Friday, 9 April 2021

David Musa Pidcock, Muhammad Rafeeq, Moral Political Economy Vision 2000. OF THE 1%, BY THE 1%, FOR THE 1%.

 





Perspectives of Moral Political Economy - David Musa Pidcock - Part 1 - Global Vision 2000

https://www.youtube.com/watch?v=d5XMPykbhmA

4,460 views

22 Jul 2010

My Journey To Islam: David Musa Pidcock

43,915 views

•19 Jan 2014

https://www.youtube.com/watch?v=sIGl4SAzWSU

 

70 Thousand sons 👍🏿 (part 1 of 4) David Musa Pidcock (Ben Oak)

795 views

20 Apr 2019

200Share


Ben Oak Film - Ottoman Empire

101 subscribers

https://www.youtube.com/watch?v=bkA0gAKmHi8

 

Critical Eye, Mohsin Abbas, Musa Pidcock, Molana Razavi, Shabbir Razavi, 16-06-2020

300 views

Streamed live on 16 Jun 2020


Ahlebait TV

https://www.youtube.com/watch?v=KN-lK3LhaSM

 

Perspectives of Moral Political Economy - Daud Pidcock - Part 1 - Global Vision 2000

4,460 views

22 Jul 2010

 Fourman Films

https://www.youtube.com/watch?v=d5XMPykbhmA

 David Pidcock Global Vision 2000 Monetary Reformer, Political Activist and Broadcaster. Compiled 'Satanic Voices Ancient & Modern' A definitive reply to Salman Rushdie's 'Satanic Verses'. (1992) Arranged publication of 'Napoleon & Islam' (1999); Republished "Propaganda in The Next War" (2002) originally published in 1938. Published The Truth About Money -- 2002. 2008 Completed and published 'The Other Road To Serfdom -- How Unregulated Capital Caused the CRASH of 2008'. 2010 Completing -The Dummies Guide To The CRASH. Forum for Stable Currencies, House of Lords/House of Commons; Co-Founder of The National Association For Victims Of Fraud & Banking Malpractice (1987). Director of the Institute for Rational Economics. 1997 Assisted Malaysia by personally delivering James Gibb-Stuart's '5 Point Survival Plan', to it's Prime Minister Dr. Mahathir Mohammed, which provided Tansri Nor Bin Yacop with the mechanism with which to avert the Asian Monetary crisis -- subsequently acknowledged as "Mahathir's Master Move" as it denied the IMF, the World Bank and George Soros their ill-gotten gains in the form of 'distressed assets' which, like the Crashes of 1929 and 2008, was and still is the entire purpose of such artificially created crises.

 


 

Perspectives of Moral Political Economy - Muhammad Rafeeq - Global Vision 2000

22,012 views
23 Jul 2010

 https://www.youtube.com/watch?v=buAZblIg1aM&t=101s
 
2.84K subscribers
Muhammad Rafeeq Banking Consultant and Internet radio broadcaster A Banking Management consultant who has experience in the City going back over 20 years. He began his City career in the discount houses, who traditionally facilitated the issuance of the British national debt through UK Treasury bills and UK gilts. Since 1998 he has specialised in consulting to banks as a financial risk consultant and he is well versant with the original Capital Accord regimes. He was also a contributor to the UK's first regulated Islamic Investment fund, the Al Safa Fund under the auspices of the SFA.
 
 
 

Thursday, 8 April 2021

MA RÉPONSE AU DOCTEUR TARIQ RAMADAN OCTOBRE 2000 - L’Hitlérisation et l’Athéisation du Monde.

 L’Hitlérisation et l’Athéisation du Monde

MA RÉPONSE AU DOCTEUR TARIQ RAMADAN

(Réponse boycottée par la revue la médina, ainsi que l’article « Laïcité française - intolérance de l'État laïque»)

From: B.A. Frémaux-Soormally

Ce jeudi 5 octobre 2000 * 6 Rajab 1421

 


As salâmu 'alaykum wa rahmatullâhi ta'ala wa barakâtuhû!

La Revue La Médina n.4 . février-mars 2000, pages 48-49 Paris, France Dossier : La citoyenneté, des exigences, un défi par Tariq Ramadan 

 

ADOLPHE HITLER a dit (aussi en citant des Juifs) :

« Si vous dîtes un mensonge pendant suffisamment longtemps, suffisamment à haute voix, et aussi souvent, les gens vont y croire ! »

« Les gens sont plus à même de croire un gros mensonge plutôt qu’un petit mensonge. »

« Laissez-moi contrôler les manuels scolaires et je contrôlerai l’État ! »

