeur-de-Marie

1846 : La première chapelle des Pères Spiritains au début de leur mission à Maurice est construite à l’initiative du Père Laval qui a luimême béni ce lieu de culte : « Dans le village de Petite-Rivière, à quelque six kilomètres de Port-Louis, Marie-Jeanne Desfossés (mieux connue, semble-t-il, sous le nom de Phanie Desfossés) ouvre une première chapelle dans l’ancien four d’une boulangerie ayant appartenu dans le temps au père des demoiselles Desfossés. Les restes du vieux fournil ont été conservés et peuvent encore être vus tout contre l’église actuelle. Au début une cinquantaine de fidèles pouvait à peine tenir dans cet abri qui avait l’avantage d’être situé en bordure de la grande route qui traverse le quartier et relie Port-Louis à Rivière-Noire. Le Père Laval vint installer lui-même un petit autel sur lequel il plaça une croix ainsi que quatre chandeliers en ferblanc. Une petite statue de la Vierge fut logée dans une sorte de niche constituée par la gueule du four de la boulangerie. Et le tout fut bénit par le Père. Il s’agissait en somme d’un des premiers lieux de culte fondés par le Père Laval à Maurice et une pierre, scellée à l’extérieur de l’abside dans l’église actuelle, fait voir les lettres SCM qui étaient les initiales de la congregation du St. Coeur de Marie, à laquelle appartenait Laval. A mesure que grandit la dévotion des habitants du village, ceux-ci décident de construire une vraie chapelle de cinquante pieds de long sur trente de large. Le village étant par lui-même incapable de faire les frais d’une telle construction, le Père va faire appel à l’aide de la Providence. Outre une quête qui sera organisée parmi les habitants de Petite-Rivière, c’est Mgr Collier, l’évêque du diocèse, a consacré une large part d’une aumône spéciale. Pour l’édification de la chapelle tout le monde est mis à contribution. Hommes, femmes et enfants : tous s’attellent de bon coeur au travail. Tandis que les artisans qualifiés travaillent le bois et la pierre, le reste des habitants s’emploie au transport des matériaux à pied d’oeuvre (bois, pierres et sable). Cela se fait au moyen d’une grande charrette à deux roues (appelée triqueballe), tirée par une grosse corde. Les matériaux sont ainsi convoyés par une soixantaine de volontaires, et tout cela gratis pro deo. »
1847 : La messe de minuit est célébrée dans la chapelle au toit de chaume.
1849 : Père Laval fait la bénédiction solennelle de la chapelle agrandie de 400 places avec des murs en pierre.
1860 : 4ème agrandissement avec une belle tour.
1872 : Érection en paroisse de la belle église romane bâtie par le Père Bourget c.s.sp. dans la lignée des Spiritains qui longtemps desservirent cette église. La paroisse Saint-Coeur-de-Marie a presque toujours été associée, pour les besoins administratifs et autres, à celle de Saint-Sauveur, dans le village voisin de Bambous. La desserte des deux paroisses est généralement assurée par le même curé, avec résidence à Bambous.
Une chapelle est rattachée à la paroisse
Chapelle Notre-Dame-de-la-Mer, Albion
2002 : Albion a été dotée de la belle église de Notre-Dame-de-la- Mer, connue pour son magnifique Chemin de Croix avec un cachet typiquement mauricien, grâce aux peintures de Vaco Baissac.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Sacré-Coeur

La paroisse a commencé à partir d’une chapelle et d’une école.
17 juin 1871 : Les religieuses Filles de Marie ouvrent à Barkly, proche de l’Hôpital Barkly un couvent et aménage une chapelle. John Hogan, le nouveau curé de Saint-Jean, vient célébrer les messes les dimanches et les fêtes d’obligation à la chapelle Barkly. « Le couvent de Barkly, foyer de vie religieuse, de prière, de liturgie et de catéchèse, se révéla le berceau de la paroisse du Sacré-Coeur. Les Filles de Marie restèrent à Barkly durant le premier quart du siècle. » Les Pères jésuites de la Résidence Saint-Ignace, Rose-Hill, se chargent de l’aumônerie de l’hôpital et assurent aux religieuses des messes quotidiennes et les sacrements. »
1872 : M. Volcy Goupille, propriétaire à Beau-Bassin, fait don d’un terrain non pas près de l’hôpital, mais à l’emplacement actuel de l’église pour la construction d’une première chapelle recouverte de paille dédiée au Sacré-Coeur. Le curé de Saint-Jean venait y célébrer la messe tous les jeudis. Le dimanche, il officiait à l’Asile des Pauvres de Barkly.
1874 : L’abbé Emilien Harel responsable de la paroisse de Saint-Jean fait ériger une grande chapelle en pierre, placée sous le vocable du Sacré-Coeur.
1875 : Bénédiction de la chapelle du Sacré-Coeur en pierres. Mgr W. Scarisbrick (1871-1887) bénit l’édifice et y célèbre la première messe. Désormais, le curé de Plaines-Wilhems descend célébrer les offices à la chapelle du Sacré-Coeur tous les dimanches, en sus des jeudis. L’édifice était implanté dans la partie centrale de la présente église.
1877 : Beau-Bassin officiellement proclamé village en même temps que Rose-Hill.
1880 : Érection de la paroisse, sous le vocable du Sacré-Coeur. De nouvelles institutions s’installent : Hôpital Brown Sequard en 1879 ; les Prisons Centrales en 1887.
1888 : L’abbé O’ Loughlin le nouveau curé décide d’agrandir l’église : il l’allonge par un nouveau choeur et lui ajouta les deux bas-côtés.
1896 : Le rang de villes est octroyé à Beau-Bassin Rose-Hill et l’administration confiée à un Board de commissaires.
1924 : De nouveaux aménagements sont apportés à l’église : inauguration d’un carillon de trois cloches. La vaste place de l’avant est créée, la décoration intérieure améliorée avec trois superbes autels en marbre et un rétable de communion en fer forgé.
1928-1847 : Avec Père Fraesia comme curé, un magnifique crucifix en bronze est placé sur la vaste place de l’église. Le toit de l’église est refait, la façade de trois pignons et la sacristie sont ajoutées.
1951 : Consécration d’une église agrandie de mille places assises.
1956 : Intronisation de la statue du Sacré-Coeur haute de 2 mètres.
1970 : Ouverture du Collège La Confiance à la rue Père-Laval, Beau- Bassin. Avec la relance de l’autofinancement en 2014, le slogan suivant dorénavant utilisé pour la paroisse : nu parwas, nu fami, nu fierté. La sacristie a été complètement rénovée en 2015.
La paroisse compte aussi 3 chapelles
1. Chapelle Emmaüs à Coromandel et Belle Étoile
Dans les années 1970, la messe est célébrée dans un local que le garage d’autobus UBP met à la disposition de la paroisse du Sacré-Coeur, puis dans l’ancienne Boulangerie Industrielle que la famille Cheong Leung met à la disposition pour la célébration de la messe.
1983 : Inauguration de la chapelle dont le Père Robert Jauffret a eu l’initiative.
2010 : La chapelle est rénovée et rendue au culte le 27 novembre en présence de Mgr Maurice Piat.
2. Chapelle Eau-Vive à Chebel
2008 : Ouverture de la chapelle
3. Notre-Dame-de-la-Confiance à Barkly
1971 : La chapelle a été inaugurée par le Père Jacques Avrillon, curé de la paroisse, pour desservir les paroissiens qui habitent dans les regions de la Cité Barkly. Elle a été rénovée en 2003.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Notre-Dame-de-Lourdes

L’histoire de la paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes se raconte en trois cycles :
1846 à 1890 : Le premier cycle concerne le village de Rose-Hill, desserte de la paroisse de Saint-Jean : les fidèles de Rose-Hill vont à Saint-Jean pour les cérémonies religieuses.
1880 : Une modeste chapelle est construite.
1890 à 1957 : Le deuxième cycle se rapporte à Notre-Dame-de- Lourdes, paroisse autonome, confiée à la Compagnie de Jésus.
1900 : L’église est construite. Étapes de la construction de l’église
1879 : Les Rosehilliens choisissent le vocable de Notre-Dame-de- Lourdes pour la chapelle que la Fabrique de Saint-Jean a décidé de construire. L’église a été construite sur deux décennies. Pour des raisons financières le Conseil de Fabrique décida d’une construction en deux étapes : réaliser d’abord la moitié supérieure de la nef.
1883 : Ivanof Manuel, constructeur de renom ouvre son chantier. Les murs de pierre, arcboutés à de solides contreforts, s’élèvent autour de la chapelle en bois. Vers la route Royale, une façade en bois, agrémentée d’un porche.
1884 : Achèvement de la chapelle en pierres. La messe n’est dite en semaine que le mercredi et le vendredi, et le dimanche tous les quinze jours seulement.
1890 : Naissance de la paroisse.
1892 : Réouverture du chantier après que Rose-Hill est érigé en paroisse.
15 août 1894 : Inauguration de la spacieuse nef d’une église en forme de croix latine.
1896 : Rose-Hill, annexée à Beau-Bassin, est promu au statut de ville.
1898 : Les deux vitraux (représentant les apparitions de la Vierge à Ste Bernadette à Lourdes et du Sacré-Coeur à Ste Marguerite-Marie à Paray-le-Monial) inondent le chœur de reflets chatoyants.
1899 : Notre-Dame-de-Lourdes connaît un ajout important : un transept, un chœur et un sanctuaire.
Le 11 février 1900 : Inauguration solennelle, jour de la fête patronale.
1909 : Mise dans l’église le groupe de l’émouvante Pieta, objet d’une grande piété populaire.
La chapelle de la Vierge qui, de tout temps, a hébergé la réplique de la grotte de Massabielle, accueille des cierges et offrandes des nombreux visiteurs.
11 février 1934 : Inauguration sur la place de l’église paroissiale du Monument de la Vierge couronnée.
1939 : L’artiste mauricien Xavier Le Juge de Segrais entreprend une restauration complète de la grotte.
A partir de 1957 : Le troisième cycle ; la prise en charge par le clergé diocésain.
1969 : Inauguration de la salle-d’oeuvre de Saint-Joseph.
1970 : Père Henri Souchon habille plus sobrement de neuf la populaire grotte de Massabielle et recule la statuette de sainte Bernadette hors du sanctuaire.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Coeur-Immaculée-de-Marie

La paroisse fut officiellement fondée par Monseigneur John Baptist Tuohill Murphy c.s.sp, 7eme évêque de Port Louis, en 1917.
Au début, l’histoire de la chrétienté du district de Rivière-du-Rempart se déroulait autour de l’église paroissiale Sainte-Philomène à Poudre d’Or.
1917 : Mgr Murphy érige la paroisse du Saint-Coeur-de-Marie, avec Conseil de Fabrique, mais sans curé résidentiel.
1928 : Mgr Leen nomme le Chanoine Joseph Trottet, à sa propre demande, curé de Sainte-Philomène et du Coeur Immaculée de Marie. Il est alors décidé que le presbytère de Poudre-d’Or serait transféré à Mon-Loisir. On ne tarda pas à découvrir combien le presbytère se situait désormais à l’extrémité d’une paroisse qui englobait tout un district. Mon-Loisir se trouvait excentré sur un territoire qui s’étendant jusqu’à Goodlands.
1981 : 2 curés nommés, un pour Sainte-Claire, Goodlands, et un autre pour la paroisse du Coeur-Immaculée-de-Marie. 4 chapelles sont rattachées à la paroisse
1. Chapelle Notre-Dame de l’Assomption à Roches-Noires
1967 : La chapelle Notre-Dame de l’Assomption à Roches-Noires est ouverte au culte.
2. Notre-Dame de l’Espérance à Piton
1966 : Consécration de la nouvelle Chapelle-Notre-Dame-del’Espérance à Beau Séjour, Piton, un joyau de l’architecture religieuse moderne à l’île Maurice.
1981 : Onze quartiers établis dans la paroisse pour démarrer la campagne de l’autofinancement.
3. Chapelle Noces-de-Cana, Rivière-du-Rempart.
La Chapelle Noces-de-Cana a été ouverte au coeur d’une cité ouvrière par le Père Robert Fleurot et a été terminée par le père Murphy.
2001 : Les 3 cloches de l’Église Noces-de-Cana sont bénites. Elles ont pour noms Mora, Eileen et Angela et ont pour mission de rassembler les paroissiens des cités ouvrières de la région pour les inviter aux cérémonies religieuses.
4. Chapelle Saint-Nathanaël, Pointe-des-Lascars.
Un autre centre de ralliement a été érigé au village côtier de Pointe-des-Lascars.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Julien