Si le Destin du citoyen français est entre les mains de la République française, nous, Musulmans, aimons croire que le nôtre est entre les mains de Celui qui nous a créés ! Faut-il avoir peur d’obéir à Dieu, parce que la conjoncture française veut qu’on obéisse à l’État, servilement et inconditionnellement? Faut-il nous contenter d’un Islam à la seule condition qu’il soit séparé de l’État français (laïque !) alors qu’il n’y a jamais été lié ? Qui veut d’un Islam contrôlé par l’État, n’importe lequel ? Qui a besoin d’un Musulman qui ne jouit d’aucune liberté d’expression, et qui ne peut parler de l’Islam en toute liberté, sans avoir à demander au préalable l’aval des autorités étatiques? Comment les Musulmans peuvent-ils dialoguer ou même coopérer avec l’État français ou autre quand ce dernier se cache en permanence derrière ce Rideau de Fer à toute épreuve qu’il a érigé spécialement contre l’Islam, et qu’il prétend être la sacro-sainte laïcité ? Dès que le Musulman prononce le mot Islam, on lui brandit le spectre de la laïcité comme les vrais terroristes font avec leurs bombes! L’Islam est perçu comme un poison et la laïcité comme son contrepoison.

Le Musulman a-t-il le devoir et la mission de mener l’humanité ou de la suivre même dans sa décadence ? Hitler fit enseigner aux jeunes Allemands la Théorie de l’Évolution, évoquée par un raciste et un misogyne, CHARLES DARWIN, dans le but de prouver que la race aryenne allemande était supérieure à toutes les autres « races ». Les Européens firent de même. Après leur conquête du christianisme, ils veulent à tout prix désarabiser et désislamiser la planète. Comme ils n’y parviennent pas, ils ont changé de tactique et, à travers un terrorisme intellectuel à l’échelle mondiale, ils diabolisent l’Islam, mais cherchent en même temps à re-islamiser les Musulmans selon des principes athées et « humanistes » établis par eux.

Ils se sont dotés pour mission d’intégrer de gré ou de force toutes les autres civilisations, en particulier l’Islam. Ils interdisent l’enseignement des Vertus chrétiennes, de toutes les religions, de la « Théologie de la Création » dans tous les établissements publics, mais imposent la « Théorie de l’Évolution », que même les darwinistes ont récusée, et qui n’a aucune base scientifique. Mais, le Musulman et certains chrétiens non catholiques et des Catholiques et autres sont là pour y mettre bon ordre. Ils refusent l’ultimatum : « s’intégrer ou périr ou vivre perpétuellement en ESCLAVAGE mental et physique ».

1. Notre très cher Frère Tariq Ramadan, « islamologue » et « fonctionnaire » suisse, et d’autres soi-disant bienfaiteurs des Musulmans ne sont pas satisfaits de voir les Musulmans obéir aux (et subir les) lois du pays où ils y vivent, quand ces lois ne sont pas tyranniques, immorales et ne vont pas à l’encontre de l’Islam, bien entendu ! Personne ne demande davantage à un non-Musulman, pourquoi alors exiger davantage des Musulmans pratiquants ? Ces Musulmans pratiquants sont déjà citoyens européens par naissance, par choix libre de « conversion » (retour à l’Islam) ou par immigration forcée ou pas.

2. « La citoyenneté, des exigences, un défi ? » Notre Frère Tariq Ramadan a dû se tromper, car il s’agit plutôt de l’ISLAM, des exigences, un défi ! Depuis fort longtemps, le Musulman a été privé malgré lui de sa Religion dont il ne connaissait plus grande chose. Ceux de nos Sœurs et Frères qui n’ont pas fini dans la délinquance, la drogue, l’industrie du sexe, l’usure et l’escroquerie, s’intéressent maintenant à apprendre ou réapprendre l’Islam, un retour vers les sources, afin de sortir de la Géhenne. Le concept du Dieu unique est plus important pour le Musulman que le concept d’autres dieux, notamment celui du mythe de la « citoyenneté ». Notre Frère évoque d’autres mythes, ceux du « progressisme » et de la « modernité » !

3. Si notre Frère trouve la « promotion de la citoyenneté » « nécessaire », le Musulman lui trouve la promotion de l’Islam primordial et même vital, ainsi que l’invitation de l’Humanité à l’Islam, sans aucun artifice, sans le corrompre, et sans aucune contrainte. L’Islam est au service d’aucun État, d’aucune monarchie, république ou démocratie, mais au service exclusif de Dieu, de la Vérité et contre le Mal et le Mensonge.

4. L’avenir de la société musulmane universelle (la Ummah) se trouve entre les mains du Créateur et dans la pratique libre, sincère et fidèle des Commandements de Dieu, par ceux et celles qui ont librement accepté d’y croire, et qui ont prêté serment d’allégeance.

5. Notre Frère veut « encourager » le Musulman « à participer à la vie publique au niveau local, régional, national et européen », mais il ne dit pas la vérité sur ce « public » qui ne veut pas que le Musulman participe à quoi que ce soit, tant qu’il ou elle n’a pas renié sa Foi ou tant que nous ne les avons pas intégrés dans l’État, et d’en faire des subordonnés ! La totale intégration, qu’a-t-elle apporté aux Européens musulmans bosniaques ? L’holocauste de 200,000 Bosniaques, dont une majorité de Musulmans, la destruction de 800 mosquées, le viol massif de 60,000 Bosniaques, du jamais vu dans l’Histoire de l’Humanité, mais perpétré dans l’histoire de l’humanisme, et dont la grande majorité étaient musulmanes, grand’mères, mères et enfants ! Le Dr Tariq Ramadan aurait dû être « juif » pour comprendre la douleur de notre Ummah ! Mais, pour cela il faut avant tout avoir un CŒUR et des yeux qui n’ont pas perdu leur fonction lacrymale. La triste vérité est que l’Europe ne veut pas de l’Islam ni en Europe ni partout ailleurs. Donc, je demande PITIÉ à notre Frère, et fait appel à son CŒUR, et lui demande de respecter nos MARTYRS et nos LARMES !

6. Les Musulmans ne cherchent pas à « promouvoir » la « conscience de la responsabilité et de la participation » vis-à-vis des gouvernants européens ou de qui que ce soit !

7. Quand l’Islam est exigeante et requiert un engagement de tous les acteurs de la société musulmane de s’unir pour défendre son identité et de s’instruire en toute liberté, ce n’est point acceptable par ceux au pouvoir ou par le peuple de France. L’Islam « exige et requiert » des Musulmans qu’ils ne se satisfassent pas seulement d’acquérir une simple « connaissance de l’histoire, des institutions et de leur fonctionnement » comme le suggère notre Frère, mais avant tout d’acquérir la connaissance de leur propre Religion, enseignée par leurs propres savants, de connaître leur propre Histoire, écrite par leurs propres historiens, et d’établir leurs propres institutions dont ils se feront un devoir d’en connaître le fonctionnement.  Le travail est colossal, mais il semble que ce n’est pas le bonheur des Musulmans que recherche notre Frère, mais celui des gouvernants et ceux qui nous récusent!

8. La question de séparer la Religion catholique de l’État français (laïcité) ou de séparer toutes les religions de l’État n’est pas ISLAMIQUE ! Pour un Musulman la question ne se pose pas et ne se posera JAMAIS, sauf dans l’esprit de certains encore insuffisamment avertis de la réalité islamique.

9. Mon Dieu, que des mots, que des mots ! « Conscience citoyenne » c’est quoi ? « Culture du débat » c’est quoi ? De quel « principe du pluralisme » s’agit-il ? De quelle « démocratie » ? De quel « respect de la diversité » ? Mon Frère, vous nous décevez ! Ce sont là des affaires qui intéressent davantage les gouvernants que les gouvernés, et ce sont des slogans vides de sens ! Ce sont les Européens qui pratiquent le racisme et la tyrannie à tous les niveaux, pas les Musulmans ! Un pays doté de l’arme nucléaire qui interdit à une citoyenne, parce qu’elle est musulmane, de porter un bout de chiffon sur la tête (en guise de hijaab alors que la Reine d'Angleterre et la Princesse Margaret respectent ce principe fondamental de modestie respecté jadis par l'aristocratie européenne!) ou de s’instruire librement sans qu’on ne lui impose une instruction qui va à l’encontre de sa Religion, ou même de sa conscience, c’est cela la France ? C’est cela l’Occident et bientôt le Monde, si l’on n’y mette pas bon ordre !

10. Pardonnez-moi de vous corriger de nouveau, mon Frère. Dîtes plutôt qu’il n’y a rien de pire qu’un Islam de surface « sujette aux aléas oppressifs des idées à la mode (laïcité, citoyenneté, etc), du consensus mou ou des sondages d’opinions ». Mais, si jamais nous voulons un Islam plus profond, plus ancré dans les Traditions, plus fidèle aux sources, l’État, la Police, le Judiciaire, les médias, les sondages d’opinions se mettent immédiatement en branle et nous déclarent la Guerre à outrance, et nous traitent de « purs », de « barbus », de « terroristes », d’ « intégristes », tamponnent nos passeports avec la mention « Musulmans très pratiquants », prennent nos Masajid ("mosquées") et toute la population musulmane en otage, menacent et expulsent nos Imams, etc. Mon cher Frère, vous vous êtes trompé de Religion, c’est de l’Islam, de la vie et de l’honneur de nos familles dont il s’agit ici, alors si vous dites être musulman, cessez, s’il vous plaît, cette mascarade « citoyenne » ! C’est l’Islam qui produit de bons citoyens et non la citoyenneté qui produit de bons Musulmans !