1770 : Saint Julien est une des cinq paroisses érigées alors que l’Isle de France a passé sous l’administration royale. Elle est ainsi nommée en honneur du gouverneur Julien Desroches. La paroisse de Saint Julien est érigée pour couvrir tout le district de Flacq, mais au fil des décennies elle a donné naissance à trois autres paroisses : Saint-Esprit (1849), Sainte-Ursule (1898), Notre-Dame-du Sacré-Coeur (1946). La paroisse est fondée mais il n’y avait pas d’église, seulement une modeste chapelle dans un ancien magasin à grains qui s’élevait là où se dresse la grande croix du cimetière, sur la berge escarpée de la Rivière-du-Poste. La paroisse a eu, toutefois, son cimetière dès sa fondation tout comme St-Pierre-ès-Liens. Cette chapelle a servi au culte une trentaine d’années. La paroisse Saint-Julien, érigée dès 1870 a une longue et belle histoire. C’est le premier prêtre mauricien Père Hippolyte Deroullede, ordonné en 1821, qui a été le grand apôtre de la région est du pays quand il est nommé par Mgr Slater, premier préfet apostolique de Port-Louis, responsable de toute la grande région de Flacq et de Rivière du Rempart. Quand le Père Deroullede meurt en 1938, les premières chapelles de la région ont été construites :
1831-1833 : Saint-Maurice à Poste de Flacq.
1831 : Saint Etienne à Quatre-Cocos.
1831 : Bienheureuse-Vierge-Marie à Poudre-d’Or.
1832 : Saint-Joseph à Trois-Ilots.
1833 : Notre-Dame-de-Bon-Secours à Trou-d’Eau Douce.
1835 : Saint-Paul à Rivière-Sèche.
Après Saint-Julien, la cinquième paroisse de la colonie, aucune nouvelle paroisse ne fut érigée avant le milieu du 19e siècle. En effet, il fallut attendre jusqu’à janvier 1846 quand a été créée Sainte-Philomène à Poudre-d’Or.
1845 : L’abbé Michael O’Dwyer pose les fondations de la présente église, mais ce sont les prêtres spiritains qui prennent la relève. Le Bienheureux Père Laval qui a oeuvré lui-même dans cette région a nommé comme curé son confrère spiritain, l’infatigable Louis Prosper Lambert qui a su galvaniser les catholiques de la région pour en faire une paroisse très active.
1858 : L’église est bénite et ouverte au culte.
1863 : l’abbé Joseph O’Dwyer fait don de la grosse cloche.
1864 : Consécration sur trois jours de célébration de l’église terminée avec la statue du patron Saint-Julien. Une des églises du pays qui est un échantillon incontestable de l’école spiritaine d’architecture. Au fond de l’église, l’escalier en spirale si élégamment travaillé est une magnifique pièce de bois finement ouvragée, une authentique œuvre d’art.
1873 : Dans une rosace de la façade est incrustée une horloge, qui donnait l’heure à tout le voisinage. Au niveau supérieur, on installa la cloche de O’Dwyer. Les cyclones de 1892, 1945 et 1960 ont tous eu des effets désastreux et ont nécessité d’importantes réparations. C’est le Chanoine John Egan c.s.sp, le dynamique curé constructeur, qui a doté la paroisse, dans les années 1960, d’une école primaire, d’un presbytère, d’un hall spacieux. Il a aussi modernisé les chapelles rattachées à la paroisse.
De 1945- 1964, le Père Egan travaille pour le bien-être de ses paroissiens et a su établir un bon esprit d’équipe parmi les ouvriers qui travaillent à la reconstruction des bâtiments.
1957 : la première pierre pour la nouvelle église est posée.
4 chapelles sont rattachées à la paroisse
1. Chapelle Sainte-Anne, Bonne-Mère
1932 : Le Père Albert Lebeau, missionnaire jésuite ouvre une chapelle rurale destinée spécifiquement aux Indo-Catholiques. Ce missionnaire exceptionnel a insufflé un dynamisme spécial à la Mission Indienne. Cinq ans après, il est atteint par la lèpre, vient résider avec les lépreux à Moulin à Poudre, accomplit tout un apostolat auprès d’eux, devient aveugle et meurt en 1939. Le clergé de Saint-Julien s’est activé depuis pour l’apostolat dans le village.
1931 : Un compte-rendu publié dans un exemplaire de La Vie Catholique fait état de la célébration à Bonne-Mère : « La fête de sainte Anne, patronne vénérée de nos Indiens catholiques à été célébrée par une réunion à la chapelle de Bonne-Mère. Les Indiens chrétiens, auxquels de nombreux païens étaient venus se joindre, sont arrivés de Camp-de-Masque, de Queen-Victoria, de Bonne- Mère; ils eurent bientôt rempli la chapelle; plusieurs se tassèrent autour de l’autel, d’autres, faute de place, durent rester dehors. Des personnes dévouées avaient paré la chapelle, qu’un luminaire abondant rendait éclatante de blancheur. On a particulièrement remarqué un arc de triomphe, en fleurs naturelles et feuillage, qui surmontait la statue de Sainte-Anne. Nos Indiens « assisés» même à terre ont écouté l’instruction, participé aux prières et aux cantiques. La cérémonie s’est terminée par une ample distribution de médailles de sainte Thérèse-de-l’Enfant-Jésus, patronne des Missions.»
2. Chapelle Sainte-Monique, Étoile
1955 : Une école-chapelle sous le vocable de Sainte-Monique est ouverte par le missionnaire spiritain, John Egan.
1957 : Inauguration de la chapelle dédiée à sainte Monique, un édifice pouvant contenir 75 places assises. Un artiste habitant Olivia, Simon Chung Lam Chong, l’a ornée de trois tableaux.
3. Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Accueil, Bon-Accueil
A Bon Accueil, il y a une croix de mission qui avait été placée pour commémorer une importante mission prêchée par les pères jésuites, c’est cette croix qui a donné son nom à la rue « Mission Cross Road ».
En 1938, une nouvelle croix a remplacé l’ancienne.
1899 : Les religieuses Filles de Marie ouvrent une école-chapelle à Bon Accueil qui tire son nom de la sucrerie du même nom, dont James Blyth était propriétaire de 1935-1949.
1968 : Reconstruction de ce lieu où le culte était célébré le dimanche dans des salles de classe aux cloisons mobiles.
1997 : Une chapelle est construite et transférée hors de l’école. La première pierre a été posée par Mgr. Jean Margéot et l’architecte a été Maurice Giraud. A Lalmatie, la petite communauté catholique a construit Le Centre Communautaire Bienheureux Père-Laval où les catholiques tiennent leurs réunions et les activités paroissiales.
4. Chapelle Marie-Mère-de-l’Église, Bois-d’Oiseaux
Sous le pastorat de Mgr. Jacques Giraud, la fabrique de Saint-Julien fait ériger une chapelle dédiée à Marie-Mère-de-l’Église, selon le nouveau vocable marial du Concile Vatican 11, dans le village de Bois-d’Oiseaux.
1997 : la chapelle est transférée hors de l’école dans un nouveau bâtiment voisin en pierres dont l’architecte a été Maurice Giraud.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Sacré-Coeur

1945 : La Chapelle Notre-Dame-du-Sacré-Coeur est jetée au sol, complètement détruite par un cyclone. Le curé-constructeur, l’abbé John Egan, soutenu par les paroissiens, s’est attelé à la construction d’une spacieuse église en pierres, dédiée à Notre-Dame du Sacré-Coeur.
1946 : Fondation de la paroisse de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur à Camp-de-Masque.
1946 : Pose de la pierre angulaire de l’église Notre-Dame-du-Sacré- Coeur, par le Chanoine Egan, le même qui a reconstruit l’Église Saint- Julien et ses chapelles.
1948 : Consécration de l’église Notre-Dame-du-Sacré-Coeur, dans le cadre des célébrations du centenaire du Diocèse de Port-Louis.
1987 : Le Centre Paroissial Jean-Paul 11 est ouvert afin de permettre aux catholiques de se rencontrer et de prier ensemble, sans avoir à se déplacer jusqu’à l’église paroissiale de Notre-Dame-du-Sacré-Coeur.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Esprit