11. La Bible chrétienne enseigne l’Amour du prochain, mais la France laïque n’en voulut pas dans nos écoles publiques, maintenant vous voulez « EXIGER » des citoyens français (pointant du doigt les Musulmans et les Musulmanes) un « engagement de proximité », une volonté « bénévole » « pour défendre une certaine idée de l’homme… » ! Laquelle ? Quelle hypocrisie ou quelle inconscience, mon Dieu ! Nous avons déjà UNE idée de l’homme et de la femme que le Créateur nous a révélée à travers le Dernier de Ses Prophètes, paix soit sur lui. Avez-vous inventé une autre religion exclusivement pour les Musulmans sans défense, qui ont recommencé à pratiquer leur Religion après tant de siècles de léthargie ? Que cela terrorise les pauvres non-Musulmans d’Europe et de France qui sont armés atomiquement, nucléairement, biologiquement et chimiquement jusqu’aux dents, je le conçois aisément, mais pas vous, mon Frère?

12. Vous appelez notamment le Musulman de France (ou d’Europe) qui a une « conscience » de « se sentir concerné par ses questions et s’engager, au lieu où il se trouve, pour la promotion d’une citoyenneté exigeante, critique, participative ». Je me demande si vous avez les pieds sur terre pour être aussi ignorant de la situation globale et sociale des Musulmans ! Il y en a qui ne peuvent même pas pratiquer l’Islam en toute liberté dans leurs propres pays à cause du contrôle dictatorial qu’exerce l’occident sur leurs gouvernements, et qui se sont fait massacrer par millions dans le plus grand Holocauste de l’histoire de l’Humanité où plus de CENT MILLIONS de Musulmans ont été sauvagement assassinés (Sheikh Yassin d'Australie nous parle de 150 millions!). Laissez-nous, s’il vous plait, revenir à l’Islam, pratiquer notre Foi et bâtir nos institutions en toute liberté, nous sentir concernés avant tout par nos affaires de communauté, et nous engager, au lieu où nous nous trouvons, pour la promotion de notre Religion qui passe avant votre souci insensé d’une promotion citoyenne « exigeante, critique, participative » et Dieu sait quoi encore. Que la charité commence donc chez soi !

13. De quelle « prise de conscience » nous parle notre Frère, « de plus en plus visible en Grande Bretagne, en Belgique, en Allemagne ou en France », et ce « depuis cinq ans » ? De quelle « sessions de formation civique » nous parle-t-il donc, et de quelle « promotion de la citoyenneté » qu’il ne cesse de répéter ? C’est vraiment une maladie chez lui ! En plus, c’est FAUX, en tout cas au moins au Royaume Uni, et en quoi cela concerne-t-il les Musulmans ?

14. Notre cher Frère ne cesse de faire croire au monde entier que les Musulmans vivant en Europe ne sont exclusivement que des étrangers, alors que parmi les plus grands défenseurs de l’Islam divin, traditionnel, pur, authentique, fondamental et intègre, se trouvent des Européens ou Américains de souche eux-mêmes, des ex-Communistes, ex-Juifs et ex-Chrétiens, y compris des Juifs et des Chrétiens. L’Islam aurait compté une Princesse "anglo-saxonne" parmi ses rangs, DIANA, si on ne l’avait pas assassinée, immolée sous le pont de l’Alma à Paris !

15. Mais, qu’est-ce qu’il a, notre Frère, nom de nom, contre « l’appartenance identitaire culturelle et religieuse » des Musulmans ? Il faudra que nous lui rappelions à ce monsieur que l’Islam est, et demeurera toujours un mode de vie complet, du berceau à la tombe, et même au-delà pour ceux qui croient vraiment à une vie outre-tombe et à un Jugement Dernier. Le Musulman ne peut en aucun cas corrompre ce mode de vie (Diin) ou l’associer à un autre mode de vie où l’usure, les jeux de hasard, la prostitution, la pornographie, l’inceste, la fornication, l’homosexualité, les drogues telles l’alcool et la nicotine, le génocide et le racisme sont à l’ordre du jour. Son identité ne dépend pas d’une civilisation occidentale moderne qui est presque totalement anti-chrétienne ou anti-musulmane !

16. Selon notre Frère, les Musulmans « évolués » dont la « compréhension de leur nouveau contexte » ne cesse de « grandir », ça c’est un mensonge et une insulte à notre l’intelligence ! Le contexte n’est absolument pas nouveau, et l’opposé d’évolué c’est, attardé mental et physique, selon Darwin ! Les Musulmans seraient aussi imbus d’une connaissance « plus approfondie et reconsidérée des sources islamiques » et qui jouerait « un rôle dynamisant dans l’élaboration de la conscience citoyenne des musulmans européens ». Il n’y a rien de plus délirant et de plus faux, mesquin même, dirai-je, que ces insanités « citoyennes » !