1849 : Mgr. Collier érige la paroisse Saint-Esprit. Dans cette région des bas de Flacq où les nouveaux missionnaires spiritains sont actifs, ils travaillent surtout avec des paroissiens engagés dans des activités rurales. Le fondateur de la paroisse, le Père Denis Spelissy cs. sp. est un prêtre irlandais de 26 ans. Il ne s’établit pas à Rivière Sèche mais aux Trois Ilots. Malade il part pour l’Europe, mais retourne une année après.
En 1852, Mgr. Collier lui écrivait : « A mon avis, aucun prêtre n’aurait pu travailler plus ardemment et avec de meilleurs résultats que vous, depuis que cette paroisse vous a été confiée. » Miné par la fièvre il est obligé de quitter la colonie. Mgr. Hankinson écrira de lui au Gouverneur : « jamais missionnaire plus zélé, plus prudent, plus désintéressé ne vint dans cette Ile». Il consacre sa fortune personnelle pour le mieux-être de sa paroisse.
1854 : Décision prise d’élever l’église paroissiale à Rivière Sèche au croisement des deux principales voies de communication du quartier. La Fabrique achète un terrain de 3 arpents. Les travaux commencent.
1855 : Mgr. Collier consacre un premier sanctuaire.
1864 : Bénédiction de 4 cloches dont une a été donnée en 1940 à la chapelle d’Olivia. L’église de Bel-Air est agrémentée d’un beffroi pour y loger le carillon qui est longtemps resté la plus belle sonnerie de Maurice. La paroisse est dotée d’une infirmerie, d’une école gratuite, d’un couvent.
1865 : Le père Benjamin Dorbec, un autre spiritain de 38 ans, met en train la reconstruction de l’église pour en faire la plus vaste et la plus belle du pays. Il se fait architecte, entrepreneur, surveillant ; les travaux sont soignés mais avancent lentement. Une paralysie des jambes l’oblige à la retraite. Il meurt à 71 ans en 1892, est inhumé au cimetière de Trois Ilots, mais ses restes ont ramenés en 1927 dans le choeur de l’église en reconstruction.
1892 : Le cyclone fait un désastre : seuls subsistent les 2 tours et quelques parois de mur.
1926 : Mgr. Leen pose la pierre angulaire de la nouvelle église. L’historique de la paroisse est racontée par le Père Pivault c.sp.. Les travaux sont confiés à M. Lesur qui conserve les tours et la partie de la façade épargnée par le cyclone.
1927 : Inauguration de l’église reconstruite avec des chemins de croix peints par Xavier Le Juge de Segrais.
1952 : La paroisse du Saint-Esprit passe au clergé séculier avec l’abbé Trublet-Raoul comme curé.
1960 : Le cyclone Carol enlève 1/5 de la toiture.
1. La Chapelle de Notre-Dame-de-Bon-Secours, à Trou-D’Eau-Douce
1665 : Le village de Trou-d’Eau-Douce est fondé par les Hollandais.
1831 : Mgr Slater nomme Hippolyte Deroullede, premier prêtre mauricien ordonné en 1821 responsable des districts du nord et de l’est. L’abbé Deroullede fait sa résidence à Poste-de-Flacq, à mi-chemin de son territoire de mission qui s’étirait de Poudre-d’Or à Grande- Rivière-Sud-Est. Huit années durant, de 1831 à 1838, en apôtre intrépide et infatigable, il se dépense au service de la population de Rivière-du-Rempart et de Flacq. Il parsème de chapelles le littoral dans l’est de l’île à Poudre-d’Or, à Poste-de-Flacq, à Trois-Ilots, à Rivière- Sèche, à Quatre-Cocos. Il catéchise, tantôt en français, tantôt en créole. Il venait aussi répondre aux appels des malades et pour les enterrements. Comment se déplaçait-il ? « Ma calèche, ce sont mes jambes !», disait-il. Chapelle et école primaire : De sa résidence de Poste-de-Flacq, l’abbé se rend régulièrement à Trou-d’Eau-Douce pour la messe et le catéchisme. A Trou- d’Eau-Douce, il a fait ériger une chapelle en bois, occupant l’emplacement entre la salle-d’oeuvre et l’actuelle chapelle, à angle droit avec celle-ci. Il ouvre aussi une école gratuite.
Le 27 septembre 1833, Mgr William Morris o.s.b., vicaire apostolique, procède à l’inauguration solennelle de la chapelle, dédiée à Notre- Dame-de-Bon-Secours. Ce fut la toute première messe pontificale célébrée dans l’endroit.
1844 : la chapelle est dotée d’un chemin de croix, don de Mme Artus.
1849 : Mgr W. Collier avait scindé le territoire de Saint-Julien pour ériger la paroisse du Saint-Esprit. Les localités de Trou-d’Eau-Douce et de Quatre-Cocos sont alors attachées à la Paroisse Saint-Esprit. Dans les années cinquante, la chapelle est réparée et même agrandie, sous l’impulsion de l’abbé Denis Spelissy, le premier curé de la paroisse Saint-Esprit.
1869 : Sous le pastorat de l’abbé Louis Benjamin Dorbec, Trou-d’Eau- Douce est proclamé village.
1892 : Le violent cyclone des 28-29 avril 1892 rase la chapelle jusqu’au niveau du sol.
1892 : Madame Frédéric Montocchio, née Mary Allendy, veut travailler à la reconstruction de la chapelle, en témoignage de reconnaissance au Seigneur. Car, pendant le terrible cyclone, elle et son mari – couple sans enfant – avaient frôlé la mort de très près dans leur campement à l’Ile-aux-Cerfs. Toutefois le chantier avança lentement.
1897 : La reconstruction de la chapelle est achevée ! La construction avait coûté Rs. 25,000.
Le samedi 3 juillet 1897 : Mgr Peter O’Neill o.sb., évêque du diocèse, vient présider lui-même la cérémonie d’inauguration: messe le matin à 8 heures et procession du Saint Sacrement l’après-midi à 15 heures : « Le nouveau sanctuaire, qui conserva son vocable initial de Notre- Dame-de-Bon-Secours, se dressait désormais dans le décor du village marin comme un ouvrage très remarqué. Avec ses murs tout en blocs basaltiques rectangulaires, ses angles, sa porte et ses fenêtres ogivales en pierres de taille, avec sa façade agrémentée d’oeils de boeuf rosacés, son pignon percé par la niche qui abrite une statuette de la Vierge, avec son comble en bois recouvert de bardeaux, avec de tels traits distinctifs, cette chapelle appartient au style architectural qui caractérisa les édifices religieux qui surgirent du sol mauricien à la fin du siècle dernier. »
1977 : L’abbé Léonce Trublet Raoul agrandit l’église par l’ajout de deux ailes en béton.
1990 : Consécration de la chapelle reconstruite de Notre-Dame-de- Bon-Secours. M. Marcel Lagesse, architecte, peintre et fondateur, en 1963 de l’usine Miroverre, s’est servi de tous ses talents pour mettre en valeur les pierres du pays et pour doter ce bijou architectural de vitraux diffusant une magnifique lumière bleue apaisante et propice au recueillement.
2. Chapelle Notre-Dame-de-Banneux à Beau-Champ
1957 : La propriété de Beau-Champ met un terrain à la disposition de la paroisse.
1959 : Consécration de la Chapelle Notre-Dame-de-Banneux ouverte, grâce à la générosité de la famille Dalais pour desservir les régions autour de Grande-Rivière-Sud-Est.
3. Chapelle Ste Thérèse-de-l’Enfant-Jésus à Olivia
1937 : Achat du terrain pour l’école et la cour. Il n’y avait pas de sanctuaire à Olivia, seulement une école catholique primaire gratuite pour les enfants du village.
14 mai 1939 : Père Ronald Gandy procéde à la bénédiction de l’emplacement de la future chapelle et dédie la future église à Sainte- Thérèse.
8 octobre 1939 : Le dimanche qui suit la fête de Sainte-Thérèse-del’Enfant- Jésus, Mgr. Leen vient lui-même inaugurer la chapelle.
1940 : La chapelle reçoit son Chemin de croix. Une des quatre cloches du carillon de l’église Saint-Esprit de Bel-Air est installée à Olivia. La tribune est aussi construite en 1941.
1964 : 25ème anniversaire de la chapelle
4. Chapelle Christ-Roi, à Clémencia
1978 : Consécration de la chapelle dédiée au Christ-Roi.
5. Chapelle Marie-Étoile-de-la-Mer à Quatre-Soeurs
1974 : Consécration de la chapelle construite grâce à la générosité de M. Descelles dans le village de Quatre-Soeurs.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Sainte-Ursule

1890 : Lors d’une réunion tenue au Centre de Flacq, la décision est prise de construire une chapelle au Centre de Flacq. Le terrain avait été donné par M. Edmond Baschet. Moins d’un an après, la chapelle est élevée. La statue de Sainte-Ursule. Le premier vocable destiné à cette humble chapelle était celui de Notre-Dame-des-Victoires. Mais M. Constant Baschet, bienfaiteur, en souvenir de sa mère, demande de mettre la future église sous la protection de Sainte-Ursule. Voici la reproduction de quelques lignes du Dr. Baschet accompagnant ce don : « Ce n’est pas sans une grande émotion toute pleine d’attendrissement que je viens vous aviser que je fais l’offre de ce tableau à l’Église de Sainte Ursule dont je n’ai pas besoin de vous rappeler les origines. J’exprime le désir qu’à ce tableau soit fixé une cartouche sur lequel on lira : Don du Dr. G. Baschet, de Paris, en souvenir de son aïeule Ursule Constance Baschet, et de sa fille Marie Baschet; c’est vous dire tous les souvenirs qui m’attachent à votre église…» Ce beau tableau qu’on peut admirer encore est placé dans le chœur avec l’inscription désirée par le Dr. Baschet. Mgr. Meurin était d’autant plus heureux que cette sainte lui rappelait l’église de Sainte-Ursule, de Cologne où il avait célébré les saints mystères.
Le 12 septembre 1897, les habitants du Centre de Flacq, soumettent à Monseigneur une pétition, lui demandant de bien vouloir ériger Ste Ursule en paroisse séparée. Par sa situation géographique, Sainte-Ursule est tout indiquée pour former une 3ème paroisse à Flacq, ayant sous sa dépendance Saint- Maurice. Une autre préoccupation du curé, dès les premiers jours de son entrée en fonction, est l’agrandissement de son église.
1er juillet 1898 : Les travaux commencent. Il ne s’agissait rien moins que d’agrandir de moitié la petite église. La cloche de la paroisse n’est remarquable, ni par ses dimensions, ni par l’étendue des vibrations, mais elle est une des plus anciennes qui existe dans la colonie : elle fut fondue à Nantes en 1767 et a été bénite en 1898 par l’évêque.
1897 : La paroisse de Sainte-Ursule est érigée solennellement. Une pétition est ensuite envoyée par les habitants de Flacq demandant l’ouverture d’un cimetière paroissial et public.
11 janvier 1899 : A une réunion du Conseil de Fabrique, il est décidé de créer un cimetière à Riche-Mare qui fut bénit le 13 mars.
1904 : La Fabrique trouva sept mille roupies pour l’acquisition d’un presbytère et de ses dépendances.
1920 : Inauguration en grande pompe de la nouvelle église paroissiale.
1954 : Les Soeurs-du-Bon-et-Perpétuel Secours quittent Poste de Flacq et leur couvent est transformé en école primaire de la paroisse. La paroisse de Sainte-Ursule s’étend de Palmar à Poste-Lafayette, soit quelque 18 kms de côte. Sainte-Ursule compte 15 quartiers : Centre de Flacq, Chemin Hôpital, Plaine de Gersigny, Boulet Rouge, Saint Rémy, Constance, Cité Hibiscus, Pont-Blanc, Camp Manes, Riche Mare bas, La Source, Riche Mare haut, Argy, Mare la Chaux et Bramsthan. Chaque quartier a un responsable et un comité qui participent au Conseil Paroissial chaque mois. Le nombre de baptisés tourne autour de 11 000 dont 1,200 pour St Dominique et autant pour Saint Maurice. (extrait de Souvenir Centenaire Paroisse Ste Ursule 1897-1997)
3 chapelles sont rattachées à Sainte-Ursule
1. Chapelle Saint-Maurice à Poste-de-Flacq
1831 : L’abbé Deroullede fait construire la première chapelle Saint- Maurice à Poste-de-Flacq. En 1838, elle est agrandie pour accueillir quelques 300 personnes, « le seul lieu de culte dans le pays où résonne le créole, le français et l’anglais, les trois langues que le premier prêtre mauricien sait adapter à son auditoire, composé en partie des soldats, dont de nombreux irlandais catholiques, en garnison dans la région.
1863 : Construction du sanctuaire actuel financé par les propriétaires de la sucrerie Constance.
1963 : Une grande réparation de Saint-Maurice est entreprise en vue du centenaire de l’église.
1964 : Après une bénédiction des bateaux au débarcadère, une procession de la statue de Saint-Maurice est organisée, suivie d’une messe solennelle.
2014 : Célébration du 150e anniversaire de la chapelle Saint-Maurice à Poste-de-Flacq. « Cette chapelle est située dans un petit village côtier de l’Est de l’île qui se compose des habitants vivant de la pêche et de l’agriculture. Elle se maintient grâce au dévouement des paroissiens et à la générosité des vacanciers de cette zone côtière qui sont de passage dans la région. C’est dans le cadre de cet anniversaire, qu’a été bénite une nouvelle cloche remplaçant celle qui avait carillonné pendant 150 ans et qui était abimée. La cloche pesant 150 kg et au coût de Rs 150, 000, a été commandée d’une fonderie de la Hongrie et a été mise en place grâce à Edgar Julienne et Gilles d’Argent, paroissiens de Saint-Maurice. Elle porte le nom de Renalda, sacristine et catéchète de la paroisse pendant plus de 40 ans. »
2. Chapelle Saint-Dominique à Quatre-Cocos
1925 : Père de Boucherville invite les fidèles à contribuer pour la construction d’une chapelle. Un fancy-fair est organisé dans ce but à Trou-D’Eau-Douce.
1926 : La Chapelle Saint-Dominique est inaugurée.
1836 : La chapelle est rattachée à la paroisse de Sainte-Ursule
1960 : La chapelle est démolie par le cyclone Carol.
3. Chapelle Saint-Joseph à Belle-Mare
27 septembre 1832 : Une chapelle avait été ouverte par le Père Deroullede à Trois Ilots et il y avait un grand nombre de fidèles pour la consécration. Voici le compte-rendu de cette inauguration dans le journal Le Cernéen du 5 octobre 1832 ; « Il y avait un grand concours de fidèles et plusieurs pelotons de la cinquième compagnie de Volontaires étaient sous les armes…Cette chapelle est située sur une portion de terrain que Madame Veuve Blandin de Chalain; a concédé en jouissance. Les habitants voient avec d’autant plus de plaisir cet établissement que leurs esclaves seront à même de recevoir une instruction religieuse qui leur est si nécessaire et dont le grand éloignement où ils se trouvent de l’église de Flacq ne leur permettait pas de jouir. »
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Notre-Dame-des-Anges

1841 : Dès que Mgr. Collier assume ses fonctions de vicaire apostolique, il s’intéresse à la vie religieuse de la paroisse de Grand-Port où vivaient de nombreux Anglais qui assuraient l’administration britannique dans le pays. Un nouvel emplacement est choisi pour la nouvelle église à construire. Le couple K/Vern offre au diocèse trois arpents de leur propriété. La nouvelle église dont la construction commence est « une monumentale œuvre d’art …Concernant l’aspect architectural, technique et artistique l’église de Mahébourg profita de la collaboration de celle de Poudre-d’Or. En cette année 1845, le sanctuaire de Sainte-Philomène était en pleine construction. Il servit de prototype à Notre-Dame, Mahébourg. Pour les matériaux, autant que pour le plan, le sanctuaire s’inspira du sanctuaire du nord-est. D’ailleurs, ce furent les mêmes professionnels – ou presque – qui réalisèrent les deux lieux de culte. Leurs édifices présentent tant de similitudes qu’ils se dressent dans le ciel de Maurice telles deux églises soeurs. Encore que les procédés architecturaux de Notre-Dame comportent plus d’élégance et de raffinement que ceux de Sainte Philomène. »
15 août 1849 : L’Église Notre-Dame à Mahébourg est inaugurée puis consacrée par Mgr W B. A. Collier o.s.b.
1857 : Le presbytère est terminé, les bois de l’ancienne chapelle démontée ayant servi pour la construction en 1857. Plusieurs congrégations religieuses s’installent dans la paroisse pour assurer l’éducation des jeunes et l’encadrement des plus pauvres.
Les dégâts du cyclone 1892 furent importants dans le Sud.
1906 : Démembrement de la paroisse de Notre-Dame de Mahébourg qui conserve les chapelles de Vieux-Grand-Port, de Grand-Sable et de Cent-Gaulettes.
1938 : Agrandissement de l’Église Notre-Dame-des-Anges. C’est un beau patrimoine dont les paroissiens ont hérité : le toit en bois avec des structures ayant la forme des anges. Les vitraux de chaque côté de l’église dont un représentant le couronnement de la Vierge entourée d’anges, la chaire avec son escalier en marbre, le tableau Le Christ en Croix, la belle statue de Marie élevée au ciel surplombant l’église. Construction de la salle paroissiale.
2006 : Bicentenaire de la création de Mahébourg et de l’installation de la paroisse. Dans ce contexte d’importants travaux de rénovation ont été effectués. Un hommage est rendu au Père Laval dans la superbe sculpture réalisée par Marcel Prévost, se trouvant à l’intérieur de l’église de Mahébourg.
Les 4 chapelles de la paroisse Notre-Dame-des-Anges
1. La Chapelle Notre-Dame-du-Grand-Pouvoir à Vieux-Grand-Port
La pose de la première pierre de l’actuelle Chapelle Notre-Dame-du-Grand-Pouvoir a eu lieu en 1957 et la chapelle a été inaugurée en 1959. C’est le père Clarence Rothwell c.s.sp. dont le nom demeure associé à cette chapelle complètement renouvelée près des ruines historiques de Vieux-Grand-Port. La chapelle est un lieu de pèlerinage pour de nombreux Mauriciens. Dans cette chapelle trône la statue en bois de Marie tenant son fils Jésus dans les bras. Selon une tradition orale, c’est une habitante qui a trouvé la statue échouée sur le rivage à Vieux-Grand-Port. Beaucoup de personnes obtiennent des grâces en venant prier dans ce lieu de culte.
2 . La Chapelle Sainte-Cécile
Le premier lieu de culte à Bambous-Virieux dédié à Notre-Dame-de-la-Présentation a été implanté en 1878 sous l’impulsion du missionnaire, Père Joseph Thiersé. Cependant au fil des ans, la Chapelle Sainte- Cécile initialement située à Grand-Sable a été transférée à Bambous-Virieux. Elle a été inaugurée lors de la solennité de Sainte-Cécile le 22 novembre 1946.
En 1988, sous le pastorat de l’abbé Tadeusz Lewicki, la chapelle a été rénovée.
3. La Chapelle La Résurrection à Grand-Sable
La chapelle Sainte-Cécile ayant été transférée, les habitants des régions de Grand-Sable ont souhaité avoir un nouveau lieu de culte car, au fil des années, la population chrétienne de Grand-Sable avait augmenté. A un certain moment on célébrait les messes dominicales dans le centre social du village. On sentait un besoin de construire un lieu de culte dans la localité. Une nouvelle chapelle a été construite sous le vocable « La Résurrection » pour exprimer la résurrection de ce lieu de culte jadis appelé Sainte-Cécile. Le pro-Nonce Apostolique Mgr Agostini Marchetto a posé la première pierre le 16 mars 1988 et le cardinal Jean Margéot a procédé à la consécration de la Chapelle La Résurrection en décembre 1989.
4. La Chapelle Saint-Henri à St-Hubert
Après la destruction du lieu de culte Sainte-hilomène à Cent Gaulettes par des ouragans, le député de Grand-Port, le Dr. Henri Portal, avec l’aide de la famille Rochecouste, a fait construire la Chapelle Saint-Henri à St-Hubert.
En 1890, Mgr Léon Meurin s.j. bénit et inaugure la chapelle. Le mur de façade est monté en demi-cercle. La chapelle qui a une ressemblance avec la construction d’une usine sucrière a bien résisté aux intempéries.
1962 : Consécration de la nouvelle Chapelle Saint-Henri.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Joseph

Située sur la route qui mène du rond-point de Terre-Rouge à Arsenal, l’église a une longue histoire. D’après quelques documents d’archives, il apparaît qu’une première chapelle, dédiée à Saint Joseph, père adoptif de Jésus, existait déjà en 1862.
En 1872, une nouvelle chapelle, sans doute plus spacieuse et plus solide, est construite par le Père Buquel et bénite solennellement par Mgr. William Scarisbrick. On signale aussi que dès l’année 1851, donc bien avant la mort du Père Laval, survenue le 9 septembre 1864, il existait à Terre-Rouge au fond de l’actuelle Florida Lane une chapelle appelée le Sanctuaire du Saint-Sépulcre dont des vestiges de soubassement existent toujours.
Un autre document daté de 1860 et appelé le “Blue Book’ fait état d’une autre chapelle à Arsenal, pouvant contenir 80 personnes, et dédiée vraisemblablement à Saint Etienne, premier martyr de l’Église primitive à Jérusalem.
En 1922 : Fondation de la paroisse qui est détachée de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Délivrande, à Montagne-Longue, dont elle dépendait depuis les débuts. Elle est donc dotée d’une Fabrique. Le Père A. Charpiat est curé de 1928-1938.
En 1931 : Pour trouver les fonds nécessaires pour réparer l’église, le curé met en tombola son grand Larousse Illustré en 8 volumes et quelques autres de ses livres. La population catholique de la paroisse se monte à 500 fidèles. Les dimanches et fêtes, la messe est célébrée à 6 heures 30 du matin et en semaine, le mercredi, dès 5 heures 30 le matin. Le prêtre qui résidait toujours à Notre-Dame devait se déplacer en carriole.
En 1960 : l’église Saint-Joseph a souffert du passage du cyclone Carol.
A partir de 1994, les prêtres peuvent résider près de l’église car le Père Jacques Harel, le premier résident, a construit une petite cure derrière l’église. L’Église de Saint-Joseph dessert entre autres les deux grosses cités populeuses de Bois Marchand et de la Cité CHA de l’endroit.
En 1999, le centre paroissial polyvalent, La Sainte-Famille, est ouvert à Bois-Marchand. En plus des activités religieuses visant à nourrir la foi des fidèles, il faut noter un groupe de Scouts, une École de rattrapage à Bois-Marchand, dirigée par les religieuses de Lorette et la mise sur pied d’une Credit- Union. La fête Patronale de la paroisse est toujours célébrée le 19 mars, en même temps que l’Adoration des XL Heures. La paroisse s’étend de chaque côté de la route allant du chemin de l’école de Terre-Rouge jusqu’à Solitude.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Michel

Le peuplement de Grand-Gaube a commencé autour des années 1793 à 1822, quand quelques paysans ont commencé à s’établir pour cultiver la canne à sucre et faire fonctionner le moulin.
En 1835, après l’abolition de l’esclavage, beaucoup d’affranchis ont préféré quitter la terre et se diriger sur la côte pour exercer le métier de pêcheurs. Grand-Gaube s’est ainsi développé en port de pêche et la construction des barques. Jusqu’aujourd’hui, les habitants de Grand-Gaube ont une grande réputation en tant que pêcheurs, charpentiers de marine ou encore « maçon roche ». Certains des pêcheurs ont préféré se recycler dans des métiers qui leur permettent d’organiser des excursions en mer pour les touristes.
Entre 1892-1915 : Une chapelle est ouverte sous le vocable de St-Michel.
1915 : Fondation de la paroisse de Saint-Michel à Grand-Gaube. La paroisse prend alors une telle extension, qu’elle devient vite plus importante que la paroisse Notre-Dame-de-la-Salette, laquelle lui est rattachée le 7 juillet 1919.
1917 : Les Filles de Marie arrivent à Grand-Gaube deux ans après la fondation de la paroisse. Une de leurs premières tâches est d’ouvrir une école primaire : l’École Saint-Michel.
1921 : Agrandissement de la chapelle et en même temps que se fait la construction d’un plus grand presbytère.
1934 : Les fidèles sont de plus en plus nombreux : l’Abbé Albert Glorieux fait allonger la nef de 19 pieds et ériger le porche et le clocher. Il ajoute un transept, avec deux bras de 16 pieds sur 16, donnant au sanctuaire la forme d’une croix latine.
1935 : Réouverture de l’église agrandie de Grand-Gaube.
Père William Moriarty – curé de 1949 à 1960 – entreprend une œuvre d’embellissement de grande envergure. Dirigeant une équipe d’ouvriers locaux, sans contremaître, il rénove lui-même l’édifice.
1959 : Les fidèles célèbrent la fête patronale dans un sanctuaire complètement remis à neuf.
1960 : Sous la violence du cyclone Carol, le toit de l’église est emporté.
1969 : Père Jean Eon, le nouveau curé, aménage le chœur face au peuple. Dès son arrivée à Grand-Gaube, il entreprend les travaux : « Rénovation en tous points remarquable, alliant la richesse de la pierre colorée à la sobriété du dessin de l’autel, du tabernacle et de l’ambon. Les plus habiles ouvriers de la paroisse contribuèrent à en faire un véritable chef d’œuvre en son genre. Henri Mathieu, André Nelson et Louis Francis se chargèrent de l’autel et de l’ambon, tandis qu’Antoine Bahadoor assemblait le socle en pierres que surmonte le tabernacle. »
1971 : La paroisse fait l’acquisition d’un terrain de 28 perches, à côté de l’église, en vue de construire le Centre Paroissial, Léon Leclézio, inauguré le 13 décembre 1974.
26 septembre 1975: Bénédiction par Mgr. Jean Margéot, de la cloche en bronze commandée à la fonderie Blanchet & Cie. (France) de 55 centimètres de diamètre, pesant 100 kilos, sous le nom de «Marie- Michèle.
1981 : Inauguration de l’école paroissiale Jean Éon qui a été par la suite, reconstruite avec l’aide du gouvernement français.
1999 : De substantiels travaux ont été entrepris pour rénover l’église. Une chapelle est rattachée à la paroisse Notre-Dame-Auxiliatrice de Cap-Malheureux.
1938 : Construction de la chapelle à la toiture rouge dédiée à Notre-Dame-Auxiliatrice. Une des plus belles de Maurice avec son architecture à colombage et son élégant clocheton se détachant sur le fond de la mer.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Notre-Dame-de-la-Salette