17. Autre bêtise « citoyenne » ! Je mets notre Frère au défi de me trouver un seul Musulman digne de ce nom qui fonde son choix « politique » ou autre en reléguant au second ou dernier rang son « paramètre identitaire », et adoptant des principes attachés prioritairement (ou exclusivement) à « sa conscience et son intelligence » ! Ces arguments, slogans et clichés, proviennent directement du Programme d’Endoctrinement (de lavage de cerveau) que l’occident a mis en place depuis fort longtemps pour déchristianiser le monde, et ils ont réussi, et qu’ils essayent d’user maintenant contre l’Islam ! Quand la Religion Finale vient de Dieu qui peut la détruire ? Le paramètre identitaire du Musulman est, et restera toujours l’Islam, n’en déplaise aux bigots et inconditionnels d’une citoyenneté hystérique et fanatisée à l’extrême !

18. Maintenant, notre Frère en a après les Musulmans arborant un nom « à consonance indo-pakistanaise, maghrébine ou, plus largement, musulmane… » ! Ne salissez pas les noms de nos ancêtres, s’il vous plaît ! N’êtes-vous pas au courant que même les Juifs de France reprennent de plus en plus des noms bibliques, en se débarrassant des noms qui leur furent imposés par les Chrétiens et les laïcs? Nombreux sont ceux parmi les nouveaux Musulmans qui puisent leurs noms dans notre riche histoire arabo-musulmane, et ils en sont très fiers, parmi les anglophones, Mohammed Yusuf Mahmood, Yusuf Islam, Hamza Yusuf, Imam Abdul Alim Musa, Professeur Yakub Zaki, Abdurraheem Green, Abu Sufyan McDowell, Munawwarah McKenzie, Muhammad Asad, etc. Ce n’est qu’en France qu’en principe les Musulmans ont PEUR de s’appeler Muhammad ou Fâtima, et ont peur d’être pris pour un Musulman!

19. « La raison démocratique dicte à notre intelligence… » ? Notre Frère aurait dû savoir qu’il n’existe rien, absolument rien en dehors de la croyance en un Dieu Suprême qui puisse dicter quoique ce soit à l’intelligence de l’homme, surtout celle du Musulman. La connaissance de notre Frère en matières islamiques (ou "islamologiques" !) ne peut en être la cause, alors, qu’est-ce qui est responsable de cette flagrante déformation de l’Islam ?

20. « L’authentique choix citoyen » ? Quel est ce syndrome « citoyen » dont semble souffrir notre Frère, car je m’y perds vraiment ? De quelle « élection » parle-t-il où les Musulmans (Européens visiblement) sont invités à « éviter absolument les postures fermées qui pensent le champ politique comme un espace d’expression des aspirations communautaires, entre soi, contre les autres. » Il ne sait toujours pas que l’Islam est contre beaucoup de choses ! Que font les laïcs, Chrétiens de la même église ou de la même tendance, les socialistes, communistes, Juifs et homosexuels en cette matière, ne le sait-il pas ?

21. Je ne vois pas la raison de l’amalgame France-Belgique-Angleterre ! Ce sont trois pays bien distincts et la vie des Musulmans diffère totalement d’un pays à l’autre. Le cas de l’Amérique est unique au monde.  S’il y a un problème musulman, il est mondial et non exclusivement européen comme veut nous le faire croire notre Frère avec son fameux cliché de « nouveau contexte » qu’il ne cesse de ressasser dans ses ouvrages et qui ressemble plus à de la fausse propagande « citoyenne » !

22. « La voie participative », le « lobbying et des groupes de pression », un « avenir de paix », « l’engagement citoyen », « corruption » et « clientélisme de proximité », la « formation civique », la « culture du débat critique », le « travail de proximité » C’est trop demander à un cerveau « non évolué » comme le mien! Je résumerai le « problème » musulman à une simple question de rapports de force ! Il n’est surtout pas question que l’Islam soit fort ; seule la race supérieure peut l’être, celle dont les valeurs sont dites supérieures. Si nous avions le pouvoir de marchander, la question de laïcité ou de citoyenneté ne se serait alors pas posée, et on aurait cessé une fois pour toutes de dénigrer l’Islam, de massacrer nos femmes et nos enfants, de détruire nos masajid, de nous empêcher de vivre en paix en république française ou autre!

23. Je vois bien que notre Frère respire la sincérité et la foi dans un Islam "Réformé" à la manière du Judaïsme et du Christianisme, mais nous en sommes désolés pour lui, car l’ISLAM n’acceptera jamais de réforme quelconque ! On peut réformer des délinquants, mais pas l’Islam !