1823 : Victor Mazery achète la propriété de Mare-Sèche. Il fait construire dans son jardin une chapelle en bois dédiée à Notre-Dame-de-Bon-Secours qui est bénie en 1852. La population catholique de Mare-Sèche était de 147 personnes alors que celle de Grand-Baie était de 240 enfants et adultes.
1852 : L’Abbé Colyar, curé de Pamplemousses, bénit la chapelle. Vu la pénurie de prêtres, les rares célébrations se faisaient surtout dans cette chapelle. Depuis 1854, le Saint Sacrement y était réservé.
1859 : La sucrerie cesse de fonctionner et la famille Mazery, donne au diocèse une portion de 121/2 arpents et fait faire les plans d’une future église qui devait être une réplique-miniature de la Basilique de Notre-Dame-de-la-Salette, près de Grenoble en France. La Vierge y était apparue en 1846 à 2 enfants, Mélanie et Maximin. C’était l’époque où la chrétienté de langue française avait les yeux tournés vers la Vierge de la Salette. En effet, la première apparition à Lourdes ne date, elle, que de 1858.
25 septembre 1862 : Pose de la première pierre de l’église de Notre-Dame-de-la-Salette. La construction a pris 13 ans et la tour colossale prévue n’a donné que le clocher massif qui domine cette partie de la plaine du nord.
Depuis 1865, Grand-Baie est érigée en paroisse et a un curé résidentiel. Dès lors, la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, Mare-Sèche, perd sa raison d’être pour le quartier. Vingt années durant, elle avait servi de lieu de culte pour le Nord. Désormais, elle redevient une chapelle domestique.
A cette époque, la Paroisse de la Salette, outre la chapelle de Grand-Baie et l’oratoire de Mare-Sèche, comptait aussi trois succursales:
• Saint-Julien à Triolet,
• Bon-Pasteur à Cap Malheureux
• Saint-Coeur-de-Marie à Trou-aux-Biches.
Décembre 1867, Nommé curé des Pamplemousses, l’abbé Tristan Bardet est transféré à la cure de La-Salette en juillet 1869. Durant son pastorat il a laissé sa marque dans la paroisse.
Le 8 décembre 1869, fête de l’Immaculée Conception, l’abbé Bardet ouvre une chapelle provisoire dans l’enceinte de l’église en construction. Mais avec son départ pour des raisons de maladie, la construction n’avance pas.
31 juillet 1875 : Inauguration de l’église qui est ouverte au culte. Sa construction avait duré 13 années. La croix qui domine l’édifice domine aussi la Plaine du Nord. /Cette construction voulait être une miniature à Maurice de la Basilique de la Salette en France.
1945 : Le cyclone de janvier 1945 endommage gravement l’église : la toiture du chœur est enlevée.
Le 3 novembre 1970 : Le curé de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Salette a dorénavant sa résidence au village de Grand-Baie.
En 1975, Notre-Dame de la Salette a célébré son centenaire. Une chapelle rattachée à la paroisse Saints-Anges-Gardiens(1935) à Grand-Baie.
5 août 1935 : La Chapelle des Saints-Anges-Gardiens est inaugurée.
1945 : La chapelle est complètement démolie par le cyclone. Une nouvelle chapelle est reconstruite, Jacques Desmarais et Félix Rousset en ont été l’architecte et le constructeur.
24 août 1959 : Inauguration de la nouvelle chapelle que Mgr. Joseph Mamet décrit : « De style ultra-moderne.., bâtie au bord de la mer, du large elle apparaît comme une barque, grande voile dehors» (5). Pendant les années qui suivirent, un prêtre spiritain du Collège du St. Esprit à Quatre-Bornes assurait chaque semaine la messe dominicale. Durant les vacances scolaires, les Pères-professeurs du Collège séjournaient dans le bungalow qui sert maintenant de presbytère.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Sainte-Claire-Marie-Reine

1762 : Sous l’occupation française le quartier de Rivière-du-Rempart, incluant le canton de Poudre-d’Or, est décrété officiellement le 11 août. Il dépendait alors de la paroisse de Saint François-d’Assise à Pamplemousses. Les habitants du quartier (district) de Rivière-du-Rempart réclamaient une paroisse qui leur serait plus proche mais leur attente demeura sans effet sous l’occupation française.
En 1788 : Il est question pour la première fois, de la création d’une paroisse dans le district de la Rivière-du-Rempart. Les habitants convoqués en assemblée spéciale acceptent de payer une taxe annuelle, pour faire face aux dépenses nécessaires à la construction d’une église et d’un presbytère.
De 1831-1837 : L’abbé Hippolyte Deroullede reçoit comme territoire de mission l’est et le nord-est de la colonie, un vaste territoire qui englobait toutes les localités entourant Poudre-d’Or, il parsème le littoral oriental d’une demi-douzaine de lieux de culte.
Le 4 décembre 1831, Père Deroullede aménage un oratoire dans une maison du canton de Poudre-d’Or, rattaché canoniquement à la paroisse de Saint-François-d’Assise, Pamplemousses et célèbre la messe dans cette minuscule chapelle qu’il dédie à la Bienheureuse-Vierge- Marie. Quoiqu’exigu, ce sanctuaire devient le point de ralliement de la communauté chrétienne de la région. Jusqu’au début de 1837, l’abbé Deroullede vient y célébrer la messe tous les premiers jeudis du mois.
15 août 1835 : Un avis du gouvernement annonce que « des offres seront reçues au Commissariat civil de Rivière-du-Rempart jusqu’au 3 septembre, pour l’entreprise de la construction d’une église à Poudre d’Or. Ce projet ne fut rien de moins qu’un vœu pieux. Entre-temps, sous l’impulsion de Dom Giles, les habitants du district de Rivière-du-Rempart avaient constitué un «Comité pour l’érection de l’Église de Poudre-d’Or». Chacun payait, dans ce but, une redevance spéciale.
Septembre 1845 : Création de la paroisse de Sainte-Philomène à Poudre-d’Or dont le Père P.M. Comerford allait être le pasteur dix années durant. Sainte Philomène, martyre romaine, faisait à cette époque l’objet d’une dévotion fort populaire. Son culte a été favorisé par la découverte par des archéologues à Rome d’une pierre sur laquelle était gravée l’inscription Philoumena. Ainsi sainte Philomène occupait une place spéciale dans la dévotion du saint Curé-d’Ars (1786-1859). Tout de suite, Mgr Collier dote la paroisse d’une Fabrique. Une des premières tâches de la Fabrique avait trait à la construction de l’église paroissiale, une entreprise de vaste envergure qui allait mobiliser curé et paroissiens deux années durant. Une autre préoccupation qui rejoignait les pressantes attentes des fidèles fut l’aménagement d’un cimetière. Car à ce jour, le district de Rivière-du-Rempart se trouvait démuni de cimetière. Le lieu de sépulture officiel le plus proche ayant toujours été le Cimetière de Pamplemousses. Le cimetière L’abbé Comerford obtint un terrain de 2 arpents et 20 perches, distrait de l’habitation Baudot et pas très éloigné de la sucrerie, qui est converti en cimetière paroissial. Deux pasteurs de la paroisse y sont inhumés, au milieu de plusieurs générations de fidèles : les abbés Thomas Martin et Benjamin Grimaud. La toute première église en pierres de taille du 19ème siècle Madame Veuve Charles Baudot cède un terrain de 61 perches pour contenir l’église et le presbytère. Par la suite, un autre terrain de 2 arpents et 20 perches, vis-à-vis de l’église et plus proche de la sucrerie, est obtenu pour abriter le cimetière. Les promoteurs – Mgr Collier, l’abbé Comerford, Nicolas Staub (propriétaire de Schoenfeld), le président – et les autres membres de la Fabrique voient grand. Ils veulent une église en pierres taillées de grande beauté et de réelle solidité. L’église qui se révéla un vrai joyau architectural mobilisa toute une équipe de professionnels. L’architecte se nommait Théodore Martin, un Réunionnais. Ce fut le Père Laval, qui connaissait bien Poudre-d’Or déjà, qui proposa un dessin s’inspirant des églises de Normandie, France.
1848 : Inauguration de Sainte-Philomène : L’ouverture au culte de l’église Sainte-Philomène constituait un événement d’importance. « Il s’agissait de l’inauguration d’un temple original et élégant, le premier monument religieux d’envergure à être érigé au début du 19ème siècle – hormis l’église Saint-Louis (1816). Il s’agissait d’un monumental édifice en pierres basaltiques, avec un cachet, un caractère architectural distinctif, qui a servi de modèle par la suite à bien d’autres sanctuaires du pays. La construction avait nécessité plus de deux années, puisque la première pierre avait été posée par Mgr Collier le mardi 4 novembre 1845. Cette église est dotée d’une cloche qui porte le millésime de son moulage : 1838. » Transfert de la paroisse de Poudre-d’Or à Mon-Loisir
1928 : Transfert de la paroisse de Poudre-d’Or à Mon-Loisir. Dès avant 1848, Rivière-du-Rempart avait un lieu de culte dédié au Saint-Coeur-de-Marie. Toutefois, la messe n’y fut jamais célébrée le dimanche.
1862 : Les religieuses de Bon-Secours arrivent à Poudre-d’Or le 12 janvier. Elles ouvrent un couvent et rayonnent à travers le district.
Le 31 mai 1863, elles créent l’hôpital de Poudre-d’Or et se chargent de l’école primaire. Lors de la reconstruction du couvent de Poudre-d’Or, une communauté de Filles de Marie a pris le relais. Elles exercent leur apostolat catéchétique, sur les paroisses jumelles de Sainte-Claire et du Coeur-Immaculé-de-Marie.
1916 : Le curé Benjamin Grimaud, est le tout premier prêtre à célébrer la messe le dimanche chaque quinzaine à Rivière-du-Rempart. Il a construit aussi un oratoire au centre du village, sous le vocable de Notre-Dame-de-Pellevoisin, dont il a propagé la dévotion dans l’île. A côté, sur le même terrain, il a fondé une école primaire gratuite dédiée également à Notre-Dame-de-Pellevoisin. Cet établissement scolaire a fonctionné de 1920 à 1941. Quant à l’actuelle «Notre-Dame de Pellevoisin R.C.A. School» à Belle-Vue Maurel, elle remonte au 25 mars 1956 et a été l’oeuvre du Père William Moriarty.
1959 : Restauration de grande envergure de l’église par le Père William Moriarty. À plusieurs kilomètres à la ronde, on peut facilement apercevoir le campanile de Sainte-Philomène.
En 1960 sous le cyclone Carol, le toit de l’église est emporté et c’est en 1997 que d’importants travaux de maintenance ont été effectués.
1964 : Nouveau vocable : Marie-Reine
En 1964, la paroisse et l’église ont changé de vocable pour s’appeler Marie-Reine, le nom de Sainte Philomène ayant été enlevé du calendrier des saints. Une église rattachée à la paroisse Sainte-Claire (1939), Goodlands
1939 : Consécration de l’Église Sainte-Claire à Goodlands sous l’épiscopat de Mgr James Leen c.s.sp. Cet édifice en béton armé a été construite par la firme des architectes-constructeurs Hall – Genève – Langlois.
En 1966, est érigée, de l’autre côté de la route, l’actuelle église Sainte- Claire selon des plans de l’architecte Gustave Rey.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Cathédrale Saint-Louis