24. Finalement, notre Frère ferait mieux de cesser de nous insulter, car ses insultes, voulues ou pas, frisent le blasphème ! S’il pense que la SHAHADA du Musulman, qu’il caricature en « témoignage d’être, en foi et en conscience » ne doit plus produire des « musulmans … mais une façon d’être, un être humain, un(e) citoyen(ne), responsable, critique, honnête et engagé(e) », il a un GROS problème, notre Frère… ! Il ne se rend toujours pas compte que l’être laïque, citoyen ou humaniste qu’il est en train de décrire, se veut être qu’un animal évolué sans âme et sans destinée, un conglomérat de molécules venant de la pierre, alors que l’être humain chrétien ou musulman est une personne créé par Dieu avec une âme et une destinée !

25. « L’instruction est la plus puissante alliée de l’humanisme et chaque école publique américaine est une école d’humanisme. Que peuvent les écoles théologiques du dimanche qui se réunissent une heure chaque semaine contre tout un programme d’enseignement humaniste ? » « Les humanistes, croient-ils en un être supérieur ? Absolument ! Cet être suprême, c’est l’homme ! Les humanistes n’ont aucune connaissance d’un être plus supérieur que l’homme ! » [Harold R. Rofton « What Can We Believe ? », page 118.]

“La bataille pour l’avenir de l’Humanité doit être engagée et gagnée dans les salles de classe publiques par des enseignants qui reconnaissent le bien-fondé de leur rôle comme prosélytes d’une nouvelle religion… (qui remplacera le cadavre en décomposition du christianisme). » [John J. Dunphy, L’HUMANISTE, Jan 1983, page 26]

Et, voilà encore ce qu’on enseigne dans les écoles séculières publiques américaines.

« Tout enfant qui croit en Dieu est mentalement malade ! »

[Les Sciences Sociales HBJ, Paul Brandwein, 1970, page 110]

Pour conclure, une grande question. Qui sont les auteurs des TROIS CENT MILLIONS D’ÊTRES HUMAINS DONT LES DEUX TIERS CIVILS assassinés durant ces derniers siècles ? Pas l’Islam, pas le Christianisme, pas les Musulmans ! Donc, il y en marre, nous voulons nos institutions islamiques libres et contrôler nous-mêmes nos manuels scolaires ! Force est de constater que l’humanisation (prônée aussi par le satanique Salman Rushdie) n’est autre qu’une athéisation et une hyper-hitlérisation* du monde selon le modèle darwiniste!

Barâkallâhu fik.

Jazaakum Allahu khayran, wa as salâmu 'alaykum wa rahmatullâhi ta'ala wa barakâtuhû!

Your Brother in Islam Basheer Ahmad

Shared also by: Ghyslaine ROC.

N.B. J’avais fait parvenir ce texte au Dr. Ramadan, il y a fort longtemps, mais il n’a pas cru bon d’y répondre.

 

* Suite à cet article, Ghyslaine ROC et moi-même avons découvert combien mensongers furent les mythes imputés à Adolphe Hitler (que nous avions crus nous-mêmes!) alors qu'en fait il fut le plus grand chef d'État du XXème siècle, et l'un des êtres le plus humain de l'histoire moderne.  Napoléon Bonaparte fut le plus grand chef d'État du XIX siècle. Les deux furent assassinés ou poussés au "suicide" par le même Lobby usurier!

P.S.  J’ai écouté, pour la première fois, non sans un certain plaisir, deux extraits récents de notre Frère le Dr Tariq Ramadan diffusés par OummaTV, sur l’Islamophobie et les droits des Musulmans en France, et je suis ravi de constater qu’il s’est enfin rendu compte « qu’on » (L’EUROPE & LA FRANCE RACISTES ET FASCISTES !) n’aime pas les Musulmans et que « les Musulmans n’ont pas les mêmes droits que les Juifs et les Chrétiens » !  Bravo, enfin, Docteur !

 Un parleur extraordinaire, une grande maîtrise de la langue, je ne lui arrive même pas à la cheville, et notre jeune et charismatique docteur « d’islamologie » a enfin marqué des points que l’Islam et moi ne peuvent vraiment pas lui reprocher.  Mais, son discours semble parfois assez confus, flou, inutilement étiré, et pas suffisamment téméraire, vu le contexte de guerre génocidaire et de Croisade contre l’Islam et les Musulmans par l’occident hégémoniste et le Nouvel Ordre Séculier Mondial.

  La France terrorise les Musulmans qui vont au Masjid, et les ramassent même pendant la prière, emprisonnent des centaines d’innocents sans ou avec faux procès, fait espionner nos fidèles par des caméras intérieures avec la complicité des dirigeants des masajid, harcèlent les administrateurs, contrôlent nos visiteurs et nos Imâms, nous envoient des huissiers incognito pour faire des constats en se mêlant aux fidèles, épluchent toute la correspondance des masajid, interdisent certaines conférences, certaines réunions, certaines publications, empêchent certains de nos experts en matière de religion comparative comme le Sheikh Ahmed Deedat d’entrer en France (même le prodigieux petit « Sheikh » Sharifou d’Afrique, parait-il) alors que les soldats-bouchers du Liban, de la Palestine occupée (Eretz Israël), de Russie, de Serbie, des USA, du Royaume Uni et de l’Inde, et d'Israël de l'Apartheid (MOSSAD et autres) ont libre circulation sur tout le territoire français et européen. 

MAIS, ATTENTION, ILS N’INQUIÉTENT JAMAIS LES JUIFS, LES CHRÉTIENS, LES HOMOSEXUELS, LES PROSTITUÉES, LES PORNOGRAPHES, LES INCESTUEUX, LES USURIERS, ET RAREMENT LES PÉDOPHILES ET LES TRAFIQUANTS DE DROGUES, MAIS ILS HARCÈLENT TOUT LE TEMPS ET TOUJOURS LES MUSULMANS !

Pour LVO

Ce mercredi 9 juillet 2003

(Légèrement édité) 

 

Sunday, 4 April 2021

RACIST, HYPOCRITE FRANCE BANNING MUSLIM DECENCY, BUT NOT BRITISH ROYAL DECENCY, AND NOT GODLESS INDECENCY, NUDITY, AND PORNOGRAPHY.

 Princess Margaret and Queen Elizabeth 1973

 
 









 

Royal Sibling Relationships Have Always Been Complicated

Princess Margaret and Queen Elizabeth 1973
Princess Margaret and Queen Elizabeth, 1973Photo: Getty Images

Famed royal biographer Andrew Morton has covered the Duke and Duchess of Cambridge, the Duchess of Sussex, Wallis Simpson, and, perhaps most notably, the Princess of Wales in his debut book Diana: Her True Story. For his latest tome, his gaze shifts to Queen Elizabeth, her younger sister Princess Margaret, and their sometimes-fraught relationship in Elizabeth and Margaret: The Intimate World of the Windsor Sisters, out March 30. According to the book, young Elizabeth once told her governess that “Margaret always wants what I’ve got.” And Margaret, in her fifties, once remarked that she was “still playing second best after all these years, I guess I’ll be second best to my grave.”

The book delves deep into the sisters’ incredibly close but often tense bond while also bringing top of mind the complicated “heir and spare” sibling dynamic that, up to the present day with Prince William and Prince Harry, has played out over and over again in the press. “Both sisters were universally known and almost constantly surrounded by people, yet in so many ways they remained indecipherable to everyone but each other,” Morton writes. “It was from this position of magnificent isolation that the sisters formed their inseparable, intuitive bond.”

Here, Morton unpacks the sisters’ relationship, while also considering what Diana would think of the family today, and which royal he would take to tea (it’s not who you think).

Your book examines the lives of and the relationship between Elizabeth and Margaret. Describe the dynamic of the sisters’ relationship pre-abdication and, once the abdication happened in 1936–when Elizabeth was 10 and Margaret was only six–how it changed.

Andrew Morton: They were treated just alike–same socks, same skirts–and in that way, Elizabeth was brought down to Margaret’s level, because there’s a four-year age difference. They were twins. There were two princesses; there was no possibility in the minds of many, including the Duke and Duchess of York, that the Duke would ever become king, and that his daughter would ever become queen. They lived in the shadows of Uncle David, the Prince of Wales, a charismatic figure. When he abdicated in December 1936, it was an incredible blow and transformed the lives of Elizabeth and Margaret as importantly as their parents. The dynamic changed; Elizabeth was treated as the heir presumptive and, as such, she had a slightly different education, much to Margaret’s chagrin, as she went down a slightly different path. Instead of being treated like twins, they were treated separately and educated separately, and their lives began to diverge.

King George and the Queen Mother with Princesses Elizabeth  and Margaret in full Coronation regalia on the balcony of...
King George and the Queen Mother with Princesses Elizabeth (center) and Margaret, in full Coronation regalia on the balcony of Buckingham Palace after their Coronation ceremony.Photo: Getty Images

Unpack the dynamic between the heir and the spare, or second born. It has always been fraught, from Elizabeth and Margaret to Charles and Andrew and now to William and Harry. Is there always tension between the heir and the spare? If so, why?

There’s always tension, because the heir gets the final say, and the spare, however good, however brilliant, however dynamic, however charismatic they are, is always second in command, the wingman. Forever playing No. 2 on the bill. That’s been the case for centuries, and, in a funny kind of way, Diana recognized that. When I interviewed her, she recalled that she wanted Harry to be William’s backup in the nicest possible way. And, in a way, Margaret was Elizabeth’s backup in the nicest possible way. But there’s an awful lot of jealousy because Margaret was the one who commanded attention and she loved the spotlight. It’s a complex relationship; it’s one of loyalty and support, but also primal jealousy. On one occasion Margaret slams into the Queen’s drawing room at Windsor Castle whilst the Prime Minister was there; she walks in and, in addressing her, says, “If you weren’t Queen, nobody would talk to you.” That is to say she wasn’t that interesting. You see this jealousy and you also see this loyalty that Margaret had towards Elizabeth.