En 1730, il y a quelque 1 000 habitants sur l’île. L’inauguration de la première église paroissiale Saint-Louis à la rue Royale a eu lieu en 1737. Ce n’est qu’en 1752 qu’a eu lieu la mise en place de la première pierre de la future église Saint-Louis dans l’emplacement actuel que nous lui connaissons. Le district de Port-Louis regroupe en 2015 neuf églises paroissiales et 9 chapelles. L’actuelle Cathédrale Saint-Louis inaugurée en 1933 se trouve être le quatrième sanctuaire à surgir sur le même emplacement, qui remonte à une vieille concession de 1774 du gouvernement royal de Louis XV. Elle est devenue cathédrale catholique Saint-Louis quand le diocèse a été fondé en 1847. C’est aussi à ce moment que commence la construction de l’évêché de Port-Louis, des travaux qui ont duré de 1847 à 1852.
En voici un bref historique.
1810 : Avec la conquête britannique, le premier gouverneur anglais R. T. Farquhar prend à coeur la reconstruction de la troisième église Saint-Louis qui devient « le plus beau monument que possède le pays. »
Il rétablit aussi La Fabrique de la paroisse Saint-Louis supprimée pendant la Révolution.
1816 : La construction est terminée, le mobilier est acheté. 25 septembre 1816 : Un incendie majeur détruit un millier de bâtiments dans Port-Louis. Tous les registres paroissiaux conservés au lieu de culte temporaire au Parc-à-Boulets, pendant la construction de l’église, sont détruits.
1847 : Création du Diocèse de Port-Louis, « le statut, d’une église autonome, totalement adulte » comme l’a défini Mgr. A. Nagapen ; mais il n’y a aucune modification spéciale à l’église.
1847-1853 : C’est surtout la construction du bel édifice de l’évêché – appelé Palais Épiscopal jusqu’à Vatican 11 – qui est venue embellir ce quartier de la capitale.
1896 : La statue de Saint-Louis est érigée, proche de l’endroit où se trouvait la fontaine municipale.
1928 : Travaux de démolition de la Cathédrale construite par le premier gouverneur anglais R. T. Farquhar. 1930 – 1931 : Années de la restauration de la Cathédrale
1932 : Dédicace et consécration du nouvel édifice de la Cathédrale Saint-Louis. La façade en pierres du pays reproduit le style de l’ancienne cathédrale elle-même lointainement inspirée de la basilique Notre-Dame-de-Paris. La statue en bronze du Christ-Roi au fronton a été un don personnel de Mgr. Leen. L’intérieur agrandi s’orne de statues, tableaux et mobiliers de l’ancien sanctuaire.
1946 : Centenaire du diocèse avec une procession aux flambeaux de la Cathédrale au Monument de Marie-Reine-de-la-Paix. La cérémonie la plus imposante a été le sacre épiscopal de Mgr. Liston.
1966 : Port-Louis accède au statut de cité.
2002 : Le cyclone Dina rend le presbytère inhabitable et, sous l’administration de Mgr. Adrien Wiehe (1993-2005), le presbytère est reconstruit.
2007 : Importants travaux de restauration de la Cathédrale incluant le remplacement complet de la toiture et la restauration des tableaux dans le cadre du 160ème anniversaire de l’accession de l’église Saint-Louis au rang de Cathédrale.
2009 : Inauguration du Jardin de la Place-de-la-Cathédrale.

Immaculée-Conception

1845 : Arrivée du prêtre belge, Xavier Masuy qui devient l’apôtre de la bourgeoisie mauricienne. Il avait, à un degré étonnant, le don de l’éloquence « qui émeut, qui convainc, qui obtient », comme l’a souligné Mgr A. Nagapen dans son livre : « La Fondation du Diocèse de Port-Louis 1847». Co-fondateur avec Mère Marie-Augustine de la Congrégation de Notre-Dame-du-Bon-et-Perpétuel-Secours, il a été de 1852-1880 le premier curé de la paroisse, pour laquelle il s’est tant dévoué.
1851 : Mère Marie-Augustine installe les religieuses de la communauté mauricienne naissante sur l’emplacement de l’église actuelle. L’abbé Masuy, protecteur de l’institut naissant, obtient du Comité l’emménagement par la communauté d’un des 3 immeubles de la rue des Créoles (aujourd’hui, rue Mère-Barthélemy). Une chambre du couvent est transformée en oratoire.
Le 25 janvier 1851 : L’abbé Xavier Masuy y célèbre la messe pour la première fois et place le Saint-Sacrement dans le tabernacle. La minuscule chapelle du 25 janvier 1851 qui a servi jusqu’en 1853 s’est épanouie, quelques années plus tard, en une magnifique église paroissiale.
1858 : Mgr Collier scinde en deux la paroisse de la Cathédrale et fonde celle de l’Immaculée-Conception.
8 décembre 1858 : Première messe chantée sur l’emplacement du nouveau sanctuaire.
15 août 1859 : Un édifice en bois qui a servi pendant presque un demi-siècle est ouvert au culte. Entretemps, l’abbé Masuy commence autour de la chapelle la vaste église en pierre actuelle, mais rencontre beaucoup d’obstacles de tous genres. Il meurt en 1880, sans réaliser son rêve: des murs tronqués s’élèvent hors du sol.
1892 : La chapelle paroissiale s’écroule avec le sinistre cyclone qui sème la mort à Port-Louis. Le bâtiment, relevé sur le champ, est à nouveau livré au culte.
Paul Ivanoff Manuel (1858-1920), architecte et constructeur d’expérience travaille d’arrache-pied et livre à la paroisse un impressionnant monument en pierre de basalte gris.
8 décembre 1901 : La spacieuse église en pierres de taille est inaugurée, quoi qu’encore inachevée, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Saint-Sacrement

Cassis a pour frontières les versants de la Montagne-des-Signaux, le pont de la Grande-Rivière-Nord-Ouest, la région des Salines, proche du jardin de Robert Edward Hart et la mer.
1848 : Une première chapelle dédiée à Notre-Dame-de-la-Paix est bénite par le Père Laval.
1851-1879 : Construction du magnifique sanctuaire par les familles riches de la région. Parmi les bienfaiteurs de l’entreprise, c’est le nom de la famille Labauve d’Arifat qui reste le plus lié à l’histoire de l’église du Très-Saint-Sacrement. Ces familles fuyant la malaria et le cholera de 1866-1868 ont émigré pour les Plaines Wilhems. C’est ainsi que les autres habitants sont devenus possesseurs de leur sanctuaire d’où vient le vocable «La Cathédrale des Pauvres».
1872 : Mgr W.B. Scarisbrick o.s.b. érige Cassis en « Paroisse du Très Saint-Sacrement ».
1924 : bénédiction de la cloche de 670 kilos, dédiée à Saint-Joseph.
1960 : Le cyclone Carol dévaste la localité : L’église de Cassis sert de centre de refuge aux sinistrés, bien qu’elle fût elle-même gravement endommagée. Depuis 1963, Cassis fait partie intégrante de la Cité de Port-Louis. La « Cité Vallijee» a doté la paroisse de la plus populeuse des «cités». Une importante zone industrielle, offre de nombreux emplois à la main d’œuvre féminine, qui s’est installée à Plaine Lauzun.
Mars 1965 : Une chute de la cloche l’a réduit en miettes. La détérioration et la désuétude du bâtiment ont pour effet que beaucoup de mariages et autres cérémonies n’ont plus lieu à Cassis.
26 avril 1967 : Les deux cloches actuelles ont été bénites par Mgr D. Liston.
La Cathédrale des Pauvres était en agonie et se dirigeait vers une mort certaine.
1972 : Une campagne de fonds est lancée en collaboration avec le Père Henri Souchon pour la restauration de l’église du Saint-Sacrement. La campagne coïncide avec le centenaire de la paroisse.
1974 : Rénovation de l’église du Saint-Sacrement de Cassis. 1 chapelle rattachée au Saint-Sacrement De l’Oratoire Ste Jeanne-d’Arc à la chapelle St. Jean-de-Britto au Caudan.
1947 : Oratoire Ste-Jeanne-d’Arc, une première chapelle en pierre et en bois est érigée pour regrouper les nombreux catholiques de la Mission Indienne habitant dans les alentours de New Mauritius Docks à côté du réseau ferroviaire et des docks, lieu de grande affluence. Le Père Noël Koenig inaugure la tradition de célébrer la messe le premier vendredi du mois dans cette chapelle. Un deuxième lieu de culte est construit sur un terrain plus grand. Les missionnaires jésuites, dont, le Père Alexis Koenig en tête, proposent Jean-de-Britto martyrisé dans l’Inde en 1693 et canonisé en 1947 par le pape Pie XII, comme nouveau nom de la chapelle. Une statue de saint Jean-de-Britto est commandée pour occuper une place de choix dans la nouvelle chapelle-salle polyvalente, à côté de celle de Jeanne d’Arc. Pareillement, une bannière en l’honneur de saint Jean-de-Britto est confectionnée.
1955 : Consécration de la chapelle Saint-Jean-de-Britto rénovée pour la deuxième fois. Dans le minuscule sanctuaire, d’architecture coloniale, particulièrement pittoresque, l’assemblée, regroupée dans la cour, comprenait les Indocatholiques du New Mauritius Dock, de Mont-Roches et d’ailleurs, ainsi que d’autres fidèles des Salines et des environs pour une cérémonie célébrée en tamoul, en hindi et en français.
1963 : 3ème lieu de culte de la chapelle Saint-Jean-de-Britto au Caudan, suite au développement qui a eu lieu dans la région du Caudan.
2007 : Consécration de la quatrième chapelle à l’occasion du 60ème anniversaire de la canonisation saint Jean-de-Britto le 22 juin 1947.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-François-Xavier

Le lieu de pèlerinage des Indo-mauriciens catholiques
1833 : Une première petite chapelle est dédiée à Saint-François-Xavier, par l’abbé Hippolyte Deroullede, le premier prêtre mauricien, grâce à la générosité des familles qui lancent des collectes à cet effet. « Il est aussi le premier prêtre qui s’intéresse aux Indo-Catholiques mauriciens » installés à Plaine-Verte, Camp Malabar. Ces Indo-Catholiques accueillent l’Abbé Deroullede avec enthousiasme et empressement. Lui, de son côté s’y dévoue avec un tel zèle missionnaire que Théophile Bonnefoy (un archiviste de la Cour d’Appel) lui discerne le titre de « premier fondateur de la mission indienne et premier pasteur des Indo-Catholiques. »
1838 : Après la mort du père Deroullede, la chapelle tombe en ruines et le sanctuaire est désaffecté faute de prêtres ; le terrain est vendu. Mgr Collier fait venir deux missionnaires pour s’occuper des Indiens catholiques. Le père Pucinelli, un Italien qui parle le tamoul, et le père Roy, originaire du Bengal, parlant l’hindi, ils aménagent une petite chapelle dans le magasin d’un certain M. Gaspard, rue Nabob (aujourd’hui rue St François-Xavier).
1861 : La chapelle de Saint-François-Xavier est inaugurée par Mgr Collier et la liturgie s’y déroule jusqu’en 1899.
1887 : La statue de Saint-François-Xavier dans la cour de l’église est dévoilée par la donatrice, Lady Pope Hennessy.
1893 : Pose la première pierre de l’église actuelle. Ont été utilisées les pierres de taille des deux ailes de l’ancien Collège-St-Louis qui avait été renversé par le cyclone de 1892.
1899 : Consécration solennelle de l’église mais la vaste église montrait une façade inachevée : un fronton triangulaire en bois surmontait la grande porte, et les clochers s’arrêtaient à la hauteur des murs latéraux.
1933 : La statue de St François-Xavier qui était autrefois sur la petite chapelle est placée au milieu de terrain en face de la cure.
1934 : Père Dussercle s.sp., musicien, écrivain, dessinateur, architecte est nommé curé de St François-Xavier. Il dresse lui-même les plans des deux grandes tours, utilisant uniquement les ressources de sa paroisse de 6 000 catholiques, encourageant les bonnes volontés par des souscriptions mensuelles, à l’affût des occasions favorables pour se procurer des matériaux à bon compte, surveillant, et contrôlant personnellement les artisans.
1937 : Bénédiction des tours de l’église Saint-François-Xavier. Grâce à l’oeuvre du père Dussercle, St François-Xavier devient une des gloires architecturales de Port Louis.
1938 : L’église Saint-François-Xavier est dotée d’une horloge.
1939 : Inauguration du stade paroissial de Saint-François-Xavier.
1939 : L’église est agrandie en largeur : les douze colonnes de l’église sont renforcées pour rajouter les deux nefs actuelles, les noms des bienfaiteurs sont gravés sur les colonnes.
1968 : Réouverture de l’église Saint-François-Xavier après les émeutes à Port-Louis.
2015 : Une stèle est placée dans l’église en mémoire des victimes des violences de 1968.
1 chapelle rattachée à Saint-François-Xavier,
La Chapelle Saint-Antoine.
La Chapelle Saint-Antoine à Trou-Fanfaron se trouve proche du Albion Dock, à l’entrée nord de Port-Louis.
1949 : Rénovation de la chapelle, les archives ne précisant pas toutefois la date de sa construction.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Sainte-Croix

18 juin 1848 : Une première messe dans cette chapelle construite selon les souhaits de Zamor Bongoût.
1849 : Bénédiction de la première pierre de l’église de Sainte-Croix. La chapelle de Zamor devient le chœur de l’église, le Père Thévaux ayant ajouté la nef qui s’accole à la chapelle.
1859 : L’église est trop petite. Le Père Baud qui travaille aussi le chantier de l’église de Cassis, fait le plan d’une magnifique église. Le Père Laval soutient le projet. Des billets de souscription de tombola sont réalisés.
1860 : Le chœur et les chapelles de l’église sont terminés. Le P. Baud bénit l’église. Le Père Thévaux célèbre la messe. Le Père Laval prend la parole et demande à être enterré au pied du calvaire près de l’église.
1864 : Mort du Père Laval. La construction de l’église n’est pas terminée.
1866-1868 : Avec la malaria qui s’installe dans le pays, 1es gens fuient vers les hauts plateaux de l’intérieur.
1881 : Sainte-Croix devient une paroisse.
1892 : Avec le cyclone : la toiture du dôme s’écroule. Le Père J. M. Pellerin répare l’église et fait ouvrir une route de 700 mètres, l’Avenue Père Laval, en achetant les terres requises.
1903 : L’église avec sa tour couronnée et son horloge est achevée.
1923 : Incendie dans les combles de l’église de Sainte-Croix.
1960 : Les cyclones Alix et Carol détruisent plusieurs églises, dont le sanctuaire de Sainte-Croix.
1965 : L’église est rasée ainsi que le caveau.
1968 : Consécration de la nouvelle église par Mgr Jean Margéot.
Le Centre Cardinal Margéot construit en 1986 et inaugurer en 1989 par le Père Gerard Guillemot est un lieu de rencontres et d’activités paroissiales. Quelques-uns des pèlerins de marque qui sont venus prier au tombeau du Père Laval
1979 : Visite du Cardinal Gantin à l’occasion de la Béatification du Père Laval.
1979 : Visite de Mother Teresa de Calcutta.
1989 : Visite du Pape Jean-Paul Il
1994 : L’Abbé Pierre concélèbre une messe à Ste Croix.
1997 : Visite du Cardinal Tomko, Légat du Pape lors du 150e anniversaire diocèse de Port-Louis.
Les caveaux du Père Laval
8 sept. 1867 : On commence le caveau. Le cercueil du Père Laval est déposé dans la crypte Sainte-Lupercile, qui est murée, sous le maîtreautel de Sainte-Croix.
1870 : Le cercueil du Père Laval est déposé dans le caveau en pierre. Un gisant est placé sur le sarcophage.
16 février 1965 : Le sarcophage de pierre, contenant les restes du Père Laval, sans être ouvert, est transporté dans un nouveau caveau et l’ancien caveau est détruit.
10 juin 2014 : Translation des restes du Père Laval « l’apôtre de l’unité mauricienne » dans un nouveau caveau plus spacieux.
2 chapelles sont rattachées à la paroisse de Sainte-Croix
1. Chapelle Ste Thérèse-de-l’Enfant-Jésus à Cité La Cure
2. Centre-chapelle : Saint-Esprit à Cité Briquetterie Sainte-Croix.

Notre-Dame-de-l’Assomption

1965 : Le père Robert Giraud loue une petite maison au centre de Roche-Bois pour les célébrations dominicales par un célébrant venu de Sainte-Croix. Chaque dimanche, des prélarts doivent être installés pour la messe.
1968 : 180 enfants font leur première communion. Roche-Bois est érigée en paroisse avec le père Giraud comme premier curé.
1976 : Pose de la première pierre de la future église. 1978 : Inauguration d’une église pouvant contenir 800 personnes. Mother Teresa de Calcutta a prié dans cette église lors de ses deux voyages dans le pays. En 1984, elle a planté un cocotier dans la cour et a posé la première pierre de la Maison-de-la-Paix qui héberge les vieux, tenue par les religieuses de sa congrégation.
1982 : Construction de la cure qui sert aussi de secrétariat.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-Malo

Baie-du-Tombeau, Roche-Bois et Terre-Rouge faisaient partie de la paroisse de Sainte-Croix.
15 novembre 1915 : Une première chapelle est ouverte. Les premiers habitants étaient probablement les personnes huppées de la paroisse Saint-François-Xavier de la capitale qui possédaient un campement à Baie-du-Tombeau. Sans oublier les personnes qui travaillaient dans ces campements : bonnes à tout faire, jardiniers, gardiens, puis les pêcheurs et ceux et celles qui ont quitté Roche-Bois. Petit-à-petit, les agglomérations se sont constituées : Elizabethville, Dockers’ Flat, Swan-ville, Lagoona Ville, Cité Florida, NHDC, Dockers’ Village entre autres. Le poste de police date de 1950 et le Bureau de Poste de 1969.
À partir de 1962, le père Robert Giraud, curé de St-François-Xavier, Port-Louis, venait dire la messe à Saint-Malo auand il le pouvait.
1968 : Naissance de la paroisse. Il n’y avait auparavant qu’un seul registre de baptême pour Saint-Malo et Roche-Bois.
Entre 1980 et 1982, la paroisse était desservie par le Père Robert Bathfield, curé de Saint-François-Xavier. Père Bathfield a été nommé curé de Saint-Malo en 1982. Il s’est beaucoup dévoué pour créer une vraie communauté paroissiale.
2015 : Célébrations du centenaire de la paroisse dans une église remise à neuf, avec des vitraux riches en couleurs. Père Robert Bathfield est décédé en cette même année 2015. Une chapelle est rattachée à Saint-Malo, Chapelle du Bon-Pasteur à Elizabethville. Auparavant, les paroissiens d’Elizabethville, quartier qui se trouve à l’entrée de Baie- du-Tombeau, devaient emprunter la route côtière, longue de 5 km, pour se rendre à la messe à l’église Saint-Malo.
1991 : Ouverture de la Chapelle-du-Bon-Pasteur avec 250 places construite entre le Couvent des Soeurs du Bon-Pasteur et les anciens Dockers’ Flats à l’initiative du père Robert Giraud, curé de l’époque, qui a voulu une présence religieuse aux côtés des personnes résidant dans les Dockers’ Flats.
2015 : la chapelle est modernisée : nouvelle toiture et chapelle entièrement repeinte.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Sainte-Marie-Madeleine

1969 : La chapelle dédiée à Sainte Marie-Madeleine est inaugurée par Mgr. Jean Margéot. Au fil des années avec une population grandissante dans Pointe-aux-Sables, une communauté vivante a pris forme.
A partir de 1979, la communauté religieuse, des Frères Auxiliaires, s’est implantée dans la paroisse. Une communauté chrétienne, animée d’un esprit de solidarité et de responsabilité, manifeste un nouveau souffle pour accueillir les nouveaux habitants. Un élan de générosité s’est éveillé pour la reconstruction de l’Église-Sainte-Marie-Madeleine. Deux chapelles rattachées à Sainte-Marie-Madeleine :
1. Chapelle-Bienheureux-Père-Laval à Cité Borstal consacrée le 15 juin 1980.
2. Saint-Matthieu, à la Tour-Koenig consacrée le 23 octobre 1997.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Saint-François-d’Assise