Describe the sisters’ differing personalities.

Elizabeth was dutiful, stoical, an introvert; Margaret was extrovert, quixotic, emotional. They were the yin and the yang, and, in a way, every royal has a shadow self; Margaret was the shadow of Elizabeth, Harry is the shadow of William. And they’re different personalities but yoked by blood. It’s the same as Diana and Fergie—Fergie was kind of the shadow character, and Diana was the one who was illuminated. It’s the same with Meghan and Catherine—endless compare and contrast. I find it very interesting that we understand the sisters through each other, and we tend to think that the other person doesn’t have the same abilities or the same interests as the primary one. Princess Elizabeth was quite a good tap dancer and quite a good mimic and very funny when she wanted to be. But because her sister loved the limelight, loved the spotlight, and wanted everybody to listen to her, it would overshadow the sister [Elizabeth]. We’re used to talking about Elizabeth as being stoical, the sensible one, and Margaret, the creative one, the theatrical one, but Elizabeth did have those qualities in her.

Princesses Elizabeth and Margaret 1942
Princesses Elizabeth and Margaret, 1942Photo: Getty Images

For our readers who might not know, would you describe the Peter Townsend melee and explain how it impacted the sisters’ relationship?

This is where The Crown got it wrong, to be honest with you: It was always said that the Queen was hard-faced about it and forced her sister to choose between the Church or Townsend. The problem was the “D” word—he [Townsend] was divorced. At that time, the head of the Church [of England] was the Queen, and the Head of State was the Queen. At that time, the Church of England would not allow divorcees to marry in the church, and the monarchy, as head of the Church, was also against divorce.

If it would have put a taint or a stain on the monarchy, the Queen was prepared to [allow Margaret to marry] for her sister’s happiness. Contrary to what everybody’s saying, far from forcing Townsend and Margaret apart, the Queen did her utmost. The Queen was prepared to accept criticism from the Church and the government; she was prepared to take a hit for the institution, which was quite remarkable, really, given the fact that the whole premise behind being king or queen is to protect the institution of the monarchy which, by and large, the Queen has done assiduously. But for this particular instance, for her sister, she was prepared to lay down the monarchy for her sister’s happiness.

Despite their oftentimes contentious relationship, Elizabeth was gutted when Margaret died in 2002. How was their relationship at the end of Margaret’s life?

As it was throughout their life—fractious. Margaret was tiresome and solicitous, but they were both very loving. It’s interesting that the Queen Mother died just a few months after Princess Margaret. The Queen made a public address—one of the few she’s made—thanking the 300,000 people that came out onto the streets and walked by her [the Queen Mother’s] coffin at Westminster Hall in London. She said privately if she had to speak as well about her sister Margaret, she would have broken down and wept—which, you can count the number of times the Queen has cried in public on the fingers of half of one hand. It was quite a remarkable admission. Initially, when Margaret was ill the Queen said “get on with it,” because Margaret always tended to be more theatrical about her illnesses—she didn’t have a cold, she had double pneumonia. So, people were a little bit exasperated by her. But when she genuinely had a stroke, in the royal family, you don’t “do ill,” you just get on with it. Margaret was keen to just get on with it and obscure any kind of illness. Towards the end, she really was in a poor state.

How would the monarchy be different were Margaret born first?

Some of her childhood friends thought it would have been more fun for Margaret to have been born first, to be born queen, because she was more extroverted, more extravagant, more theatrical. You would have seen a more metropolitan type of monarchy, with the arts, ballet—which she loved—theater, poetry. You wouldn’t have seen so much of the hunting and shooting and fishing and the horse racing; Margaret was a good rider, but she was far more a townie. You’d have seen Queen Margaret not spending the winter at Sandringham, freezing at the best of times; she would have been on a plane to the Caribbean.

What compelled you to write this book?

There’s been very few royal sisters in history, so it’s an interesting exercise—it’s fascinating, really—to find out how the sisters interact when they’re not at war with one another, when they’re working together.

Your biography of Diana was groundbreaking. If she were alive today, what do you think she would think of the Family?

She had fallen out with the family back in 1996, 1997 with the divorce. She would be, I think, very understanding of Meghan walking out on the family and she’d be arguing that “this is a girl from America who has a degree, spoken at the United Nations, is a social media maven, and she couldn’t take it for more than a year. It reinforces my own case.” That is definitely what she would be saying, because towards the end, if you recall, she was talking about getting a place in Malibu. She would have been sympathetic towards Meghan because of her own experience.

As the preeminent royal biographer, which royal is the most compelling to you? Who would you love to have tea with?

I think Camilla would be fun to have tea with.