Saint-François d’Assise de Pamplemousses, riche de ses 273 ans en 2016, est la plus vieille église de l’île qui subsiste encore dans un quartier chargé d’histoire.
1722 : Fondation de la paroisse Saint-Louis de Port-Nord-Ouest et de Notre-Dame à Port-Bourbon.
1734 : Pamplemousses devient la première agglomération qui s’installe à l’intérieur de l’île. Le nouveau Quartier de Pamplemousses devient prospère et regroupe quelques 600 personnes.
1735 : François Mahé de La Bourdonnais achète le domaine de Mon Plaisir. Il fait créer le jardin potager pour alimenter son personnel et la ville naissante de Port-Louis. Il ouvre des cressonnières. La Bourdonnais a encouragé la culture de l’indigo et du coton qui se sont avéré des échecs, mais avec la canne à sucre il a ouvert une voie royale et un avenir sucré pour le pays.
1738-1740 : C’est dans la maison du gouverneur La Bourdonnais que se célébrait la messe du dimanche.
De 1740 à 1743, les fidèles ont à leur disposition une chapelle bâtie sur une concession.
1742 : Les bâtiments et terrains de M. Boucher sont achetés pour servir de presbytère et de cimetière.
26 mai 1743 : Fondation de la paroisse de Pamplemousses placée sous le vocable de Saint-François-d’Assise en l’honneur de François Mahé de La Bourdonnais qui l’a inaugurée. Cette nouvelle paroisse qui devient le 3ème centre religieux du pays englobait aussi jusqu’en 1770 toute la partie nord de l’Ile et une grande partie de Flacq et de Moka qui ne seront érigées en paroisses qu’en 1770 avec l’église Saint-Pierre à Moka et Saint-Julien à Flacq.
1756 : Le sanctuaire inachevé de l’église est ouvert au culte.
1768 : 13 ans après, l’église est terminée et le maitre-autel inauguré. C’est la plus vieille église de l’île encore en usage. Son clocher haut de 24 mètres, dominant la plaine du Nord, servait de tour de garde.
1788 : Il y avait un total de 3 339 personnes dans le district de Pamplemousses sur 43 400 dans toute l’Isle de France. C’est le moine Bernard Colyar, curé pendant 29 ans, qui a doté l’église de 3 superbes autels en marbre, des deux grosses cloches de la tour et de certains tableaux.
Au début du 19ème siècle l’Église de Pamplemousses est peinte par Milbert.
1825 : Une première restauration de l’Église de Pamplemousses.
1854-55 : Un agrandissement de l’église est effectué par le Père François Thévaux.
En 1856, l’Hospice St Jean de Dieu est ouvert. En 1865, le couvent de Moulin à Poudre est ouvert ; deux institutions qui témoignent de toute la volonté de l’Église mauricienne d’être présente pour soulager les souffrances associées aux épidémies et à la pauvreté à Pamplemousses.
1943 : Bicentenaire de la paroisse : Clément Charoux publie le livret Saint-François de Pamplemousses.
1981 : La Chorale Œcuménique du Diocèse de Maurice a interprété Le Messie de Haendel pour le 225ème anniversaire de la paroisse.
1993 : 250 ans de la paroisse : des vitraux de Marcel Lagesse viennent ajouter un beau cachet mauricien très coloré.
2004-2005 : Restauration de l’église entreprise par le Père Souchon au coût de 16 millions. Les murs, toiture et mobilier sont restaurés par une équipe de Mauriciens de haut calibre très motivé et désireux de respecter le mieux possible la structure déjà existante. Les tableaux peints ont été restaurés par M. Emmanuel Richon. Père Souchon à qui le pays doit la restauration de quelques-unes des plus belles églises du pays – celles de l’Immaculée et de Saint François Xavier à Port-Louis, a comparé la paroisse de Pamplemousses « à un écrin dans lequel brille le diamant que constitue cette église restaurée.» L’aire d’activités de la paroisse est relativement vaste. Elle s’étend du Sud-Ouest à Calebasses, passe par Pamplemousses, Canton Belle-Eau, Canton Nancy, Mon-Goût, The Mount, la Petite et la Grande-Rosalie au Sud-Est. Vers le Nord, elle comprend le Morcellement Saint-André, Plaines-des Papayes, Bois-Mangues, Belle-Vue, Labourdonnais, Mapou et la Butte-aux Papayes. Le quartier comprend aussi la cite Paul-et-Virginie, Beau-Plan, Bois-Rouge, Mon-Rocher, Ferret.
Le cimetière des Pamplemousses
1775 : Le cimetière des Pamplemousses est ouvert. 434 des tombes qu’on y trouve actuellement remontent à la période française de 1775- 1810. M. Pierre Claite et son équipe ont exécuté un patient travail dans ce cimetière historique et ont relevé 1775 tombes où reposent 2 743 personnes défuntes. « Le cimetière des Pamplemousses est une carte géographique de la France où chaque pierre marque une province, le point de départ du colon qui quitta la terre natale pour s’en aller recréer sous les tropiques quelque chose de la patrie perdue.»
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

Notre-Dame-de-la-Délivrande

Peu de paroisses, à Maurice, ont autant bénéficié de l’apostolat du Père Laval comme Montagne-Longue. La bourgeoisie catholique fréquentait l’église St. François-d’Assises à Pamplemousses. La population pauvre de Montagne-Longue et des localités avoisinantes, quelques 3000 âmes, a dû attendre l’arrivée du Père Laval. A peine installé dans l’î1e, celui-ci fait connaissance avec ces villages. De Port-Louis, il s’y rendait fréquemment monté sur son bourriquet. Venu pour annoncer l’Évangile de Jésus-Christ, le Père Laval s’était entouré de collaborateurs laïcs et, selon ses méthodes pastorales, forma beaucoup de catéchètes. Une, des toutes premières converties de Port Louis, Marie Dunhrasie, épouse de Marc Jupiter, s’installa à Montagne- Longue. Sa maison devint le berceau de la chrétienté locale.
1847 : Face au nombre grandissant de chrétiens, la construction d’une chapelle devint une nécessité.
« Un autre couple de catéchistes, convertis. Amélie et Thomy l’Amour prirent la tête du mouvement. Thomas mobilisa hommes, femmes et enfants pour la coupe et le charroi des palissades de la forêt ; Amélie et les femmes transportaient sur leur tête les pierres, les planches, les palissades ; elles tiraient les charrettes et faisaient ce qui était en leur pouvoir. Montagne-Longue revivait, à sa manière, les prodiges des chrétiens du Moyen-Âge construisant leurs cathédrales. Les modestes familles noires écrivaient les « Actes des Nouveaux Apôtres ».
Le Père Laval s’apprêtait à bénir le sanctuaire lorsque le cyclone du 8 mars 1848 vint le renverser. La désolation fut grande et générale. » Les fidèles ne se laissèrent pas abattre. Quelques mois plus tard, une nouvelle église jaillit de terre, elle pouvait contenir 1000 fidèles, Mgr Collier la bénit le 20 septembre 1848. Père Laval ou un de ses confrères spiritains venait y célébrer la messe le dimanche et le couple Thomy et Amélie l’Amour présidait les réunions du soir. »
En 1855, un autre cyclone dévastateur détruisit le sanctuaire et l’on se remit à la tâche tout de suite. Le Père Lambert en fut le constructeur.
En 1857, fut achevée l’église, telle qu’elle se présente encore de nos jours, mais sans le clocher. Le Père Laval affectionnait tout particulièrement ses enfants de la Montagne-Longue, regardant la construction de leur église comme une sorte de miracle.
Dès 1864, le Père Laval plaça l’église sous le vocable de Notre-Dame-de-la-Délivrande, la Vierge ne tarda pas à y attirer les pèlerins et, tout particulièrement, les futures mères. En Normandie déjà, sa province natale, il avait connu le sanctuaire de pèlerinage multiséculaire de N.D. de la Délivrande. II fut le premier à placer une église, hors de France, sous ce même patronage marial. Devant l’entrée, il fit planter la croix en pierre, avec au croisillon un crucifix en fer, soustrait à la Révolution Française. Le Père Laval en fit don à Montagne-Longue et il procéda lui-même à la bénédiction du calvaire le dimanche de la Passion, 25 mars 1849. Mgr Collier évêque de Port-Louis accorda une indulgence de 40 jours à toute personne qui prierait devant ce crucifix.
En 1862, les religieuses du Bon et Perpétuel Secours ouvrent une école primaire gratuite à Notre-Dame. Par la suite, elles installent leur couvent à l’hôpital de Montagne-Longue. La chapelle de l’hôpital, dédiée à Ste Thérèse-de-l’Enfant-Jésus, reste aujourd’hui une desserte de la paroisse.
En 1864, Notre-Dame-de-la-Délivrande est érigée en paroisse par Mgr Hankinson, peu après la mort du Père Laval. L’abbé F.M. Pastey en fut le premier curé. Il réaménagea l’intérieur de l’église, érigea le clocher octogonal, construisit la cure et créa le cimetière. L’usure du temps fit que des grands travaux de rénovation durent être entrepris. Extrait d’un bulletin paroissial publié en 2003 par le Père Michel Boullé, curé de la paroisse depuis 2003. 2 chapelles sont rattachées à la paroisse :
1. Chapelle Sainte-Thérèse, Montagne-Longue
Vers 1920, la Chapelle Sainte-Thérèse, Montagne-Longue a été insérée dans le complexe des bâtiments associés à l’hôpital, la station de police et le bureau de poste.
2. Chapelle Saint-Victor, Crève-Coeur
1982 : C’est grâce à la générosité de M. Victor Lesur qu’un garage a été transformé en chapelle Chapelle-Saint-Victor, à Crève-Coeur Industrie pour y tenir des réunions de formation, des rencontres de prières et des célébrations.
[Extrait du livre de Monique Dinan, ‘A l’Ile Maurice en 1616 Une première messe…’]

4 comments:

  1. Dear Basheer, got your post, read most of it but skimmed toward the end.

    I'll read the whole thing over after I rest awhile, so sleepy keep making mistakes, am drifting off. I'll be in touch later tonight or early tomorrow. Kate, if I can figure out this captia, hah

    I sometimes struggle with my Catholic roots.

    talk to you soon. kate.

    ReplyDelete
  2. “Kent Hovind had been charged with falsely declaring bankruptcy, making threats against federal officials, filing false complaints, failing to get necessary building permits, and various tax-related charges. He was convicted of federal tax and related charges, for which he is currently serving a 10-year sentence.”

    http://en.wikipedia.org/wiki/Kent_Hovind#_note-8

    Dr Kent Hovind was jailed on 2 November 2006.

    Although very informative, the wikipedia article is very prejudiced against Dr Hovind both on the science side and the legal aspect.

    Arun Russo, filmmaker showed in his documentary Democracy to Fascism that there is no law that can force US citizens to pay income taxes on their wages. Jo Banister who used to work for the IRS (US Inland Revenue Service), denounced the IRS as a fraudulent organisation.

    When victims of the IRS asked in Court to be shown the law, the Judge says: I do not want the Law in my Court; I am the Law! Another Freemason Judge said somewhere else: TRUTH IS NOT A DEFENCE!"

    FROM

    http://muhammad-ali-ben-marcus.blogspot.co.uk/search?q=kent+hovind

    BAFS THE ALIEN BEGINNING AND END OF HUMANKIND
    The Alien Beginning and End of Humankind
    By Basheer A. Frémaux-Soormally

    From Daryl's Encyclopedia




    ReplyDelete
  3. Cet abruti d'Arnaud Dumouch, un homophile, parle de "personnes" homosexuelles, mais ne dirait pas personnes chrétiennes ou personnes musulmanes! Pourquoi?
    Il n'est pas con, mais croit nous amadouer avec son histoire de respect pour les pervers!
    BAFS

    ReplyDelete
  4. When we start telling THE TRUTH about anything, and then drag religious dogma into the discourse, as a foundation for our claims, we cannot be credible at all, except to the unconditional, conditioned, blind and cognitive dissonant believer.

    I read in the Preface of SYNAGOGUE OF SATAN AND DOCTRINES OF DEMONS - Copyright © 2013 by B.L. Cocherell - Revised 2015 - "The Bible is unique". This is a gross mistake because there is no such UNIQUE Bible in existence, but MANY Bibles or Versions, even of recent fabrication.
    The word BIBLE itself is misleading.

    The claim that the Holy Bible is "the only book that has the answers to the basic questions of life" is false, racist, and utterly grotesque.
    And the claim that it was "written by the true God" is also false and utterly ridiculous. Even the Holy Qur'ân was written by men, but inspired (or "revealed") by God.

    However, "the demise and disappearance of the early church as a powerful spirit filled entity" is easily provable just like the demise of the Ummah (Nation) of Muhammad and the Satanic destruction of the Khilaafah (Caliphate).

    And, today, it is the Law, Dictates and Traditions of powerful and Satanic men (not women who just follow the men!), and not the Law of God that govern over us all demonising our humanity, manhood, womanhood, motherhood, parenthood, and making innocence and virtue crimes, and where homosexuality, paedophilia, incest, unbridled abortion, racism, wars, deceptions, lies, and other abominations are rampant. And when we disobey we are hounded or simply exterminated and even genocided.

    The coming of the "Kingdom of God as a warning and a witness to humanity before the Messiah returns to rule the earth" is again just a belief, a matter of dogma, and not rational. It is based neither on evidence nor on reason.


    Going back to what is wrongly termed as "THE BIBLE", who did God blame for Satan's alleged misdeed? Not Satan, but Adam and Eve! Who did He allegedly punish? Not Satan, but Adam and Eve? And Lilith? Yet, hundreds of millions of humans trust such a God or Gods (Elohim)! I never did, don't, and never will!

    BAFS
    Monday 19th of September 2016

    ReplyDelete